LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !

Mémoriser les repères spatiaux : c'est pas le Pérou !

Au Brevet des collèges, on attend du candidat qu’il localise sur un fond de carte les repères spatiaux inscrits au programme de géographie. Lors d’un examen blanc, on a toujours dans nos équipes un collègue d’une autre discipline qui découvre les carences de nos élèves. « Et encore, vous ne leur demandez pas le Pérou ! ». Alors, surpris le prof d’Histoire-Géo ? Pas vraiment… 

Depuis l’école élémentaire, certains n’arrivent pas à mémoriser les repères les plus élémentaires. Il est certain qu’on ne leur demande de connaître l’atlas sur le bout des doigts mais quand on regarde les exigences attendues pour un(e) élève de 3ème, cela représente tout de même une ribambelle de cartes. Et comme toujours, l’épaisseur des programmes nous détourne d’une mission pourtant essentielle : prendre le temps avec nos élèves pour leur apprendre à apprendre.

Des techniques pour apprendre à apprendre

Dans cet excellent sketch, le Professeur Rollin parle de carte et de mémorisation. Certes, cette vidéo ne vous sera pas d’une grande utilité pour guider vos élèves mais elle rappelle qu’on recherche toujours l’astuce pour bien mémoriser. Reste à bien la choisir, celle-ci est peu efficace mais bien tordante…

« Contrairement aux idées reçues, apprendre ne consiste pas simplement à accumuler des connaissances pour les ressortir plus ou moins telles quelles à l’examen. C’est une activité complexe, qui nécessite un accompagnement humain et technique favorable pour se développer en compétence au sens plein du terme.« 

En effet, il ne suffit pas de coller son nez sur une carte en psalmodiant le nom des pays pour mémoriser de façon durable leurs emplacements. Chaque prof a ses trucs pour accompagner les élèves dans l’apprentissage des cartes. L’enjeu est de taille : fixer des repères spatiaux, c’est déjà offrir une grille de lecture d’un monde complexe et en mouvement. La technique que j’expérimente en classe a pour principe de mettre en activité les élèves sur un fond de carte et de les faire cheminer vers la maîtrise des repères spatiaux.

ACTIVITÉ 1 : Le monde entre tes mains (6ème)

L’activité « Dessine, découpe, déplace : le monde entre tes mains » a deux objectifs 

  • l’élève doit être capable de situer les continents, les océans et les lignes imaginaires…
  • … et avoir compris qu’une projection cartographique déforme la réalité
http://img21.imageshack.us/img21/4551/dsc04320y.jpg
Un préalable : partir des acquis des élèves. Dans mes classes, j’ai souvent des surprises.

ACTIVITÉ 2 : La méthode du Petit Poucet (tous niveaux)

Tel le Petit Poucet qui semait des cailloux derrière lui pour retrouver sa route, l’élève peut tracer un itinéraire à suivre sur la carte qu’il doit mémoriser. Une fois le chemin tracé, il faut faire quelques aller-retour et la mémorisation des cartes est grandement facilitée. Cette méthode revient finalement à la fonction première de la carte : tracer sa route pour savoir où on est et où on va.

D’autres ressources qui permettent de répéter de façon ludique les exercices

Commentaires

commentaires

Emmanuel Grange

Emmanuel Grange, prof d'Histoire-Géo et d'Education civique dans un collège de Firminy (Loire). J'anime le blog La [email protected] Histoire-Géographie où mes passions (musique, street-art, photo) se mêlent à mes productions pour la classe.

commentaires

  • Merci Emmanuel pour ce partage.
    En 6è je leur ai donné un « puzzle » à reconstituer, les continents étant les formes à découper et à assmebler sur une page de cahier … les résultats ont été parfois surprenants mais c’est très très instructif, pour eux comme pour moi.
    J’utilse aussi la méthode dite du Petit poucet …
    Et cette année, avec une classe de 3è, nous tentons avec une collègue une expérience : leur faire créer leur propre appli pour réviser ces fameux repères : ils ont cherché toutes les questions possibles sur les repères de 6è et de 5è, manuels de 6è et 5è en libre accès pour se « replonger » dans les repères. Il devaient proposer quatre réponses dont une bonne. Bref, créer un QCM. Ils venaient écrire leurs questions et leurs réponses sur l’ordinateur de ma salle, sur un padlet créé pour l’occasion. Le travail a été poursuivi en salle informatique avec recherche d’images à relier aux repères avec quatre propositions pour chaque image, dont une juste. Un troisième et un quatrième padlets ont été ouverts pour les repères de 4è. Ma collègue d’anglais est en train de travailler avec eux pour leur faire créer une application pour leur smartphone, tablette et ordinateur… A suivre sur
    http://lewebpedagogique.com/salle112/category/3e/

    Cordialement !

  • Un objectif est prioritaire : faire comprendre aux élèves les raisons pour lesquelles ces repères sont fondamentaux. Associer un paysage à un repère spatial, montrer la nécessité de connaître les repères pour comprendre ce dont on nous parle (la météo, le Vendée Globe par exemple) sont des moyens de donner du sens à cet apprentissage.

    Si vous avez d’autre pistes pour atteindre cet objectif, n’hésitez pas à les partager !