LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !

Vos bonnes résolutions pour 2016

À vos résolutions !

Bonjour à tous,

Début d’année oblige, voici mes bonnes résolutions plus ou moins farfelues que je vais tenter de respecter au moins jusqu’au 30 janvier ^^

Voilà, 2015 est derrière nous ! Année peu glorieuse et bien inquiétante pour les enfants comme pour nous les profs, et toute la population. Mais tournons la page, il est temps de s’ouvrir à cette année 2016 qui s’offre à nous.

bonnes-resolutions-2016

Voici donc les résolutions d’un prof pour 2016 :

  1. Essayer de conserver un langage châtié

Résolution pour les petites oreilles de nos élèves.

Qu’il est difficile parfois de contenir un « m………. » (déjection canine), un « p……… » (péripatéticienne), de transformer cette vulgarité, monnaie courante lorsque l’on est très énervé ou dans une douleur extrême. Vous voyez ce moment jouissif où l’on vient de se cogner le genou pile sur la rotule pour le troisième fois de l’après midi. Ce genou qui a heurté le pied en acier du bureau de Kévin, qui gesticule comme un asticot sur morceau de viande avariée au premier rang. Cet os qui vibre comme une corde de harpe et cette envie de faire un drop avec le bureau du Kévin.

d6753f000c1f222f41c0363ec0c378e0lagaffe_jurons

Donc je vais tenter, comme chaque année, de prendre la résolution de bannir de mon langage ces mots familiers, voire vulgaires, pour un joli langage châtié, élégant et distingué digne des propriétaires terriens de la Loire.

 

humour_enseignant résolutionMission de service public oblige et exemplarité de la fonction, même si certains parents usent pour le coup d’un langage bien plus grossier dans la cour de récréation.

Adieu à la vulgarité même échappatoire et bonjour aux « fichtre, flûte, mince, diantre, tabernacle ». Pour les douleurs vous serrerez les dents et lancerez cette petite danse sioux sur un pas que vous affectionnez tant.

 

2. Conserver en toute circonstance prestance, calme et un large sourire

Résolution pour éviter le BURN-OUT.

Bon, là il va falloir s’accrocher parce que parfois en fin de journée c’est, comment dire… MISSION IMPOSSIBLE.

Petit topo, lorsque la petite Diane vous interpelle pour le 168ème fois de la journée avec son ton mièvreux « Meeeeeeesieurrrr Mathieuuuuuuuu » alors que les 167 premières fois vous lui avez dit gentiment : « Ne coupe pas la parole aux autres, lève ton doigt s’il te plaît. »self_control résolution

Lorsque dans le même temps Dylan, qui ne se sent pas bien depuis une heure, finit par vomir sur sa table alors que vous avez essayé de joindre désespérément ses parents, qu’il a en plus raté la bassine et, comble du bonheur, qu’il a maculé sa leçon de deux pages sur laquelle il est depuis le matin même.

Ces petits moments de bonheur où la sonnerie retentit où 15 de vos élèves sont déjà prêts à enfoncer la grille du fond de la cour, qu’à l’inverse 13 autres sont encore en train de se demander ce qu’il faut mettre dans son cartable et que la secrétaire débarque avec des circulaires ultra urgentes à distribuer le jour-même !

Voici d’ailleurs 5 techniques pour conserver son calme en toute circonstance afin de tenir cette résolution.

 

3. Cessez de faire de la maison une annexe de la déchetterie

Résolution pour nos proches et pour notre espace vital.

Ce sont nos conjoints qui vont être heureux. Oui mesdames et messieurs professeurs des écoles, tentons pendant quelques temps de ne plus transformer nos garages, buanderies, vérandas en dépôt annexe des encombrants.

Oublions la sainte formule « ça peut toujours servir » ou les « avec ça je pourrais faire un chouette cadeau de fête des mères… ».

Salon des Saveurs 2005 27C’est ainsi que durant des décennies les instits ont privé (pour le moins temporairement, car les petits cadeaux y finissent toujours) les déchetteries françaises de milliers de boîtes de camembert, des sacro-saints rouleaux de papiers toilette ou d’essuie-tout. Les pots de yaourts (même ceux en verre) on jette, on ne fait plus de tour de Pise laitière, non non !!

On ne peut pas tout garder et il faut partir du principe que si c’est chez vous depuis plus de six mois vous ne vous en servirez jamais.

Voici pour vous aidez un tutoriel sur comment faire de l’ordre chez soi

4. Adoptez un look qui soit en adéquation avec la mode et non avec l’emploi

Résolution pour l’estime de soi.

Et oui à force de côtoyer nos petites têtes chaque jour nous finissons parfois par adopter des looks pour le moins suspects. Les chemises à carreaux vont très bien aux bucherons canadiens, laissons leur. Les vestes avec coudières, les pantalons en velours étaient très à la mode en 1970. Faîtes un petit carton pour Emmaüs, de grâce. Non à 35-40 ans on ne porte plus de bonnet amérindien. Même s’il fait froid on évite les plaids immenses façon cape de cavalier mexicain (certaines se reconnaîtront ^^). Non les couleurs flashy (orange, jaune, rose) ne vont pas à tous les âges.

6303517

Bref, vous voyez ce que je veux dire. Oui, on peut être instit’ et tendance, et non il ne faut pas plier au dictat du « c’est plus pratique pour bosser, ou plus confortable » soyons élégants et smart non d’une pipe ! Ceci est une résolution à tenir coûte que coûte!

 

5. Abandonnez le caddy, chariot et autre sacs de course

Tenez-le vous pour dit, tout ce qui vient de l’école doit y rester.

Pour ma part, seul mon ordinateur portable fait la navette.

Jamais un cahier, ni un classeur, encore moins les horribles pochettes à élastique. Je corrige beaucoup le midi et le matin en arrivant à l’école.

Mon dos et mes mains ne s’en portent que mieux (résolution santé) et j’ai un bureau digne de ce nom chez moi avec juste une imprimante, ma tablette, mon PC et une lampe.

chariot-de-course-go-twoob_7df2d7f956c534d26030333cf72ab9b5_cartables-trop-lourdsDonc oui au petit sac à main élégant et distingué, et NON au chariot de mamie Fernande (aussi pratique soit-il), et aux sacs de course qui vous donnent l’impression de débarquer à l’école comme si vous y emménagiez chaque matin.

 

6. Savoir dire non aux petits plaisirs qui coûtent cher

Résolution pour nos silhouettes.

Vous voyez certainement de quoi il s’agit. Ces menus plaisir que nous offrent nos chers élèves, ces petits bonbons lors des anniversaires, ces boîtes de chocolat en guise de cadeau en fin d’année. croqueuse-de-chocolat

Ce petit sucre qu’on rajoute à chaque café venant ponctuer nos agréables pauses sous la pluie tout en surveillant nos ouailles.

Tentons aussi de nous tenir loin de la mesquine plaque de chocolat avalée devant nos ordinateurs et que nous regretterons une fois l’été venu.

7. Être attentif lors de l’intégralité des réunions

Mal très répandu et pourtant nécessaire la réunionite aiguë sévit dans les écoles.yawn_iq7ezh

Vous vous êtes surpris à bailler, voir à sombrer lors des réunions de 2015. Promis en 2016, résolution oblige, vous vous doperez avec une double dose de café avant chaque réunion et vous vous obligerez à une concentration de tous les instants même si les sujets, je vous l’accorde, manquent cruellement d’intérêt parfois. Disons pour le moins que vous ferez bonne figure ^^

 

8. Arrêtez d’acheter pour l’école sur ses deniers perso

Bon, on ne pourra jamais s’en empêcher, notamment lorsqu’on repère quelque chose, mais tout de même.

Tentons de résister, de ne pas succomber aux sirènes du « ce serait génial pour mes loulous ».

Unilend-nouveau-site-preter-argent-aux-PME-FVotre local est ce qu’il est, il ne va pas grossir pour accueillir l’équivalent d’une ludothèque, d’une bibliothèque et d’une médiathèque réunies.

Votre budget annuel n’est pas extensible non plus et la maison éducation nationale ne fait plus crédit, donc ravisez-vous lors de vos visites aux salons des éditeurs, jeux (et je me tire une balle dans le pied en disant ça, étant donné que je crée des jeux commercialisés).

Nos maigres salaires ne doivent plus souffrir de la passion de bien faire qui nous anime.

 

Voilà j’en ai fini, je vous souhaite encore à tous une merveilleuse année 2016.

Si 2015 a été l’année de la stupeur, de la violence et des attentats, cette nouvelle année doit marquer un renouveau. Ouvrons-nous aux autres, cessons le repli sur soi et la méfiance mutuelle.

L’humanité a tout à gagner à la rencontre de ses membres.

Vive 2016, vive les rencontres, vive le jeu et tentons au moins pour quelques jours de tenir ces quelques résolutions, même si par définition une résolution est faite pour être difficile à tenir et au final transgressée.

Logo Blog de monsieur Mathieu

Monsieur Mathieu

Site de monsieur Mathieu, Page facebook

 

Commentaires

commentaires

Mathieu Quénée

Professeur des écoles depuis 2005 (10 ans déjà!). Ludologue (créateur de jeux) depuis mes débuts je collabore désormais avec des maisons d'éditions depuis 2012. Chroniqueur pour le petit journal des profs pour Lewebpédagogique. Maître tuteur, j'accompagne également de jeunes Professeurs stagiaires dans leur découverte du métier. Et enfin le plus important : Papa d'un garçon épatant de 7 ans!

commentaires

  • Que c’est bien dit! Je souscris à 100%. Retraite récente ( après 38 années de services en tout genre), j’en suis encore, 1 an après à vider ma cave de tous les encombrants scolaires. Je me souviens d’avoir pris la résolution de me débarrasser de certains manuels pendant ma période d’activité ( c’était avant internet!) et je vous fiche mon billet que l’opération menée à bien m’a toujours joué de mauvais tours. Manuels mis à la poubelle, vous pouviez être sûrs que 6 mois après, je le regrettais amèrement, ayant justement besoin, comme par un fait exprès, de tel ou tel document se trouvant dans les manuels jetés au rebut.
    Quant au langage, je souscris pleinement, ayant passé 21 ans en ZEP avec des « loulous » à la distinction langagière distinguée. J’ai résisté mais … ne voulant pas me faire dévorer toute crue, j’ai gardé à ma disposition « des éléments de langage » bien sentis, au point que lorsque je les utilisais, toujours avec une pointe d’humour avec le langage corporel adéquat, ce qui avait le don de désamorcer certaines situations qui auraient pu être conflictuelles. L’époque rap m’a beaucoup plu car non seulement j’étais en phase mais je pouvais mimer extrêmement maladroitement ( à dessein) « les casquetés » qui ne se trompaient pas sur mes intentions. L’effet miroir « qui tue » 🙂 Mes stagiaires de l’époque n’en revenaient pas d’entrevoir quelles possibilités l’humour au 2ème et parfois au 3ème degré accessible à tous pouvait désamorcer des conflits, avant de reprendre le langage « prof », « digne des propriétaires terriens de la Loire » 😉 Ce qui , parfois était une gageure, mes ‘loulous » ( plutôt du genre « cakes » d’ailleurs) ayant à leur disposition un vocabulaire limité mais dont les mots qu’ils considéraient comme « savants » pouvaient être traduits;-) Je me suis souvent régalée avec ces différends niveaux de langue, étant prof de langue étrangère en plus!
    Quant au sac! My God! Je l’ai traîné pendant des lustres de la maison au collège. Celui-là , je le conserve! Il a fait toute ma carrière avec l’aide du cordonnier du coin!
    La tenue vestimentaire, il y en tant à dire! Etant de la génération des années 70, un jeans assorti à des pulls ou chemisiers de moments différents, ont fait l’affaire! Par contre, je me souviens du nombre de fois où j’ai dû intervenir auprès de mes jeunes stagiaires femmes qui se laissaient aller à des décolletés qui transformaient mes élèves en loup de Tex Avery 😉
    Quant au matériel, non fourni pas l’EN, à partir d’un moment je n’ai plus fait le calcul, l’EN n’ayant jamais fait crédit, allant jusqu’à aller en vacances en pays étranger dans le seul but de préparer des échanges, des voyages, sans parler de projets virtuels réalisés grâce au portail e-Twinning ( 35 voyages ou échanges en tout en 38 ans et les derniers en y incluant des Segpa, associés à des groupes de classes européennes avec la complicité de copains britanniques et suédois qui leur ont trouvé des activités appropriées). Les voyages préparatoires n’auraient certainement pas pu se faire sans le soutien inconditionnel d’un époux, travaillant dans la même boutique, mais pas dans le même établissement! Proposr ce type de vacances à un conjoint non enseignant, je ne suis pas sûre que cela aurait pu se faire. Nous n’en sommes que plus riches d’expériences et de contacts ( toujours en cours à titre perso cette fois), ayant ouvert la porte en grand dans le cadre de notre métier.
    Et les réunions de fin de journée ( jusqu’à nuit tombée l’été) jusqu’à plus soif pour un résultat minime, je les ai abhorrées mais avec présence obligatoire au conseil d’administration en sus pour avoir une chance de faire passer les différents projets.
    Toute une époque qui est encore toute proche!
    Nous faisons ( j’ai fait) le plus beau métier du monde malgré les embuscades dans lesquelles je suis parfois tombée, fatigue et âge venus. Résultat: quelques 40 ans plus tard, mes ex-« loulous » sont toujours là et nous avons régulièrement des contacts d’adultes et pouvons nous réunir autour d’un verre ou d’un repas partagé ( même avec ceux qui étaient frappés d’une allergie peu commune envers l’Ecole de la République, de toute obédience ou origine confondue! ) Là, est la vraie reconnaissance de notre métier, celle qui peut, souvent, nous faire défaut auprès de nos supérieurs hiérarchiques et institutionnels.
    Je vous souhaite à tous une belle année 2016.