#HarcèlementScolaire

Un pas en avant

Jeudi, j’avais complètement zappé que c’était la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. Heureusement que des collègues moins à l’ouest que moi me l’ont rappelé, du coup la veille j’étais en quête de documents pour parler de ça en classe.

harcelement-scolaire-bullying

Si y a une chose positive que je retiendrai du bilan de Mme Vallaud Belkacem, c’est bien son engagement contre le harcèlement scolaire. Ce problème, qui était très souvent balayé ’un revers de la main du genre « meuh non c’est juste les ados, ils sont comme ça, c’est pas très grave », alors que c’est bien plus complexe, a été mis en avant par le ministère, et j’ai l’impression que désormais les adolescents sont mieux armés pour se défendre. Je dis pas que tout est réglé, mais déjà rien que le fait de savoir que le problème existe et de proposer des solutions, c’est déjà un gros pas en avant.

Parlez-en

Le harcèlement existe, il est insidieux, très difficile à repérer, et bien souvent, ceux qui en sont victime n’osent pas en parler. D’ailleurs, j’en profite : si vous êtes victime de harcèlement scolaire, parlez-en autour de vous.

En tant que prof, on peut repérer certains comportements et empêcher le harcèlement, mais, je le reconnais, parfois, il nous arrive de ne rien voir. Dans ce cas-là, ne pensez pas que c’est parce qu’on s’en fiche de vous, c’est juste qu’on n’a pas toujours l’œil, on ne sait pas toujours voir ce qui ne va pas, on n’arrive pas toujours à faire la distinction entre taquineries et moqueries, et dans ce cas, il ne faut pas hésiter à nous demander de l’aide. Je sais que c’est facile à dire, mais hélas, les choses ne changent pas toutes seules. On peut espérer que « ça passera », mais dans les faits, le harcèlement ne disparaît pas comme ça. Vous pouvez demander de l’aide à vos amis, mais les adultes (parents, profs, CPE, infirmière, principal, proviseur, etc.) sont aussi là pour vous aider.

Si vous êtes élève et que vous êtes témoin de choses qui ne sont pas acceptables, essayez d’être celui qui vient en aide à l’élève harcelé. De ne pas suivre les autres, de leur faire comprendre que leur comportement est destructeur. Je sais que c’est pas évident, parce qu’on a toujours peur que ça se retourne contre nous.

Des vidéos pour évoquer le harcèlement en classe

Donc, je disais, hier soir je me suis mis en quête de documents pour parler du harcèlement scolaire, en anglais bullying. Du coup dans YouTube j’ai tapé « bullying » pour voir les vidéos proposées, qui peuvent être un bon support de discussion en classe.

La plus vue, c’est une vidéo récente de Burger King où on voit que dans un restau, les clients n’interviendront pas s’ils voient un gamin se faire harceler, mais si on touche à leur burger, ils pètent un câble. La vidéo est très bien faite, et montre cette capacité qu’on a tous à ne pas intervenir dans quelque chose de révoltant si ça ne nous concerne pas. Ça nous a permis de parler de cette immobilité qu’on a, et de la question qui peut déterminer s’il faut intervenir : « Are you okay ? »
Puis aussi, c’était intéressant de déconstruire la vidéo, et de voir comment la musique influence notre façon de la recevoir, et de voir que derrière cette campagne de prévention, il y a quand même une marque qui met bien en avant ses burgers et son logo à la fin… Car ce spot est bien à mi-chemin entre la prévention et la création d’une image de marque ! ’hui les marques cherchent moins à vendre un produit qu’à créer une image, à montrer que vous partagez des idéaux avec eux et que vous faites donc partie de leur « clan ».

La seconde vidéo, intitulée Red, m’a un peu étonnée. En gros on voit un gamin roux se faire harceler par trois autres élèves, et à un moment ils voient quelque chose derrière lui et se barrent. Il se retourne, et il voit un adolescent roux super cool et musclé et tout, et il sourit. FIN. J’ai trouvé ça un peu simpliste, avec forcément le « sauveur » présenté comme un mec super beau et fort et tout. Y’a pas besoin d’être grand et fort et BG pour aider un pote…

Ensuite y’avait une série de vidéos un peu nazes. C’est toujours pareil avec la question du harcèlement, ça sombre très vite dans le pathos, on sort les violons, les ralentis, les images choc de gamins frappés, montrés du doigts, qui se reçoivent des boulettes ou à qui on met la tête dans les toilettes ou trucs du genre. J’aime pas trop ces vidéos à cause de leurs gros sabots, et aussi parce que le harcèlement, à mes yeux, c’est beaucoup plus insidieux. C’est pas 20 élèves qui d’un coup vont jeter plein de boulettes sur un élève pendant que ce prof complètement à l’ouest ne voit rien (cf ce spot).

Non, c’est des petites remarques, des comportements pernicieux mais qui, accumulés, font de la vie au bahut un enfer. C’est pour ça que j’aime pas trop les images choc, ça laisse croire que les moqueries sont moins graves.

Ensuite je suis tombé sur une vidéo plutôt cool où un homme donne des conseils pour s’en sortir si on est victime de harcèlement. En gros l’idée c’est que si quelqu’un vous insulte ou vous provoque, genre « T’es moche » ou « Tu pues », vous l’ignorez, ou vous lui répondez en « acceptant » ce qu’il dit genre « Ah ouais en effet j’suis pas très beau, mais toi t’es vraiment stylé » ou « En effet je sens pas bon, bon ben tant pis », et le mec en face, voyant qu’il ne vous agace pas ou ne vous blesse pas, se lassera. La vidéo est plutôt rigolote et simple à comprendre, son message aussi, et elle permet de se poser la question sur l’efficacité de cette méthode. Certains élèves étaient d’accord, d’autres plutôt circonspects, ce qui a mené à une discussion intéressante, et a fait émerger d’autres méthodes pour s’en sortir face à ce genre de situations. Perso je trouve cette vidéo rigolote mais la solution proposée me paraît un peu trop optimiste : si on répond avec le sourire à des insultes, ça peut tout aussi bien pousser le harceleur à devenir plus violent.

Le gros problème, aujourd’hui, c’est que le harcèlement ne se confine pas aux limites de l’établissement. À une époque pas si lointaine, si ça se passait mal au bahut, une fois rentré chez soi, on était tranquille, mais aujourd’hui, avec l’omniprésence des réseaux sociaux, les élèves peuvent continuer de se faire harceler une fois chez eux, et n’ont plus de moments où ils sont véritablement sereins. Dans ce genre de situation, c’est pareil, prenez des captures d’écran et montrez-les à quelqu’un, parce que ce n’est pas normal d’avoir à subir ça, et les choses peuvent changer et s’améliorer.

Cette incapacité qu’ont certains élèves à ne pas accepter les différences des autres me sidérera toujours. Je ne comprends pas pourquoi ils ne peuvent pas juste laisser la personne un peu différente tranquille, dans son coin. Souvent, les élèves harcelés ne demandent rien à personne, ils veulent juste vivre leur vivre tranquillou, et t’as des gros lourdauds en mal d’attention qui viennent les emmerder pour se sentir mieux dans leur peau. Si vous êtes harcelé, souvenez-vous de ça, c’est bien les harceleurs qui ont un comportement pathétique, pas vous. Vous ne méritez pas ce qui vous arrive, et c’est pour cela qu’il faut faire en sorte que ça cesse.

Parfois on a l’impression que les élèves jouent à une sorte de Battle Royale, à se tirer dans les pattes, du coup je n’ai qu’une chose à dire pour conclure : Que le sort vous soit favorable (et n’ayez pas peur ’en parler autour de vous, surtout).

 

Une chronique de Monsieur Le Prof

monsieur-le-prof

Facebook Monsieur Le Prof

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *