Je te respecte, tu me respectes, ON reste en paix…

Le respect s’enseigne-t-il ?

Voilà une énième année qui m’éloigne de mon jeune temps de professeur stagiaire et qui me rapproche à petits pas vers… ma retraite… (!!!) enfin, disons plutôt qui m’enrichit d’expérience et me rend certainement plus efficace ou adaptable au groupe classe qui m’est confié pour une nouvelle année encore ! Quant à ma retraite… oublions l’idée…

respect

Depuis l’an 2000 je consacre mes jours, mes soirées et week-ends, une partie de mes vacances et mes discussions souvent, parfois mes rêves ou mes cauchemars aussi, à l’école. Depuis, j’ai déjà testé bien des méthodes, appliqué bien des « nouveaux programmes », accueilli bien des enfants, parfois à profil « particulier », testé du nouveau matériel, de nouvelles directrices, une nouvelle école, un nouveau niveau de classe, de nouveaux projets, osé des rencontres, des visites, des échanges, des idées folles mais aussi parfois du classique bien rangé… j’en passe !

Mais, c’est la première fois, depuis toutes ces années, que je cède à la tentation déraisonnable « d’enseigner LE RESPECT ». D’abord, raisonnablement puis philosophiquement, je me suis posé la question :

« Le respect s’enseigne-t-il ? »

Disons que ça s’apprend… de là à l’enseigner ? Compliqué mais pourtant indispensable pour vivre ensemble !

Dans les nouveaux programmes, on nous demande d’enseigner « l’empathie » … alors ? Pourquoi pas le respect ? D’ailleurs, le respect ne fait-il pas preuve d’empathie tout comme l’empathie preuve de respect ? Arrêtons là la philosophie, et place à l’action.

C’est vrai, je m’égare et j’avais peur aussi de m’égarer jusqu’à ce que, au cours de ma réunion de rentrée,  je ressente l’approbation des parents d’élèves à mon fil conducteur d’année : « Cette année, ON va apprendre le respect. »

Pas simple à dire, car cela peut amener à supposer que « à la maison », on ne le fait pas ? Mais, j’ai osé, respectueusement, bien sûr ! Je l’ai fait et les parents ont approuvé, validé, encouragé ou juste acquiescé de la tête discrètement.

Naissance d’une idée

Cette idée, elle est arrivée par une accumulation de petites choses.

C’est aussi quelque part de la faute de cet élève très indiscipliné que tout le monde voit un jour passer dans sa classe : le petit « ON » . Il traîne, tel un fantôme, sa mauvaise humeur dans nos écoles.

  • ON frappe (ou non) à la porte et ON rentre sans attendre le « ouiiiiiii » de la maîtresse invitant à entrer…
  • Et puis, à la récréation, ON frappe son camarade sans attendre.
  • ON ne dit pas bonjour, ON va droit au but : « c’est à qui çaaaaa ? », « c’est pour la cantine ! »,
  • Et puis, ON bute dans la bouteille pour faire râler le copain à qui elle appartient.
  • ON jette ses papiers dans la cour et ON n’en ramasse surtout pas !
  • Et puis, ON jette son cartable dans le couloir ou ON marche dessus.
  • ON n’écoute pas quand quelqu’un parle.
  • Et puis, ON me parle alors que j’écoute quelqu’un…
  • ON dessine sur les tables.
  • Et puis, ON ne débarrasse pas sa table.
  • ON parle sans lever le doigt.
  • Et puis, ON se lève sans demander.
  • ON ne range pas sa chaise…
  • Et puis, ON se balance sur sa chaise.

Aaaaaaaaaaaaaaaaassssssssssssssssssez !

ON doit changer !

ON doit apprendre le RESPECT.

Tout ce qu’ON doit faire pour rester en paix avec soi, les autres, son environnement et le monde, j’ai donc décidé de l’enseigner, de lui accorder une place plus qu’importante dans ma manière d’enseigner, ma façon d’éduquer et de vivre en classe. Le temps aussi pour moi de faire le point sur la place que j’accorde au respect de chacun dans ma classe (y compris de moi-même !).

ON doit commencer par apprendre le RESPECT DE SOI :

  • Être bon avec soi-même : ne pas se faire de mal (mutilation ou autres essais scientifiques avec des ciseaux, des crayons…)
  • Prendre soin de soi : boire quand on a soif, se laver les mains quand elles sont sales, enlever son gilet lorsqu’on a chaud…
  • accepter ses sentiments, son mal-être, le droit d’être bien ou pas bien.

 

Ce que je fais en classe pour enseigner le respect de soi :

Inciter à ces gestes de respect, surtout à en prendre conscience et à verbaliser le « pourquoi ON fait ça ».

  • permettre de boire lorsqu’ON a eu chaud ou pour éviter le mal de tête, parce qu’ON doit prendre soin de son corps et le soigner.
  • autoriser et même inciter ON à se laver les mains ou à nettoyer sa table lorsqu’elle est sale parce qu’ON a le droit de travailler dans un environnement propre.
  • préparer son corps au travail, réveiller son cerveau avec la Brain Gym (voir ma chronique du 6 mai 2015 – Vitaminez vos élèves avec la Brain Gym !)
  • écouter la météo du cœur : amener l’enfant à se demander et à dire « comment je vais ? » et pourquoi je me sens triste, fatigué, en colère, heureux… l’oraliser et l’accepter (voir ma chronique du 1er février 2017, Dis-moi comment tu vas … ).
  • trouver des moyens concrets pour aider à gérer des émotions négatives (comme la colère) afin que chacun trouve un moyen de se sentir mieux.

 

ON peut maintenant apprendre le RESPECT des autres :

  • la politesse : se dire bonjour, pardon, merci, au revoir…
  • soigner les blessés
  • ressentir le besoin et les limites de l’autre pour limiter ou contrôler son interaction avec lui
  • prendre conscience du rôle et de l’importance de chacun
  • ne pas porter atteinte à l’intégrité physique et morale de l’autre

Ce que je fais en classe pour enseigner ce respect de l’autre :

  • Comme je me suis rendue compte que je n’arrivais pas à dire bonjour à tout le monde et que cela me peinait personnellement, je commence la journée par un grand « bonjour les enfants !! », qui trouve réponse systématiquement en écho joyeux : « Bonjour Madaaaaaaaaaame ! ». Et cela rend tout le monde heureux.
  • la météo du cœur : en ayant connaissance de l’humeur des autres, ON apprend à respecter la douleur, la tristesse, la joie de l’autre.
  • je soigne les blessés : du corps et du cœur…
  • ON lève le doigt pour demander la parole puisque ON fait partie d’un groupe et qu’il y a aussi les autres avec l’envie de parler.
  • ON met sa chaise le soir sur la table (pour aider la femme de ménage).
  • ON respecte l’intimité de celui qui se change pour la séance de sport.

 

ON peut comprendre le RESPECT de l’environnement :

  • Le vivant, la nature c’est un « autre » que ON se doit de respecter : parce que le vivant, la nature, nous rendent service et nous aident à vivre dans le confort et la praticité.

Ce que je fais avec mes élèves  pour enseigner ce respect de l’environnement :

  • ON arrose les plantes de la classe pour les aider à vivre dans notre classe.
  • ON met dehors les insectes ou arachnides qui visitent notre classe sans les « exécuter cruellement ».
  • ON ramasse des papiers dans la cour sans se demander qui les a mis là.
  • ON n’arrache pas bêtement des feuilles ou des branches aux arbres.

ON peut désormais comprendre le RESPECT du matériel :

Le matériel est le fruit de la nature et du travail des hommes (crayons, cahier, tables…). Le respecter, c’est respecter tout le reste : c’est aussi manifester du respect envers les personnes qui interviennent à la fabrication ou l’entretien de ce matériel.

Ce que je fais avec mes élèves pour apprendre le RESPECT du matériel :

  • ON met des baskets propres (donc on change ses chaussures) dans la salle polyvalente dans laquelle on fait sport, pour rendre le lieu aussi propre qu’on nous le prête (respect pour le personnel qui nettoie  et la Mairie qui prête le lieu).
  • ON transporte son livre de bibliothèque dans un sachet pour l’abriter de la pluie et lui éviter des chutes douloureuses (respect pour les personnes bénévoles de la bibliothèque qui entretiennent, rangent, réparent les livres).
  • ON n’écrit pas sur les tables ou, si ON l’a fait par impulsion incontrôlable, ON nettoie !
  • ON apprend à ranger sa case pour éviter les feuilles en boulette ou les cahiers pliés (cadeau des arbres sacrifiés pour la bonne cause) tout au fond.
  • ON ne gaspille pas : ON récupère les papiers ou autres matériels qui peuvent être recyclés (bouchons…) pour leur offrir une deuxième vie.
  • ON apprend à ranger son cartable dans le couloir correctement.

 

ON intègre la valeur des lois et règlements

Et puis, pour que le RESPECT soit lui-même « respecté », ON apprend la valeur des règles et des lois.

Donner un règlement, des règles injonctives sans sens ne peut aider ON à apprendre la valeur de tout cela. Par contre, si ON y met du sens, si on en comprend l’utilité comme celle d’être  « gardien du RESPECT »,

Je te respecte, tu me respectes, ON reste en paix grâce aux lois gardiennes du respect.

Alors ON apprend à les accepter, les utiliser, les appliquer et même à les défendre !

Cela vaut la peine d’y consacrer une année et de mettre du sens dans tout ce que l’on fait, pour rester en paix les uns avec les autres et devenir de bons citoyens d’aujourd’hui et de demain.

Une chronique de Claire Maurage

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *