L’école des champions (épisode 1)

Dessins animés de mon enfance

L’autre jour, je regardais la photo de ma classe, affichée au dessus de mon bureau. Je laissais voguer mes pensées en regardant le visage de mes élèves.

ecoledeschampions

Et petit à petit, par un effet de flouté progressif, d’autres visages se sont substitués à ceux de mes élèves. Je suis retombée dans mon enfance (l’ai-je seulement quittée ?) quand, mes parents ayant refusé que nous ayons une télévision à la maison, je regardais en douce les séries et dessins animés du Club Do’ chez des amis.

À bien y repenser, il m’est resté de ces moments bien des choses que je retrouve aujourd’hui encore dans ma vie de presque-adulte.

Par exemple, j’ai remarqué que dans la plupart des classes que j’ai observées, on peut retrouver des personnages élèves sans lesquels le scénario la vie de classe ne serait pas tout à fait la même :

Sherlock Holmes

Disons-le tout net : sans Sherlock Holmes, la classe passerait à côté de beaucoup de révélations fracassantes.

Son plus grand succès reste incontestablement « Maîtresse, il pleut » : un incontournable repris depuis dans toutes les classes.

Sally la petite sorcière

Sally, Sally, Sally… Oh que oui, c’est une vraie petite sorcière !

Pas le genre à remuer son nez pour lancer un sort, plutôt le genre à utiliser son don, inégalable, pour savoir à quel moment précis faire tomber sa trousse par terre afin de distraire ses camarades et ruiner votre effet de manche didactique consciencieusement élaboré dans vos preps.

Ranma 1/2

Depuis qu’il est entré à l’école, plusieurs collègues se sont déjà demandé pourquoi « Ranma 1/2 » et pas simplement « Ranma ». L’explication est simple : Ranma fait la moitié de tout, quoi qu’il y ait à faire et quel que soit le temps dont il dispose.

Tu lui demandes de tracer deux droites parallèles, il n’en tracera qu’une. Tu lui demandes d’écrire deux mots antonymes, il n’en écrira qu’un.

C’est pas compliqué, à lui seul, Ranma a fait la fortune des fabricants de tampons « Travail à terminer ».

Rahan, fils des âges farouches

C’est cet élève aux mœurs venues directement de l’époque où il cohabitait avec des mammouths, comme :

  • se curer consciencieusement le nez afin de se procurer une petite collation en classe ;
  • jeter par terre le manteau de l’élève qui a osé le mettre à « son » portemanteau pour y mettre le sien à la place (et marcher dessus dans la foulée) ;
  • arracher sans prévenir la gomme des mains de son voisin sous prétexte qu’il en a besoin, et pousser des grognements sauvages si son voisin ose protester qu’il a besoin de sa gomme lui aussi.

Mais sinon il est sympa, Rahan.

Princesse Sarah

Je ne sais pas si vous voyez de qui je veux parler : c’est cette élève avec qui vous n’aurez jamais de problème de comportement et qui est pleine de bonne volonté. Vraiment. Indiscutablement. Promis juré.

Mais qui, avec ses airs prêchi-prêcha, son côté trop lisse (pour ne pas dire fade)… on ne va pas aller jusqu’à dire qu’elle vous agace…

En fait SI, on peut bien se l’avouer : qu’est-ce qu’elle est agaçante quand elle prend son petit air d’éternelle victime consentante, ses paupières battantes pour attirer pseudo-discrètement votre attention sur le martyre atroce qu’elle endure parce qu’un autre élève lui a emprunté son stylo sans lui demander…

D’ailleurs, difficile de résister à la jouissive tentation de la faire travailler en binôme avec Rahan. Juste dans une perspective pédago-sociologique destinée à observer les interactions entre pairs et leurs effets sur les apprentissages, cela va de soi.

Les Minipouss

Ces élèves, ce n’est pas qu’ils soient « petits », non.

C’est JUSTE qu’ils sont destinés à être au premier rang sur la photo de classe de la petite section à la terminale.

Ken le survivant

Ah Ken… On peut dire qu’il a survécu à beaucoup de choses, et pour commencer, il a développé une indéniable capacité de résistance à l’idée que l’école puisse être un lieu d’apprentissages.

C’est pourquoi vous aurez la joie de l’avoir en classe alors que son niveau scolaire réel serait plutôt de 2 ou 3 classes plus en amont.

Et vogue la différenciation…

Jem et les hologrammes

Cette élève, vous allez rapidement apprendre à la garder à l’œil, parce que dès que vous avez le dos tourné, elle va bavarder avec son voisin et/ou lancer une boulette de papier et/ou s’amuser à se balancer sur sa chaise.

Certes, ce n’est pas la seule à le faire, mais elle, Jem, possède une particularité sur tous les autres : quand vous l’aurez surprise en flag, clairement et ouvertement, et que vous lui demanderez d’arrêter, elle vous répondra systématiquement « Mais c’est pas moi, j’vous juuuuuure ! »

Pourant Jem sait parfaitement que vous l’avez vue, comme tous les autres élèves, la décence voudrait qu’elle ne conteste pas. Mais elle paraît systématiquement tomber de haut, et le pire, c’est qu’elle semble authentiquement sincère dans sa surprise.

L’explication est simple : ce n’est effectivement pas elle qui a bavardé/lancé une boulette de papier/s’est balancée sur sa chaise : c’est un de ses nombreux hologrammes.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez preuve de davantage d’empathie et d’équité envers Jem. Merci pour elle.

 

[Prochain épisode à suivre avec d’autres élèves !]

 

Une chronique de Sophie Pouille

Commentaires

commentaires

3 Comments

  1. Ayleen & Kyban 7 mars 2018
    • Sophie Pouille 7 mars 2018

Répondre