J’ai rendez-vous avec vous !

Rencontre avec la psy-EN

On se souvient (ou pas) de notre visite chez la COP qui résumait d’un coup de baguette magique ce que vous alliez faire tout le reste de votre vie. Vous repartiez avec un pseudo test de personnalité, et dépité, étiez prêt à devenir boulanger parce que tout indiquait que vos centres d’intérêt se tournaient vers les métiers de bouche. Exit les écoles d’arts parce que l’art, « ça ne fait pas vivre »… Vos rêves s’en allaient avec la peinture décrépite du bureau dans lequel on venait de vous recevoir… Mais ça c’était avant ! Je vous présente the new génération of psychologue from the National Education.

psy-EN

Note de notre psychologue (suite au décret du 1e février 2017, les conseillers d’orientation-psychologues deviennent des psychologues de l’Éducation nationale) au sujet de cette intro :

-Oui même moi j’y ai eu droit (je voulais être critique de cinéma) donc aujourd’hui je ne peux pas exercer ma profession de cette manière !

  • Question que j’adore poser : alors heureuse ? (dans ton métier j’entends, le reste ne nous regarde pas !)

Oui globalement je suis heureuse de ce métier, même si ce n’est pas ce que je voulais faire au départ.

 

  • Tu es en poste depuis combien de temps ?

La rentrée 2018 sera ma 12e rentrée.

 

  • Quelle est ta formation ? Tes formations ?

J’ai une licence de psychologie qui m’a permis de passer un concours, puis deux ans de formation pour obtenir le DECOP (diplôme d’état de conseiller d’orientation psychologue).

 

  • Tes horaires ?

Je fais normalement 27 h par semaine et je dois également faire 12 jours d’astreinte sur les vacances scolaires.

 

  • Ta rémunération, on en parle (oui tu as le droit de refuser de répondre. On sait tous que tu gagnes 4500 euros ! )?

2100 euros avec la prime REP (puisque j’ai à ma charge un établissement en zone REP).

 

  • Ton coup de griffe ?

Les prochaines dispositions du gouvernement qui nous amènent vers une privatisation du conseil en orientation (il deviendrait donc une marchandise). Actuellement, de nombreux cabinets ou sites le font déjà payer, sans forcément la qualité. Puisque c’est payant, on pense que cela sera de meilleure qualité. Or, ce n’est pas toujours le cas. À partir du moment où une chose devient payante, cela crée de l’inégalité. Ce n’est pas ce qui est écrit sur les frontons de nos mairies !!!

 

  • Ton coup de cœur ?

Quand je vois un jeune qui comprend (cela illumine le visage, c’est trop beau à voir !).

 

  • Ton pire souvenir ?

Ma première séance d’info en classe de 3e à 8 h du matin (mon dieu que j’ai ramé).

 

  • Un conseil pour ceux qui aimeraient devenir psychologue de l’EN ?

Aimer les gens (sans jugement) et surtout les jeunes, avoir l’envie de transmission.

 

  • Complète cette phrase : « Pour vivre heureux au collège, vivons… »

Sans smartphone (mais cela vaut aussi pour les adultes).

 

  • Quelle chanson résumerait ton métier ?

Question difficile, en ce moment je pense à la chanson « Résiste » de France Gall.

https://youtu.be/cnX45mdpyC0

 

  • Est-ce que tu as des adresses à donner, à conseiller pour ceux qui auraient lu l’interview jusqu’au bout ?

– Le site de l’Onisep http://www.onisep.fr/ ou bien encore Eduscol http://eduscol.education.fr/

 

  • Pour terminer, et parce qu’une touche de couleur ne fait pas de mal, as-tu une illustration, un peintre, une photo qui pourrait venir clore cette interview un peu décalée ? Aux lecteurs d’interpréter, même sous la torture, nous nous tairons.

« Le Cri » de Munch (oui, je sais, ce n’est pas très gai).

lecri

Après ce cri, que dire ? Merci aux psychologues d’être présents dans nos établissements. On aimerait qu’ils puissent ne pas se partager entre différents établissements… mais ça… c’est encore un autre problème.

Une chronique de Tara Tata

Commentaires

commentaires

Répondre