biocarburants :nouveaux « cocktails d’enzymes » décomposant la biomasse végétale

La production de biocarburants est un enjeu énergétique majeur…

Dans un monde de changement climatique lié à l’action polluante de l’Homme sur l’environnement, les biocarburants sont souvent présentés comme des solutions énergétiques durables en raison du potentiel énergétique que représente la biomasse ( ensemble des matières organiques pouvant se transformer en énergie) : C’est  une réserve d’énergie considérable née de l’action du soleil grâce à la photosynthèse .

Les recherches sur les biocarburants ont  trois objectifs essentiels :

  • 1- Limiter l’usage d’énergies fossiles : les réserves de pétrole, énergie fossile non renouvelable, diminuent au fur et à mesure que nous les consommons, même si leur quantité est relevée chaque année par de nouvelles découvertes ..Plus de détails ici …
  • 2- Lutter contre le réchauffement climatique : les biocarburants produits localement permettraient de réduire de 25 à 90 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) par rapport à l’utilisation d’un carburant issu du pétrole. N’oublions pas un des objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement : diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050.
  •  3- Trouver de nouvelles sources d’énergie pour anticiper la disparition inéluctable des ressources pétrolières, même si celle ci n’est pas imminente …. en savoir davantage

Ces nouveaux « cocktails d’enzymes » ouvrent de nouvelles voies de production industrielle de biocarburants et de bioproduits, à partir de la biomasse végétale.

Pour la première fois, une approche génomique à haut débit démontre la grande diversité des activités enzymatiques permettant à une bactérie de fermenter différents types de biomasse végétale. Développée par des chercheurs du Genoscope (Institut de Génomique du CEA, CEA-IG), associés à l’Université d’Evry et au CNRS, cette approche pluridisciplinaire permet d’identifier les différentes enzymes impliquées dans la fermentation chez la bactérie Clostridium phytofermentans. Ces travaux sont publiés le 13 novembre dans la revue PLOS Genetics

Cette étude se concentre principalement sur Clostridium phytofermentans, une bactérie récemment isolée du sol forestier, qui fermente les débris végétaux(litière) en éthanol et en hydrogène

35053108c8_Litiere-feuille-morte-foret_Takomabibelot-CC-byLitière de feuilles mortes en forêt. © Takomabibelot CC by

Décomposer la cellulose et  les autres matériaux des plantes ligneuses est l’un des plus grands défis de la production de biocarburants …. Ces résultats faciliteront  la production industrielle de biocarburants et de bioproduits à partir de la biomasse végétale.
…télécharger le communiqué de presse du CNRS

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page