B4/ La vaccination, la sérothérapie

Voir le cours la vaccination , la sérothérapie  au format word: cliquer ici

LE COURS B4 /La vaccination, la sérothérapie

  • Peut-on  se  protéger durablement de certains microbes ?
  • Peut-on aider un organisme déjà infecté ?

 

A/ la vaccination

I/ Découverte du  premier  vaccin par Jenner : Edward Jenner, membre de la Royal Society (17 mai 1749 – 26 janvier 1823) était un scientifique et médecin anglais 

Edward Jenner source wikipedia

 L’expérience de Jenner

 « A u XVIIIe siècle, la variole est une maladie infectieuse grave, très contagieuse à l’origine d’épidémies souvent mortelles. À l’époque, JENNER, médecin anglais constate que les paysans qui avaient contracté le cow-pox* en trayant des vaches échappaient aux épidémies de variole.

JENNER se demanda « Comment se servir de cette protection des paysans atteints du cow-pox pour protéger la population ? ».

En mai 1776, on présente à Jenner une jeune fille, Sarah Nelmes. En soignant une vache, elle a contracté à la main droite, sur une égratignure, un gros “bouton” pustuleux. Jenner pense qu’il se trouve en présence d’une manifestation du cow-pox qui doit protéger de la variole. Il suppose alors que le contenu des pustules de la jeune fille est actif, et qu’il peut avoir cette même activité sur n’importe qui.

Le 14 mai, Jenner fait deux incisions superficielles au bras d’un jeune garçon, James Philipps ; il y insère une partie du liquide recueilli dans la grosse pustule de Sarah Nelmes, il espère ainsi mettre Philipps à l’abri d’une atteinte ultérieure (+ tard) du virus variolique.

Jenner surveille avec attention son “opéré” ; une pustule apparût au niveau de l’inoculation (l’injection), et se développa. “Le septième jour, déclare Jenner, le jeune Philipps se plaignit d’une petite douleur au niveau des ganglions, et, le neuvième jour, il ressentait quelques frissons, perdait l’appétit. Pendant toute la journée, il continua à être indisposé. Le lendemain, il était parfaitement bien portant (…).

Mais Philipps échappera-t-il aux atteintes de la variole ? Jenner l’espère. Il en a même l’intime conviction. Cependant, il lui faut en administrer la preuve, une preuve incontestable.

Le 1er juillet de l’année suivante, Jenner demande à l’expérience de lui fournir la réponse décisive : il inocule la variole à James Philipps.

L’attention, l’inquiétude, les espérances de Jenner redoublent. Les jours se succèdent, James Philipps n’a présenté aucune réaction locale au point d’infection  variolique, il est réfractaire à la variole. Le cow-pox l’a immunisé ! » Extrait de G. Ramon, Pages d’histoire de l’immunologie, Masson

* Cow-pox : maladie virale comme la variole mais bénigne se manifestant par l’apparition de pustules au point de la contamination

Le premier vaccin découle donc d’une observation du médecin britannique Edward Jenner

 S’appuyant sur ces résultats, Napoléon Ier appliqua la première grande campagne de vaccination en désignant des « vaccinateurs » dans ses armées et ouvrit  ainsi l’ère de la médecine préventive. Pendant un siècle, il n’y eut pas d’autre vaccin que celui contre la variole.

 Cliquer ici pour voir l’animation sur le principe de la vaccination

 II/ Pasteur et la découverte du vaccin contre le choléra

PASTEUR , source wikipedia

Louis Pasteur, né à Dole (Jura) le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette (Seine-et-Oise) le 28 septembre 1895, est un scientifique français, chimiste et

physicien de formation, et un pionnier de la microbiologie.

 Pasteur le premier, démontra que certaines maladies provenaient d’infection par des microbes. Il découvrit également que la virulence de certains microbes pouvait être atténuée (en les chauffant, par exemple). C’est alors qu’il eut l’idée d’inoculer des microbes à la virulence atténuée pour protéger contre une maladie donnée.

 Ses premiers vaccins furent vétérinaires : choléra de la poule,( En été 1879, Pasteur et ses collaborateurs, Roux et Duclaux, découvrent que les cultures vieillies  du microbe du choléra injectées aux poules ne déclenchent pas la maladie. De plus, elles résistent à de nouvelles infections.) charbon du mouton.

 Après avoir protégé des chiens de la rage par injections répétées de moelle de lapins contaminées et vieillies, Pasteur passe, non sans crainte, à l’homme avec Joseph Meister. Le résultat fut à la hauteur de ses espérances car Joseph Meister guérit.

 « […] J’étais arrivé à avoir cinquante chiens absolument réfractaires à la rage lorsqu’inopinément se présentèrent à mon laboratoire, le 6 juillet 1885, trois personnes arrivant d’Alsace, parmi lesquelles Joseph Meister, âgé de neuf ans, mordu cruellement, le 4 juillet par un chien enragé. Il portait de nombreuses blessures… La mort paraissant inévitable […] je me décidai, non sans de vives et cruelles inquiétudes, à tenter sur Joseph Meister la méthode qui m’avait constamment réussi sur les chiens, car j’avais déjà obtenu l’état réfractaire à la rage sur un grand nombre de chiens après morsures ».

Extrait de « Le traitement de la rage ». La Revue Scientifique. Pasteur 

Son premier vaccin humain fut celui contre la rage en 1885. 

La vaccination permet donc à l’organisme d’acquérir préventivement   et durablement une mémoire immunitaire relative à un microorganisme donné grâce au maintien dans l’organisme de nombreux leucocytes spécifiques.

Les antigènes utilisés pour les vaccins sont de nature différente.

  Ils peuvent être :

— un microbe voisin du microbe nocif (vaccin antivariolique) ;

— des microbes vivants rendus inoffensifs (BCG contre la tuberculose) ;

— des bactéries tuées (vaccin anti typhoïde) ;

— une toxine atténuée, c’est-à-dire une anatoxine (vaccin antitétanique) ;

— une molécule antigénique isolée ou obtenue par génie génétique (vaccin anti hépatite B).

 La vaccination est obligatoire pour certaines maladies. Les rappels de vaccination permettent de réactiver la mémoire immunitaire.

 La vaccination est un geste solidaire ; elle évite la propagation des maladies infectieuses et protège la population

B / la sérothérapie , traitement d’une maladie déclarée

  La sérothérapie est le transfert de sérum contenant des anticorps dirigés contre une toxine donnée, pour aider un organisme déjà infecté à neutraliser cette toxine. La protection est immédiate, mais peu durable. Pour obtenir une protection à long terme, il est nécessaire d’entreprendre une vaccination, quand le vaccin existe.

 La sérothérapie permet de prévenir une infection dans les cas thérapeutiques suivants :

— blessé non vacciné.

— blessé vacciné mais présentant une déficience immunitaire (production insuffisante d’anticorps, brûlure, hémorragie grave, traitement réduisant l’activité immunitaire en cours de greffe ou de cancer, etc.).

— piqûres ou morsures d’animaux.

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone