Archive du catégorie ‘Grec’

Grec: Contrôle de lecture, Hécube

samedi,28 avril 2012

Euripide, Hécube

Contrôle de lecture

(les illustrations sont empruntées au site mediterranees.net)

  1. Où se passe l’action ?

L’action se passe au campement d’Agamemnon, devant les tentes où sont retenues les captives troyennes. La scène se situe non à Troie, mais en Chersonèse de Thrace (rive européenne de l’Hellespont, aujourd’hui la péninsule de Gallipoli)

Mort de Priam et de Polyxène

Enluminure du ms 50, fol.73 – 1463
Miroir historial, Paris, BNF

(suite…)

Platon: Socrate, un poisson torpille

dimanche,15 avril 2012

Ménon, 80 a et b

Traduction

(Traduction assez littérale, mais pas très élégante…)

Pour ma part, Socrate, j’entendais dire, avant même de t’avoir fréquenté que toi, tu ne faisais rien d’autre que d’être toi-même dans le doute et de faire douter les autres. Et maintenant, tel que tu me sembles du moins, tu m’ensorcelles, tu me charmes, et me tiens sous l’emprise de tes paroles magiques, à tel point que je suis désormais rempli de doute. Et s’il faut absolument faire une plaisanterie, tu me sembles être absolument le plus semblable, pour la forme et pour tout le reste, à ce poisson-torpille que l’on trouve dans la mer. Et en effet, celui-ci rend engourdi celui qui s’approche chaque fois, et qui le touche. Car, vraiment, pour ma part, je suis engourdi, en ce qui concerne l’esprit et la langue et je n’ai rien à te répondre.

Certes, au sujet de la vertu, j’ai prononcé de très nombreux discours devant de nombreux publics et tout à fait bien, du moins tel que je me semblais à moi-même. Mais maintenant, je ne peux absolument pas même dire ce qu’elle est. Et tu me sembles décider bien, en ne prenant pas la mer à partir d’ici, et en ne voyageant pas. En effet, si tu agissais ainsi, étranger dans une autre cité, rapidement tu serais mis en prison comme sorcier.

Euripide: Hécube, le pièce tendu à Polymestor

dimanche,15 avril 2012

Euripide, Hécube

Polymestor, Hécube, vers 985 à 1022

Introduction

La pièce d’Euripide laisse une large part à la parole argumentée de chaque personnage. Les épisodes se construisent sur la notion habituelle dans la tragédie d’αγων, d’affrontement, et chaque personnage est amené à défendre son point de vue dans une tirade assez longue à laquelle son adversaire répond par une autre tirade (par exemple la scène entre Ulysse, Hécube et Polyxène.) Mais si dans la première partie de la pièce, Hécube ne faisait que subir des décisions prises par d’autres, dans la seconde partie, elle décide de se venger de Polymestor, avec l’accord tacite d’Agamemnon. Dès lors, la scène entre la reine et le roi thrace change de tonalité : on assiste ici à une scène très vive, où les répliques s’enchaînent vite et où se met en place le piège tendu par Hécube.

De quelle manière Euripide fait-il partager au lecteur la tension dramatique de la scène ?

Hécube, mise en scène Bernard Sobel

(suite…)

Grec: Présentation des Panathénées

mardi,3 avril 2012

Grec: Hécube, tirade de Polyxène

mardi,3 avril 2012

Euripide, Hécube

Tirade de Polyxène, vers 342 à 378

Sacrifice de Polyxène (British Museum)

Introduction

Le premier épisode met aux prises Ulysse, Hécube et Polyxène. Ulysse vient chercher la jeune fille pour la conduire au sacrifice et l’immoler sur le tombeau d’Achille, conformément à ce qu’a réclamé le fantôme de celui-ci. Hécube, dans un premier temps, cherche à émouvoir Ulysse, lui rappelant le moment où elle l’a sauvé, lorsqu’il s’est introduit à Troie et a été reconnu par Hélène (Euripide, à cet égard,  modifie quelque peu l’épisode raconté dans L’Odyssée). Mais la prière d’Hécube est vaine, Ulysse ne se laisse pas fléchir. La vieille reine se tourne alors vers sa fille, en espérant que ses supplications  seront plus efficaces. Cependant le comportement de Polyxène est tout autre. Loin de supplier pour qu’on lui laisse la vie, elle revendique hautement la mort. De quelle manière Euripide fait-il de la jeune fille une véritable héroïne?

(suite…)

Grec: Prologue d’Hécube, Euripide (vers 1 à 27)

dimanche,11 mars 2012

Euripide, Hécube

Prologue vers 1 à 27

Introduction:

Euripide a consacré plusieurs tragédies à la chute de Troie et à ses conséquences, dont quatre nous sont restées complètes: Andromaque   (427), Hécube, 424, Les Troyennes (416), Hélène (412). On le voit, elles concernent les femmes, et la manière dont, seules survivantes de la guerre, elles affrontent l’esclavage qui est désormais leur sort. Seule Hélène, pièce singulière, propose une version de la légende qui réhabilite le personnage qu’à la différence d’Homère, le V siècle athénien ne parvient plus à justifier (La vraie Hélène aurait été enlevée par les Dieux, transportée en Egypte, dans le palais de Protée, tandis qu’un fantôme à sa ressemblance aurait été façonné par Héra et envoyé à Troie).

 

Hécube assistant au meurtre de Priam, par Neoptolème, le fils d’Achille

(suite…)

GREC: Platon, Phédon: La mort de Socrate

lundi,16 janvier 2012

Commentaire

La mort de Socrate, François Boucher, 1762

Introduction

Considéré comme l’un des dialogues de la maturité de Platon,  Phédon évoque les derniers moments de Socrate et se consacre à la question de l’immortalité de l’âme. Il se présente sous la forme d’un récit que Phédon, de passage dans la ville de Phlionte, dans le Péloponèse,  fait à Echécrate, l’un de ses amis, par ailleurs membre d’un cercle pythagoricien (Le philosophe et mathématicien Pythagore (580-495 AVJC) avait fondée à  Crotone, une école que l’on a assimilée à une sorte de secte, qui mêlaient leçons scientifiques et mathématiques, croyances religieuses et principes de vie. L’école essaima  dans le monde méditerranéen).
Par le biais de ce récit, nous assistons donc à la mort de Socrate, dans sa prison, entouré de ses amis (Platon, cependant, n’est pas là et il précise au début du dialogue:  » Πλάτων δὲ οἶμαι ἠσθένει », « Platon, je crois, était malade », 59b). Comment à partir de cette page se construit l’image mythique de la mort du philosophe, qui deviendra un modèle dans la pensée occidentale?

(suite…)

Grec: Les Nuées, Aristophane

dimanche,27 novembre 2011

Commentaire du texte d’Aristophane

Les Nuées, vers 218-239

Introduction:

La première pièce écrite par Aristophane en 427, Les Banqueteurs était déjà une charge contre les sophistes, ces professeurs d’éloquence qui parcouraient la Grèce pour proposer leurs leçons à ceux qui avaient le moyen de les payer, et dont la réputation d’habileté et d’immoralité est telle que nous utilisons ce terme de manière péjorative, pour désigner aujourd’hui quelqu’un dont le raisonnement est faux, mais difficilement réfutable. En 423, avec les Nuées, il reprend ses attaques, en faisant de Socrate l’un de ces sophistes, alors même que le philosophe condamnait leurs manières de penser et d’agir, comme en témoignent Protagoras ou Gorgias de Platon.

Sculpture représentant Socrate

Musée du Louvre (suite…)

Grec: Le Banquet, Platon

samedi,12 novembre 2011

Eloge de Socrate par Alcibiade

Commentaire du texte:

Platon, Le banquet

A la fin du Banquet, alors que chacun des convives a proposé son éloge de l’amour, arrive Alcibiade:

« Un instant après, nous entendîmes, dans la cour, la voix d’Alcibiade, à moitié ivre, et qui faisait grand bruit en criant, Où est Agathon? qu’on me mène auprès d’Agathon. Alors la joueuse de flûte, et quelques autres de ses suivant, le prenant sous le bras, l’amenèrent vers la porte de la salle où nous étions. Alcibiade s’y arrêta, [212e] la tête ornée d’une épaisse couronne de violettes et de lierre, et de nombreuses bande- 320 lettes. Amis, je vous salue, dit-il. Voulez-vous admettre à boire avec vous un buveur déjà passablement ivre? « 

(http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/banquet.htm

(suite…)

Grec: Marsyas et Apollon (Iconographie)

dimanche,16 octobre 2011

I Musée du Louvre: Apollon et Marsyas, panneau d’un sarcophage, v. 290–300 ap. J.-C. Découvert en 1853 en Toscane, Italie.

(suite…)