l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

La loi de 89 avait institué les cycles et celle de 2005 les a poursuivi …

On sait la difficulté à faire vivre cette double idée qui s’impose à nous comme une injonction paradoxale : chaque élève doit progresser à son rythme dans les apprentissages et pourtant des rendez – vous sont fixés dans le but d’atteindre les compétences exigibles pour le socle commun…

Il faut donc programmer pour la classe en tenant compte des repères annuels et tenir compte de la nécessaire individualisation des parcours.

L’observation concrète des programmations montre qu’elles sont vues surtout comme une répartition des apprentissages parfois croisée avec les compétences…

On oublie des défauts essentiels que l’évaluation nationale de CM2 a le mérite de souligner :

– répartir en modules d’apprentissages les notions à enseigner permet de les distribuer dans le temps mais il faut aussi penser à la construction spiralaire des apprentissages… Si l’étapisme est un piège à éviter, si la pédagogie par objectifs a montré en son temps ses limites, il faut agréger progressivement les connaissances en permettant de vrais approfondissements.

Inutile de reprendre tout à zéro chaque année comme si l’élève ne connaissait pas le sujet : ainsi, il est parfois dommage de perdre du temps à redécouvrir alors qu’il s’agirait plutôt de reconnaître et d’approfondir.

Autre souci, alors que l’école primaire permet au maitre de dépasser le cloisonnement disciplinaire et de relier les connaissances, on présente souvent les notions en modules clos sur eux-mêmes. On passe un temps certain sur un aspect… mais l’on n’ y reviendra ni dans les autres disciplines, ni dans la même discipline.

C’est la triple question de la stabilisation, de la réactivation et de la transposition qui est posée.

Stabilisation car il faut donner le temps de s’exercer et pas forcément dans le fil direct de la leçon jusqu’à épuisement…

Réactivation car il faut des « piqûres » de rappel pour que la mémoire puisse créer des automatismes.

Transposition car il faut dans de nouvelles formes de travail, dans d’autres disciplines ou situations pouvoir utiliser les connaissances en question.

Ces aspects devraient être pris en compte dans toute programmation…et ce d’autant plus dans un contexte où les maîtres disent manquer de temps alors qu’ils continuent d’en perdre souvent dans de longues séances introductives ou à proposer au sein d’une activité un exercice qui ne sert pas la notion travaillée… D’où la nécessité d’une exigence de clarté en matière d’objectifs…

One Comment

  1. Bonjour Vincent … Je viens de lire votre commentaire sur le Café et ne sais si je vais toujours oser m’adresser à vous … comme je l’ai fait jadis …
    Voilà, je profite de mes vacances pour préparer notre participation au Printemps des Poètes 2010 sur le thème « Couleur Femme » … Alors , voudriez-vous nous envoyer un poème ( d’un poète homme ou femme) qui illustrerait pour vous ce thème, en nous précisant dans un commentaire pourquoi vous l’avez choisi … noue le publierons dans la quinzaine du 8 au 21 mars sur notre nouveau journal électronique « l’Eveil » …
    http://eveil25.info

    P.S: Je me serais bien adressé à mon inspectrice, mais comme je vais bientôt être inspecté , je n’ose pas lui poser la question personnellement 🙂

Your must be logged in to comment.