Bienvenue !

« La vie polaire, et de surcroît en groupe, ne permet aucun maquillage, aucun subterfuge, aucune tricherie. On se montre tel qu’on est: l’homme que l’on est au fond de soi et qu’on ignore soi-même… » Paul-Emile Victor.

Bienvenue sur le site pédagogique de Aude Villemain dédié aux convois d’alimentation de la station polaire Franco-Italienne Concordia. Avant d’aller plus loin, je vous encourage à vous connecter sur le site de l’Institut Polaire Français (http://www.institut-polaire.fr/ipev/soutien-a-la-science/antarctique/) pour vous informer au préalable de l’activité polaire française et de la situation de la station antarctique continentale Concordia.

Concordia est la troisième station continentale Antarctique. Elle se situe à 1150 km de Dumont d’Urville sur le site du Dôme C. Le déroulement du projet, du premier dessin à l’ouverture, a pris 15 ans. La construction elle-même sur le site a duré  six étés austraux de deux mois et demi. Au total, 28 convois ont été nécessaires pour livrer depuis Dumont d’Urville, les 3800 tonnes de matériels nécessaires à la réalisation de la nouvelle station. Depuis, au rythme de deux a trois convois annuels, ce sont 58 convois qui ont été organisés au total pour compléter le développement de la nouvelle station et livrer les consommables annuels (carburant, pièces de rechanges, nourriture).
  
L’époque actuelle  n’offre que peu de situations échappant à la normalisation. Les convois antarctiques font ainsi partie des dernières activités non encore réglées et fonctionnant  sans encadrement formel. Pour autant, en parallèle avec ce parfum de « dernière aventure humaine » existe une organisation rigoureuse car la pérennité de Concordia dépend du lien avec la côte. Sous l’appellation raid qui, au temps des premières expéditions en véhicule des années 50, définissait une opération de découverte scientifique, a pris place maintenant une véritable entreprise de transport car le site doit être alimenté.
  
Si les matériels employés sur le raid appartiennent pour la plupart au domaine des prototypes, le raid  lui-même est un prototype dans son fonctionnement et son organisation. C’est, à coté d’une expédition polaire, une aventure industrielle qui se construit convoi après convoi. La route du raid traverse une zone de la planète largement inconnue, et considérée comme la dernière marche avant l’espace. Le raid s’auto-construit, s’adapte comme un corps vivant et le personnel en charge apprend et consolide son expérience à chaque voyage. 
  
Ainsi, c’est au moment du raid 50 (novembre 2012) qu’ Aude Villemain (à l’époque déjà en charge d’un programme d’ergonomie à Dumont d’Urville) s’est intéressée au cas du système raid et a proposé de mettre en évidence ce fonctionnement original et d’en  tirer des enseignements transposables à d’autres situations. Il faut croire que le sujet est intéressant car les deux premiers articles scientifiques soumis à des revues traitant d’ergonomie ont été acceptés. L’un dans une revue francophone Québécoise (Pistes), l’autre dans une revue américaine (Safety Science) .
  
J’ai pris part à une quarantaine de raids sur les 58, dont le premier vers le Dôme C, ou raid de découverte, en novembre-décembre 1993. Par la suite j’ai assumé la plupart des raids du début, ceux ou il fallait tout régler sur le champ pour assurer le service. La principale difficulté étant non pas technique, mais financière et administrative, car il a fallu conserver la confiance des laboratoires scientifiques, clients du système. Le raid est devenu adulte vers 2002/2003. Même si la veille technologique et les progrès actuels sont plus tournés vers l’amélioration de l’efficacité énergétique (il faut environ 0,35 kg de carburant pour livrer 1 kg de fret à Concordia), l’époque actuelle comporte son lot de challenges et de remises en question. 
  
Le raid Antarctique est une aventure moderne qui mérite l’intérêt qu’on lui porte. 

Patrice Godon, Concepteur du Raid et

Responsable du département “infrastructures et logistique polaire” de l’IPEV .

 

logo1logo2logo3

4 réflexions au sujet de « Bienvenue ! »

  1. Bonne année à vous,
    Bon périple et à bientôt via « Les news » ou visioconférence!
    Peut être une photo « Je suis Charlie » dès votre arrivée ? Histoire de mobiliser le monde entier. A défaut d’une marche républicaine constituée de Manchot …..
    En vous souhaitant une très bonne aventure,
    Clélia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *