Archives pour la catégorie Carnet de voyage 2015

Lundi 23 février 2015

10h

Nous avons tous embarqué vendredi soir dernier, précipitamment.  A 5h du matin samedi, les hélicos tournaient encore pour décharger du fuel. Nous sommes sortis du pack dans la journée de samedi, vers midi. Depuis, ça secoue pas mal. Impossible de lire, d’ouvrir un ordinateur… seule notre bannette nous accueille à bras ouverts…

Cette nuit a été mouvementée; depuis que nous sommes sortis du pack, l’Astro tangue et roule en même temps, sensation assez désagréable. Toute la question est de savoir comment se caler dans la bannette pour ne pas tomber et pour essayer de dormir. Pas de réponse, à part charger sa bannette de vêtements, dormir avec l’ordinateur, les sacs dans la bannette bref… on développe tous des stratégies plus ou moins efficaces.

Je suis avec le préfet des TAAF dans la cabine, qui ne se lève plus… je la nourris en lui apportant des fruits, des pommes, de l’eau, des tranches de pain. Malgré les  médicaments, beaucoup ne peuvent plus se lever. Je me redécouvre aussi, ce qui fonctionnait jusque là contre le mal de mer ne fonctionne plus…  ça m’interroge, déjà à l’aller j’avais fait ce constat. Le corps finit-il par s’habituer??

Nous devrions trouver sur notre chemin une dépression avec plus de 65 kts de vent. Le capitaine a décidé de faire un détour pour essayer de la contourner. Espérons que ça se passe aussi facilement.

L’arrivée à Hobart initialement prévue jeudi prochain est donc décalée à vendredi soir si tout va bien. Un jour de plus en mer…nous verrons bien.

J’espère que tout va bien de votre côté.

Vendredi 20 février 2015

Bonjour à tous,

Je suis arrivée ce matin à DDU en pensant y passer la nuit. A 15h, nous apprenions que nous embarquions ce soir à 20h sur l’Astrolabe : du mauvais temps est prévu à partir de demain jusqu’à mardi. Nous ne savons pas encore si nous partons demain ou plus tard, tout dépend du temps et du déchargement. Je vous tiens au courant.
Merci de ne plus utiliser l’adresse mail de DDU à partir de maintenant mais celle de l’Astrolabe, ()  en n’oubliant pas de mettre mon nom en objet du mail.

 

A bientôt par mail…. Peut-être…

Mercredi 18 février 2015

 

Nous sommes arrivés du raid samedi soir dernier. Nous continuons notre vie de nomade en vivant toujours dans la caravane.
Depuis que je suis rentrée, les choses se précipitent. Les entretiens à terminer, le matériel à préparer pour repartir, les affaires personnelles à regrouper etc. Tout ça sans avoir de date de départ de l’Astrolabe. Il est arrivé la veille de l’arrivée du raid à DDU. Le déchargement se fait avec deux hélicos et en pointillé du fait du mauvais temps passager.

Nous avons été envahis la dernière journée du raid, avec le débarquement sur le raid de la préfète des TAAF  et du directeur de l’IPEV dès que nous étions à portée d’hélico. Nous les avons accueillis vers 11h sur le convoi et avons poursuivi un peu notre route. Nous étions environ à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée.

Le temps de descendre les charges une à une sur les derniers kilomètres (à cause du dénivelé, pour ne pas être embarqués par le poids des charges attelées à l’arrière des engins), nous sommes arrivés finalement pour le repas du soir à Cap Prud’homme.

Le lendemain, la préfète et le directeur de l’IPEV sont venus manger à Prud’homme le midi, après une visite des caravanes vers 11h…  A 10h30, je tente de sortir de la caravane jaune… Impossible, la porte gelée. Pas de radio. Pas moyen de communiquer. Pas de burin, pied de biche ou d’autres outils. Pas moyen de sortir. L’arrivée des VIP n’allait pas tarder… Il fallait bien trouver une solution. J’ai alors décidé de forcer l’ouverture de la fenêtre. Estimant que c’était jouable, j’ai balancé mes affaires par la fenêtre avant de l’enjamber. Après avoir vérifié que l’hélico n’arrivait pas avec les VIP, je me suis jetée… dans la neige, prête à les saluer comme si de rien n’était. J’avais été épargnée jusque là sur le raid, mais en Antarctique, il faut s’attendre à tout jusqu’au bout en fait, et surtout… Toujours avoir avec soi un côté sportif pour se sortir de drôles de situations.

Même si je loge toujours dans la caravane, l’adresse mail du raid n’est plus fonctionnelle. Vous pouvez désormais me joindre sur cette adresse :  [email protected]

jusqu’au départ de l’Astrolabe.

Vendredi 13 février 2015

Ce matin nous étions à 200 km de  l’arrivée. Nous sommes dans le mauvais temps depuis hier soir. Pour nous (ceux qui sont de fuel) protéger du froid, le chef de convoi a décidé d’arrêter le convoi en constituant un hippodrome avec la caravane et les engins, de sorte à nous protéger du vent. Nous
sommes revenus à des températures correctes (-27 hier soir). Cependant j’ai l’impression d’avoir plus froid qu’à -50. Le vent souffle la neige (blizzard), ce qui donne une sensation de froid et d’humidité assez désagréable.
Ce matin nous avons mis 1h30 à pouvoir partir, le temps de décoller les charges, de se désensouiller, avec une visibilité quasi nulle. Dans notre engin, nous avons tous été accompagnés un à un à nos charges, ce matin, par l’engin de tête, le 8, qui dispose de la navigation, car même pour faire 100m, il est impossible de s’orienter et de se repérer, tout est blanc autour, pas de contraste. Nous sommes actuellement presque tous reliés entre nous, à l’image d’une grosse chenille colorée. Certains engins sont équipés de phares, d’autres non ; il s’agit de placer les charges et les engins de la manière la plus stratégique possible, à l’économie, avec pour intention de limiter au maximum les manipulations d’attelage.
Ces 3 derniers soirs, j’ai fait des exploits: j’ai pris des douches au fuel… quitte à faire un détour ou à retarder la maintenance de l’engin que je fuele, les gars sont plus que vigilants; un moyen efficace me semble-t-il pour se protéger des contacts humains, et pendant plusieurs jours, compte tenu de l’odeur imprégnée dans les vêtements. Les tuyaux de pompage se durcissent avec le froid. Il devient impossible d’en faire ce qu’on en veut.
Même pour se déplacer d’un engin à un autre avec le tuyau, c’est compliqué; entre le poids du tuyau cadavérique, les fils de branchements à éviter, les plis ou les nœuds aussi à éviter  qui casseraient le tuyau avec le froid ; bref, il faut bien que dans tout ça la vanne s’ouvre au mauvais moment….Une fois le tuyau installé, si par malheur  l’un des gars se prend le pied dans le tuyau ou y touche pour le bouger un peu, c’est la catastrophe… avec la rigidité, ça le fait sortir du réservoir, et comme je suis à côté…même sans ça: à plusieurs reprises j’ai pensé que le tuyau était installé dans le réservoir mais au moment où j’ouvre la vanne, avec la pression, le tuyau se contorsionne et sort du réservoir, à croire qu’il le fait exprès… toute la difficulté est ensuite de pouvoir l’approcher à nouveau pour reprendre le contrôle en  évitant le pire. Autant vous dire que c’est peine perdue, tant pis il faut bien y aller. Bien évidemment la combinaison, pourtant épaisse, adore boire du gasoil en grosse quantité, qui traverse les couches de vêtements. Il faut toutefois faire attention, le gasoil brûle la peau. Fâchée, je me rue sur la vanne tout en grommelant. Je ne désespère pas de pouvoir dresser ces tuyaux d’ici la fin du raid. Le fuel est rare ces dernières années en Antarctique, je me demande s’ils n y gagneraient pas plus  à me mettre sur la maintenance des engins…

Une fois encore, je fais le constat de l’intérêt d’aller vers de la flexibilité, y compris ici, au sein du groupe. La rigidité est peu maniable, c’est plus de la bagarre qu’autre chose. La vie confinée comme ici, où nous avons peu d’endroit où nous réfugier sauf notre cabine d’engin, incite à la flexibilité, la tolérance, à prendre sur soi, à  composer… c’ est un apprentissage de tous les jours pour moi. Je ne cesse de me poser la question de la limite. Car même dans ces situations  difficiles, où faut-il placer le
curseur??
Les pannes se sont un peu précipitées certains jours et ont demandé de l’engagement de plusieurs heures sur plusieurs chantiers, ce qui pose un problème considérable pour les prises de vue, je n’ai pas le don  d’ubiquité, sans compter que lorsque nous sommes en galère il est difficile de rester à tenir la caméra sans aide compte tenu des températures, ne serait-ce que pour déneiger des pièces, transporter des élingues, aller chercher des pièces, manœuvrer.

 

Ce type de recherche mené en contexte réel dans ce type d’environnement extrême pose clairement la question de la posture du chercheur, chercheur/raideur. Je passe mon temps à tenter de sentir les ambiances, d’anticiper les agacements et les colères, d’estimer le degré de galère dans lequel on est, pour savoir s’il faut ou non sortir la caméra et si oui, comment. Je passe mon temps à alterner les rôles, je jongle entre le rôle de chercheur, mais aussi celui de membre du raid, au final je suis dans la même galère que tout le monde. La situation de recueil de données est parfois problématique lorsqu’on mène ce type de recherche, qui a certes le souci  de préserver la complexité des situations pour mieux en comprendre leur réalité, mais qui selon moi manque de transparence. La méthodologie mérite d’être explicitement décrite et couchée sur papier. Même et surtout vis-à- vis des opérateurs avec lesquels nous travaillons en immersion, il faut réussir à construire et à proposer un cadre à la recherche en situation complexe, qui par définition est incadrable …vaste challenge.

Je crois qu’ici nous sommes tous de grands enfants, passionnés par le polaire, le raid et … les tracteurs. Entre celui qu’on surnomme « bip bip » qui s’amuse comme un fou au volant de son engin à faire la  course avec lui, celui qui aime faire déraper le train arrière de son engin dételé, celui qui est plutôt dans le défi technique de  « c est mon engin le plus fort, qui consomme le moins, qui tracte le plus et le plus beau…. », celui qui est dans la peau d’un (z)héro polaire de  » t’as vu tout ce que j’ai comme charges, mon attelage est le plus lourd »… » moi je suis un super pilote », bref on ne refera pas la nature humaine, l’humain reste ce qu’il est, quelles que soient les situations même (ou surtout?) les moins appropriées. Des que l’humain reprend le dessus, sa nature revient au galop… mais il n’en demeure pas moins qu’ils restent « les experts du polaire »; et quand une fille s’approche pour leur piquer leur jouet, ça ne peut jamais vraiment bien se passer… mais moi aussi je dois avouer que ça m’amuse bien d’être au volant de ces gros engins, une radio à la main, enfermée 11h par jour dans un vagabondage mental…heureusement qu’il y a cette satisfaction que chacun trouve dans ces petits moments  pour surmonter les épreuves.

Voilà pour les nouvelles. Je crois que l’Astrolabe est arrivé proche de DDU, toujours séparé par une couche de banquise. Il semblerait que le pack ait disparu. Le déchargement doit être en cours, par hélico, ce qui prend du temps.
A l’arrivée, je dois encore mener des entretiens avant de préparer mes affaires pour repartir. Je vous tiens informés de la suite.
En espérant que l’hiver soit enfin arrivé en France….

Dimanche 8 février 2015

Hier, samedi 7 février, 3ème jour de raid. Journée noire.
Déjà après être partis de Concordia, à 5 km, Terra Nova (base italienne) cherche à joindre le raid en urgence. Après discussion téléphonique avec le médecin du raid, un Italien doit  nous quitter pour être rapatrié par avion vers sa base.
De 11 personnes à l’aller, nous repartons finalement à 8.
Les températures sans vent sont raisonnables pour l’époque; aux environs de -35. Le problème,  c’est le vent qui fait descendre les températures à  -50, peut-être moins. Il nous est difficile d’estimer la température réelle, les thermomètres de la caravane et des engins s’arrêtent à  -42.
Hier matin l’engin n°14 a présenté des symptômes de gasoil qui gèle à 7h40. Après changement des filtres, nous pensions pouvoir partir quand ce fut au tour de l’engin 9 (le mien) qui présentait les mêmes symptômes … Une inquiétude commençait à planer. Parallèlement nous nous sommes aperçus que le chauffage du +4 (frigo) ne fonctionnait pas. Tout est donc congelé, y compris l’eau consommable.
Après 2 h de travail dans le froid (réparation pour les uns, transfert de bidons du +4, branchement de la cuve Madelaine et enregistrements vidéos…), nous sommes enfin partis vers 10h. Les engins étaient démarrés, il ne fallait plus tarder à partir.
A 16h l’engin 9 présentait à nouveau un problème de puissance, lié à la batterie.  Après réparation, au moment de repartir, l’attache de l’engin 13 cède sous le froid et le poids de la caravane. Bref, 1h30 d arrêt.
Nous avions décidé de rouler jusqu’à 22h pour tenter d’atteindre la piste (300km) pour trouver des températures plus raisonnables et donc régler ce problème de gasoil dont la paraffine gèle. A 21h00, l’engin 9 fumait suite à une fuite de glycol. Le convoi s’est donc arrêté là pour la nuit. Le travail de maintenance terminé, nous sommes passés à table vers 23h30, couchés vers 1h00, avons repris ce matin à 7h00.
Hier soir nous avons transvasé une cuve dans Madelaine pour que le fuel chauffe toute la nuit. Ce matin, nous avons attaqué par les pleins. Pour le moment la journée se déroule correctement. Hier nous avons passé environ 5h à travailler dehors… ça pique… Je vous renvoie vers les coulisses du raid pour comprendre l histoire avec Madelaine ainsi que vers les CR du raid pour le détail des incidents  …

Jeudi 5 février 2015

10h

Bonjour à tous,

Nous sommes arrivés il y a deux jours à Concordia et repartons cet après-midi. Comme à chaque escale à Concordia, c’est le rush. Le temps du déchargement, du rechargement, d’atteler le convoi à nouveau… Mêlé à tout cela, je case quelques entretiens d’auto-confrontation. Bref, le chef de convoi nous a autorisé du repos ce matin, juste avant de repartir.

Hier, trois avions sont arrivés à Concordia, deux basslers et un twin otter. Bientôt Roissy ici avec 3 aérogares… il y a des bouchons devant les tours de Concordia, nous avec notre caravane au milieu des avions… nous nous sommes empressés hier de terminer de tout atteler et de déplacer le convoi, de peur d’être bloqués par les avions qui ne sont pas sûrs de décoller aujourd’hui à cause du mauvais temps.

Patrice Godon et le médecin chef des TAAF ont quitté le raid et rentrent par avion. Nous sommes donc 9 au retour, avec 7 engins : pour faire des économies de fuel, deux engins sont chargés sur skis. Nous nous attendons à des températures froides pour le retour. A Concordia, en journée nous côtoyons les -35°C, supportables s’il n’y a pas de vent. La nuit, les températures descendent en dessous de -45°C.

Voila pour les nouvelles.
A très bientôt

Dimanche 1er février 2015

10h

Une semaine que maintenant nous sommes partis. Nous espérons arriver dans 2 jours à Concordia. Ce matin, il nous restait environ 300 km. Mais pas de pronostic en Antarctique…
Nous avons dépassé les 3000m d’altitude (3181m). Le corps le sent. Se parler en marchant est un effort.
Le groupe a trouvé son rythme de croisière, chacun a pris sa place au sein du groupe. L’ambiance est saine, agréable, sans doute aussi facilitée par le peu de pannes. Chacun avec ses occupations quotidiennes qui restent de l’ordre du mystère, de la bulle intime et secrète.
Jusqu’à hier, les températures n’étaient froides que par la présence du vent, même léger, mais tellement insupportable ! Ce matin au lever, le thermomètre affichait -38°C. Les tuyaux de fuel, les élingues se rigidifient. Le manche de caméra comme tout ce qui est en métal ne peut plus être pris à pleines mains sans gants. L’écran de la caméra HD n’a pas résisté au froid. Certaines batteries de go-pro et 1 go-pro commencent à être inutilisables. Même sort pour quelques cartes SD.

La surface du sol a changé depuis 3 jours. A l’approche de Concordia, la texture de la neige change. Elle est composée de grains qui scintillent que l’on voit à l’œil nu. Alors que vers la côte, la neige ressemble à une texture homogène, proche de celle qu’on connaît. La neige est de plus en plus molle, ce qui ne facilite pas les déplacements et augmente les risques de sorties de route. Parfois 1m50 de dénivelé à gauche et un cordon de 60cm à droite nous laisse une piste de la largeur des engins et des charges ; proportionnellement à la largeur des pieds, se déplacer sur une poutre reviendrait au même je crois.

Le froid commence à nous jouer des tours. Avec l’Australienne nous logeons dans un container attelé à la caravane vie, histoire de faire une girls’capsule. C’est donc en charentaises que nous circulons d’un container à un autre (énergie-vie-couchage pour les filles). Question d’habitude d’avoir finalement un peu de neige dans les chaussons et les chaussettes légèrement enneigées. Même si au départ ça paraît loufoque, (je le vois bien, les nouveaux arrivants sur le raid restent sur la réserve quant à l’utilisation de leurs charentaises qu’ils regardent d’un drôle d’air…), je dois avouer que les pieds savourent le passage des grosses moon boots portées toute la journée à des petits chaussons.
Hier soir nous ne pouvions plus entrer dans notre container girls’ capsule: la neige s’est infiltrée à l’intérieur et a bloqué la porte en gelant. C’est au marteau et au pied de biche, à minuit, que nous avons bricolé pour essayer de retrouver nos duvets, avec la crainte ce matin de ne plus pouvoir sortir. Désormais, chaque soir, ce sera la surprise. Le matin, une couche de givre recouvre les fenêtres et certaines parties du sol de notre container.
Probablement nous allons devoir nous rapatrier dans la caravane vie pour le retour.
La neige s’infiltre de partout, oublier de fermer ses poches de combinaison peut être fatal pour tout ce qui n’est pas étanche. Bref, tout un apprentissage…

Merci à tous pour vos messages.
Je vous tiens au courant de la suite des événements.
En espérant que tout le monde se porte bien.

 

Aude

Carte des incidents sur le Raid 56

A partir des comptes rendus de raid publiés sur le blog, vous proposerez une cartograhie des incidents sur le raid aller-retour, en distinguant les incidents relatifs aux engins caterpillar, aux kassbohrër et aux charges (traineaux, skis, timons…). Vous marquerez différemment les interventions sur les prototypes actuellement à l’essai. Vous utiliserez la carte de la route du raid à votre disposition sur le blog pour localiser les incidents (données GPS à transformer).
A vous de jouer…

Mercredi 28 janvier 2015

Bonjour à tous,

4ème jour de raid. Nous avons dépassé les 2400m d’altitude. Les efforts deviennent difficiles par manque d’oxygène. Nous avons tous diminué notre rythme de déplacement. Les températures sont froides depuis que nous sommes partis du fait du vent. Ce matin le thermomètre affichait -30°C.
Les travaux du soir se font le plus vite possible et de la manière la plus efficace possible pour limiter le temps d’exposition au froid.

Pour le moment, nous avons rencontré tous les jours des difficultés au démarrage du convoi le matin ou en journée, d’un des 3 attelages. Pas moins de 30 minutes pour réussir à décoller les charges. Les arrêts sont donc à calculer. Nous transportons environ 300 tonnes de denrées, fuel et matériel. A cela, s’ajoutent le froid et le gel de la piste, il devient
difficile de lancer le convoi. Ensouillages, charges collées au RDV.
Nous roulons en moyenne à 11,5-12 km/h ce qui n’est pas si mal compte tenu des charges et du dénivelé positif. L’objectif quotidien est de dépasser les 100 km journaliers. Le soir nous terminons la conduite pour commencer le travail du soir vers 20h au lieu de 20h30 habituellement pour avoir un peu moins froid.

Comme prévisible, le prévu du protocole est à revoir. Prise de son difficile à cause du vent, prises de notes impossibles à cause du froid. Je développe aussi des savoir-faire pour filmer et avoir le moins froid possible aux mains. L’expérience parle. Le pied de caméra m’est bien utile. Il est plus facile de tenir un pied de caméra avec des moufles 3 doigts que la caméra directement avec uniquement des sous gants. Les choses sont complexes. Si le protocole que j’ai préparé cloisonnait les types de maintenances, je me rends compte que c’est bien plus complexe que ça. La maintenance préventive peut être aussi corrective ; pour le moment j’ai des difficultés à distinguer les deux moments. Je dois donc revoir les objectifs du protocole.

Travaux de soudure, perçages de skis sont au RDV, ces raideurs n’ont pas froid aux yeux… utilisation des moyens classiques dans un environnement hostile… ça donne quelque chose d’atypique. Certains travaux peuvent être différés pour essayer d’obtenir de meilleures conditions climatiques. Une manière de gérer le risque. Un problème électrique du groupe électrogène occasionne un arrêt du groupe en pleine nuit. Une
alarme se déclenche dans la caravane vie depuis 2 nuits.

Cette fois, j’ai réussi à partir avec Patrice Godon, 2 ans que j’attends cela. C’est une chance pour moi de pouvoir comprendre un peu mieux la conception du raid, la logique et les stratégies déployées dans les prises de décision.
A bord du raid, nous avons trois prototypes : des patins arrière de la caravane énergie en bois, une cuve sur un tapis en polyéthylène haute densité, des coussins d’air sur tapis en polyéthylène. Le but du jeu est de concevoir des systèmes de glissement déformant le moins possible la piste, pour aller le plus vite possible tout en consommant le moins
possible. Il s’agit donc de diminuer les résistances au sol ; le poids des charges déforme la piste et les skis actuels creusent deux tranchées. Pour avoir été derrière les tapis, le sol semble effectivement aplani. Pour le moment ces systèmes tiennent bon.
Nous apprenons sur notre fonctionnement français en écoutant l’Australienne ou en observant ses amusements ou surprises face à l’organisation française désorganisée (c’est à dire organisée dans un changement continuel).

Personnellement je trouve que c’est une force qui témoigne de la prise en compte de la complexité des situations, avec en toile de fond une flexibilité évidente face aux
imprévus ; même si elle ne le voit sans doute pas du même œil. Les systèmes comme l’AAD (IPEV Australien, Australian Antarctic Division) semblent plus rigides et  protocolaires. Le bidouillage français fait sans doute rire mais moi je pense que c’est une richesse. Les français ont des ambitions d’américains avec des moyens d’Africains… (sans aucune péjoration). Les moyens économiques sont sans doute déterminants dans la mise en œuvre de nouveaux savoir-faire. Plus on a de moyens, moins on se donne la peine d’innover, de créer, de développer des trucs et astuces. Finalement c’est bien que ce soit ainsi. Mais dans quelle limite ?

Les journées sont pleines. 6h45-23h30 non-stop dans le meilleur des cas. Ce mail a été rédigé dans l’engin… un autre type de développement de savoir-faire…

Je crois savoir que la neige tente de pointer le bout de son nez en France, quelle chance !
En espérant que le sentiment d’insécurité se soit  tassé un peu après les événements produits.

A bientôt

Le Raid 56/2: Les Comptes-Rendus Journaliers

 

CR Journalier Nr 21 Raid Log 56/2.14-15

 

 


 

CR Journalier Nr 20 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : vendredi 13 fevrier 2015

arret du soir par:

 67.16.626 S
138.50.783 E

Distance journaliere: 123 km
distance en direct de prud’homme: 80 km

Resume Meteo: vent chasse neige et jour blanc les deux premieres heures
ce matin, jour blanc avec visibilité jusqu’a fin de matinée, tres beau
l’apres midi.

temperature du soir – 21 c,

Problemes techniques:

bridage de poutre balancier avant du traineau +4, (rotule d’axe central
cassée)

Divers :
depart 9h30, enlisement convoi au depart

le raid a roulé 0h30  de plus ce soir

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 19 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : jeudi 12 fevrier 2015

arret du soir par:

67.56.519 S
136.35.967 E

Distance journaliere: 134 km
distance en direct de prud’homme: 200 km

Resume Meteo: beau temps, vent assez fort, chasse neige

temperature du soir – 23 c,

Problemes techniques:

Challenger no 14: serrure gelée au depart du matin.

Divers :

RAS, le raid a roulé 0h30  de plus ce soir

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 18 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : mercredi 11 fevrier 2015

arret du soir par:

68.53.499 S
134.41.010 E

Distance journaliere: 97 km
distance en direct de prud’homme: 330 km

Resume Meteo: jour blanc le matin avec visibilitée, beau la majeure
partie de l’apres midi, jour blanc avec visibilitée en fin de journée.

temperature du soir – 28 c,

Problemes techniques:

arret total  4h00 :

– Kass no 5: changement verin de biasage droit

– Challenger no 12 : perte d’une roue boggie, remise en place , arret 1h00
– deux heures plus tard, perte a nouveau de cette roue boggie;
– fuite sur pastille sablage challenger no 3
 
modification du chargement:

  – dechargement des skis de transport du challenger no 3
  – changement du timon des ski pour y charger le challenger no 12
  – dechargement du challenger no 4 de la remorque 12 m, pour y charger
    le challenger no 3
    arret 3h00

Divers :

– Modification du chargement:

le raid a roulé 1 heure de plus ce soir

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 17 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : mardi 10 fevrier 2015

arret du soir par:

69.43.783 S
134.13.811 E

Distance journaliere: 130 km
distance en direct de prud’homme: 413 km

Resume Meteo: jour blanc le matin avec visibilitée, beau la majeure
partie de l’apres midi, jour blanc tres faible visibilitée en fin de
journée.

temperature du soir – 28 c,

Problemes techniques:

changement filtres sur station de pompage.

Divers :
Arret 1h30 a la piste D85:
– recuperation de 6 m3 de gasoil de la cuve tampon de la piste
– chargement d’une cage palette de fut jet A1 vide.
– stok de 16 futs jet A1 a la piste.

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 16 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : lundi 9 fevrier 2015

arret du soir par:

70.49.021 S
133.26.879 E

Distance journaliere: 130 km
distance en direct de prud’homme: 529 km

Resume Meteo: Beau temps toute la journee, avec vent

temperature du soir – 32 c,

Problemes techniques:

chalenger no 12, perte d’une roue boggie interieure

Divers :
– pleins de carburant fait ce matin ,
– depart du convois a 9h15 , le chalenger no 12 n’ayant pas chauffé dans
la nuit , cause rallonge electrique defectueuse.

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 15 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : dimanche 8 fevrier 2015

arret du soir par:

71.48.346 S
131.32.849 E

Distance journaliere: 143 km
distance en direct de prud’homme: 659 km

Resume Meteo: Beau temps toute la journee, avec vent

temperature du soir – 30 c,

Problemes techniques:

RAS

Divers :
pleins de carburant fait ce matin apres rechauffage dans la nuit.

Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 14 Raid Log 56/2.14-15

 


 

CR Journalier Nr 13 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : vendredi 6 fevrier 2015

arret du soir par:

73.44 S
127.12 E

Distance journaliere: 153 km
distance en direct de prud’homme: 917 km

Resume Meteo: Beau temps toute la journee

temperature du soir – 37 c

Problemes techniques:

– Suite au degonflage trop rapide des coussins d’air Pronal, depose du conteneur (dechets plastiques) chargé sur le traineau experimental, au bord de la piste au point du soir ,

Divers :

RAS

Cordialement – nicolas Segui

 


 

 


 

CR Journalier Nr 11 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,
Date : mercredi 4 fevrier 2015
Sejour a Concordia
Resume Meteo: Beau temps toute la journee
temperature du soir – 37 c
Problemes techniques:
RAS
Divers :
– Mouvement de personnel, debarquement de Patrice Godon et de Paul Laforet
– Dechargement des materiels, transfert du carburant
Cordialement – nicolas Segui

 


 

CR Journalier Nr 10 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : mardi 3 fevrier 2015

Sejour a Concordia

Resume Meteo: Beau temps toute la journee

temperature du soir – 38 c

Problemes techniques:

RAS

Divers :

– Dechargement des materiels, transfert du carburant

Cordialement – Patrice Godon

 


 

CR Journalier Nr 9 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : Lundi 2 fevrier 2015

Arret du soir a Concordia a 21.30

Distance journaliere: 165 KM

 

Resume Meteo: Beau temps brumeux toute la journee

temperature du soir – 48 c

Problemes techniques:

RAS

Divers :

RAS

Cordialement – Patrice Godon

 

 


 

CR Journalier Nr 8 Raid Log 56/2.14-15

 

Bonsoir,

Date : Dimanche 1er fevrier 2015

Arret du soir par:

73.56 S
126.41 E

Distance journaliere: 138 KM

Distance en direct Dome C: 165 km

Resume Meteo: Beau temps toute la journee, vent,

temperature du soir – 45 c

Problemes techniques:

– PB avec le chauffage du +4
– 1 coussin d’air exterieur de perce(1/6) sur traineau coussin d’air suite mauvaise manoeuvre

Divers :

RAS

Cordialement – Patrice Godon


 

CR Journalier Nr 7 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,

Date : Samedi 31 janvier 2015

Arret du soir par:

72.54 S
129.09 E

Distance journaliere: 140 KM

Distance en direct Dome C: 303 km

Resume Meteo: Beau temps toute la journee, vent,

temperature du soir – 35 c

Problemes techniques:

RAS

Divers :

RAS

Cordialement – Patrice Godon

 


 

CR Journalier Nr 6 Raid Log 56/2.14-15

Date : Vendredi 30 janvier 2015

Arret du soir par:

71.52 S
131.26 E

Distance journaliere: 139 KM

Distance en direct Dome C: 443 km

Resume Meteo: Couvert le matin, white out jusqu’a midi, beau l’apres midi et le soir, pas de vent

temperature du soir – 26 c

Problemes techniques:

RAS

Divers :

RAS

Cordialement – Patrice Godon

 


 

CR Journalier Nr 5 Raid Log 56/2.14-15

 


CR Journalier Nr 4 Raid Log 56/2.14-15

 
Bonsoir,
Date : Mercredi 28 janvier 2015
Arret du soir par:
69.43 S
134.14 E
Distance journaliere: 123 KM
Distance en direct Dome C: 700 kmResume Meteo: Tres couvert au matin avec vent, ciel voile sans vent au soirtemperature du soir -22 cProblemes techniques:– Reprise de vissages sur le tapis cuves
– Remplacement d’un verin de lame sur Kass Nr 5Divers :RASCordialement – Patrice Godon

 


 

CR Journalier Nr 3 Raid Log 56/2.14-15

Bonsoir,
Date : Mardi 27 janvier 2015Arret du soir par:         
68.41 S
135 E
Distance journaliere: 108 KM
Distance en direct Dome C: 818 km
Resume Meteo: Tres beau temps ensolleille toute la journee, vent, temperature du soir -25 c
Problemes techniques:– Reprise de vis sur le tapis cuves
– Remplacement huile par graisse sur 7 boggies MTDivers :RASCordialement – Patrice Godon

 


 

CR Journalier Nr 2 Raid Log 56/2.14-15

 

 

 

Compte rendu de préparation Raid 56/2-2014.15

Raid_56_V2

A – RESUME TRAVAUX DE PREPARATION du raid 56/2-2014/15

Les travaux suivants ont ete realises:

– Travaux de maintenance sur les equipements (Tracteurs et traineaux) et
sur les caravanes

– Tentative de remplacement d’un joint de sortie d’arbre de roue sur
machine 10, sans succes car il faut de l’outillage special. Le sous
ensemble va etre renvoye en australie

B – PREACHEMINEMENT

Un preacheminement de 9 charges vers le point de depart du raid a eu
lieu le  23/01/2015

C – COMPOSITION DU CONVOI
Le raid sera forme de :
– 5 tracteurs Cat Challenger MT
– 1 tracteur C65
– 1 machine d’ouverture de piste Cat Nr 8
– 2 machines de nivelage Kassbohrer (Nr 4 et 5)

– 1 traineau 6m
– 13 traineaux cuves 12m3
– 1 traineaux de 12M
– 3 traineaux cuve 26 m3
– 1 traineaux test coussin d’air
– Chassis de transport de tracteur

– 2 Caravanes (Vie et energie science)
– 1 Magasin
– 1 fourgon
– 1 chambre +4
– 1 chambre -20

Elements principaux du CHARGEMENT:

– 234 m3 de carburant SAB
– 16 m3 de Jet A1 avion
– 800 L d’essence moteur (4 futs)

– Materiels issus de la rotation R2 2014-15

Un colisage detaille sera envoye tout prochainement

D – PERSONNEL

Les participants du raid 56 (2 de 2014/15) Sont:

BOCHARD Bernard
CARTIER Julien
COLIN David
DEZZA Sylvio
GODON Patrice
LABUDDA Sharon
LAFORET Paul
MERIC Kacky
NASCIMBEN Raoul
SEGUI Nicolas
VILLEMAIN Aude

E – VACATIONS RADIO

EN RAISON DU FONCTIONNEMENT DU CONVOI, LES HEURES DE VEILLE DES MOYENS
DE COMMUNICATION, SERONT COMPRISES ENTRE 12H00 ET 23H00 HEURE D’EUROPE
CONTINENTALE 21H00 ET 08H00 HEURE DE DUMONT D’URVILLE).

F – Depart du raid:

Le raid est parti ce matin 25 janvier de D10 a 10.15

Cordialement – Patrice Godon

Samedi 24 janvier 2015

Jeudi 22 janvier 2015

11h00.

Bonjour à tous,

Comme le bateau n’a pas pu accoster, nous déchargeons tout par hélicos, ce qui suppose que le temps soit clément. C’est donc beaucoup plus long, puisque nous ne transportons que 1 tonne à chaque fois, même si nous avons 2 hélicos (1 français et un néozélandais) et 3 pilotes.

Nous avons eu quelques jours de mauvais temps, mais pas assez pour que la banquise débâcle. Par peur de se laisser enfermer par les glaces, l’Astrolabe était parti se cacher à une vingtaine de kilomètres de son point d’arrivée. Malheureusement le pack s’est installé entre, ce qui fait que le bateau était à 40 km de DDU. Depuis hier, il a réussi à se rapprocher à 17 km. Mais le temps ne permet maintenant plus les vols hélicos! Nous n’avons pas terminé le chargement du convoi et le pré-acheminement qui devait avoir lieu aujourd’hui (pour déposer des cuves de fuel à 70 km du départ du raid, de sorte à soulager le convoi à son départ, compte tenu du dénivelé important) a été annulé à cause du mauvais temps. Le raid n’est donc pas prêt de partir, d’autant que le mauvais temps semble s’être installé pour quelques jours.
Plus le raid tarde à partir, plus les températures vont être basses sur le retour. A compter du 10 février environ il n’y aura plus de vol d’avion sur cette partie du continent et donc une sécurité en moins pour nous, pour nous “au cas où”. Il est donc important que le raid parte au plus vite.
Le bateau n’est pas entièrement déchargé, et repartira probablement sans avoir fini de ravitailler DDU pour ne pas trop décaler la 3ème rotation. J’espère que le bateau sera déchargé à R3 pour me laisser le temps de revenir de raid et prendre cette rotation. Sinon ce sera la rotation 4.

Le protocole pour recueillir les données sur le raid commence à se ficeler, en tous cas d’un point de vue idéaliste… Restent la mise en pratique, la réalité du terrain, la faisabilité au regard de l’incertitude et de la variabilité des événements… Toute une histoire!

Je crois savoir que les températures sont fraîches en France mais sans neige. Pas de bonhomme de neige à l’horizon…

A très bientôt

Aude

 

Samedi 17 janvier 2015

15h20.

Ça fait 6 jours que nous sommes en mer. La traversée a été calme avec des hurlants et des rugissants plutôt sages comparés à d’habitude. L’Astrolabe roule, malgré la mer d’huile. Nous n’avons eu qu’une nuit et une journée très agitées.
Pour ma part, après un début en mer difficile, je me suis amarinée au bout du 3ème jour. C’est comme pour tout, ce sont les transitions et les débuts les plus difficiles. Mais le corps s’adapte à beaucoup de choses.

C’est à 10h ce matin que nous avons aperçu le tout 1er glaçon. Les années précédentes, nous naviguions au moins 1 journée dans les glaces (quand nous n’étions pas bloqués 3 jours) avant d’atteindre DDU. Le capitaine prévoit une arrivée en fin d’après-midi. Nous sommes actuellement dans le pack. Pour le moment ça se passe bien, nous avançons dans les glaces, heurtant de temps à autre des blocs de glace, ou encore en modifiant notre trajectoire pour éviter de heurter les baleines. Nous les avons guettées toute la traversée.
Ce n’est que depuis ce matin qu’elles montrent le bout de leur nez. Les 1ers manchots ne devraient pas tarder à se montrer.

D’après l’état des glaces et les images satellites, nous allons approcher DDU à environ 18 km. Nous ferons le reste en hélicoptère. Je pense rester quelques jours à DDU, puis je partirai sur la micro base Prud’homme retrouver les raideurs pour travailler sur la préparation du raid et ficeler le protocole.

Nous allons quitter l’Astrolabe ce soir ou demain. Je ne serai donc plus joignable à cette adresse mail. Je vous transmettrai la nouvelle dès que possible.

J’espère que vous avez retrouvé de la sérénité après les événements terroristes vécus en France.

A bientôt

Mercredi 14 janvier 2015

19h54.

Tout d’abord je tiens à remercier tous ceux qui m’ont adressé leurs encouragements ou leurs salutations.

Ça fait 2 jours que nous sommes en mer.
Nous avons passé les 50èmes. Nous allons passer la zone de convergence cette nuit. La traversée se déroule plutôt bien pour le moment. La mer est calme (l’Astrolabe un peu moins!). Vendredi devrait être une journée plus agitée. Arrivée dans les glaces prévue samedi matin.

A bientôt,

Aude.

Dimanche 11 janvier 2015

Hello everybody,

Nous sommes dimanche 11 janvier; 8h30am. Nous sommes arrivés hier matin
à Hobart.
Nous sommes 7 à être partis de France. Nous avons passé une nuit à Melbourne. J’ai essayé de suivre l’actualité française étant donné la situation avant départ. En Australie les événements en France font la une des médias (journaux, TV).

IMG-20150112-00242

Les journalistes laissent ressortir une admiration face à l’efficacité d’organisation des forces spéciales françaises. Les interventions sont passées en boucle sur leurs chaînes d’information.
Ci-dessous une photo touchante prise à Salamanca, l’avenue principale de Hobart. Comme quoi, la solidarité internationale existe même à l’autre bout du monde…

IMG-20150110-00234

Le départ en mer est prévu pour demain après midi. Je suis joignable sur cette adresse mail le temps de la traversée:

[email protected]

Attention: l’adresse est commune à tous les passagers: il faut donc indiquer mon nom (ou prénom) dans l’objet du message.

A Bientôt

Aude

Situation au 31 décembre 2014

Bonjour à tous,

La situation actuelle est une nouvelle fois critique en raison de la persistance des glaces de mer, limitant de nouveau et pour la 3ème année consécutive, l’accès au continent Antarctique et à la station Dumont d’Urville. L’Astrolabe a pu s’approcher à 19km de la base, permettant des transferts par hélicoptère pour les matériels indispensables, la nourriture et les carburants des deux stations.
Depuis vendredi dernier, date de son départ vers l’Australie, l’Astrolabe n’a parcouru que 9km, bloqué  par les glaces dérivantes. Le départ des passagers de France de la rotation de fin décembre (R2), initialement prévu le 27, est pour le moment décalé au 5 janvier, date  non officielle et susceptible d’être de nouveau reportée.

Astrolabe dans le pack le 2812 a 28 km de DDU

 

Cette année, en raison de la diminution du fret à livrer, Patrice Godon a décidé, pour économiser le carburant, de n’organiser  que 2 convois  pour alimenter la station Concordia. Le raid Nr 1 de la saison(ou 55) est arrivé le 30/12; le raid Nr 2 (ou 56) sera étendu à 11 machines  12 personnes pour transporter un maximum de carburant, vivres et matériels.