B.A.A.BA

arts appliqués

Architecture : les mouvements radicaux des années 70

les liens sont symbolisé en caractères gras et violet

Italie

ARCHIGRAM

Plugin city, Archigram, 1962

Le collectif Archigram, est fondé par des architecte anglais en 1960. “En réaction à la société de consommation et largement inspirées du Pop Art, les recherches prospectives d’Archigram prennent corps au travers de textes critiques, de dessins, de collages et de slogans qui inaugurent une nouvelle façon de penser l’architecture. Sous forme de structures continues qui se « plugent » (se branchent les unes aux autres), l’habitat y devient cellulaire, jetable, ludique, consommable, hyper technologique, évolutif, mobile ou gonflable. À l’origine d’un nouvel imaginaire architectural, Archigram fut une source d’inspiration pour le mouvement high-tech et rendit possible des projets comme le Centre Pompidou.”

Extrait du dossier du Centre Pompidou

Site Archigram

Dans cette mouvance, des architectes italiens se réunissent autour de projets utopistes et futuriste. Les collectifs italiens les plus connus sont l’agence Archizoom et le groupe Superstudio.

ARCHIZOOM

Archizoom est une agence d’architecture et de design créée en 1966 à Florence par Branzi, Corretti, Deganello et Morozzi.

« Faire de l’architecture ne voulait pas dire uniquement faire des maisons ou, de façon plus générale, construire des choses utiles ; c’était s’exprimer, communiquer, débattre, créer librement son propre espace culturel, en fonction du droit de chaque individu à réaliser son propre environnement » (Andrea Branzi)

Non stop city,  Andréa Branzi, 1969

No-Stop City est une ville sans qualités, dans laquelle l’individu peut réaliser son habitat comme une activité créatrice, libérée et personnelle…

“Considérant l’architecture comme une catégorie intermédiaire d’organisation urbaine qu’il fallait dépasser, No-Stop City opère une liaison directe entre la métropole et les objets d’ameublement : la ville devient une succession de lits, de tables, de chaises et d’armoires, le mobilier domestique et le mobilier urbain coïncident totalement. Aux utopies qualitatives, nous répondons par la seule utopie possible : celle de la Quantité. ” (Andrea Branzi)

Des images des projets et des réalisations d’Archizoom ici

SUPERSTUDIO

Superstudio, Monument continu, 1969

” …si le design est plutôt une incitation à consommer, alors nous devons rejeter le design ; si l’architecture sert plutôt à codifier le modèle bourgeois de société et de propriété, alors nous devons rejeter l’architecture ; si l’architecture et l’urbanisme sont plutôt la formalisation des divisions sociales injustes actuelles, alors nous devons rejeter l’urbanisation et ses villes… jusqu’à ce que tout acte de design ait pour but de rencontrer les besoins primordiaux. D’ici là, le design doit disparaître. Nous pouvons vivre sans architecture.  (Adolfo NATALINI, 1971)

L’architecture est réduite à une trame blanche abstraite et neutre, critique de  l’architecture standardisée des années 60. cependant le Monument continu en  enserrant et  conservant des éléments naturels, de littoral, de collines, de sol, nous rapproche de la Non stop city d’Archizoom, dans laquelle l’homme est invité à inventer son mode de vie….

Des images de Superstudio ici

France

GROUPE UTOPIE

Site de Jean-Paul Jungmann, un des fondateur du Groupe Utopie et ses structures gonflables et le Dossier des Arts décoratifs

Japon

METABOLISME

Les Métabolistes japonais

Les commentaires sont fermés.