logologo

Bac de français – Texte + ressources – Giraudoux, La guerre de Troie n’aura pas lieu

Voici un extrait La guerre de Troie n’aura pas lieu de Giraudoux. La guerre de Troie n’aura pas lieu a été publiée en 1935.

Le texte

La scène se passe dans l’Antiquité. Les Grecs assiègent la ville de Troie. Des négociations sont encore possibles pour éviter l’assaut et la guerre. Andromaque, belle-fille du roi de Troie, Priam, et épouse d’Hector, lutte de toutes ses forces contre l’idée même de la guerre.
ANDROMAQUE – Mon père, je vous en supplie. Si vous avez cette amitié pour les femmes, écoutez ce que toutes les femmes du monde vous disent par ma voix. Laissez-nous nos maris comme ils sont. Pour qu’ils gardent leur agilité et leur courage, les dieux ont créé autour d’eux tant d’entraîneurs vivants ou non vivants ! Quand ce ne serait que l’orage ! Quand ce ne serait que les bêtes ! Aussi longtemps qu’il y aura des loups, des éléphants, des onces, l’homme aura mieux que l’homme comme émule et comme adversaire. Tous ces grands oiseaux qui volent autour de nous, ces lièvres dont nous les femmes confondons le poil avec les bruyères, sont de plus sûrs garants de la vue perçante de nos maris que l’autre cible, que le cœur de l’ennemi emprisonné dans sa cuirasse. Chaque fois que j’ai vu tuer un cerf ou un aigle, je l’ai remercié. Je savais qu’il mourait pour Hector. Pourquoi voulez-vous que je doive Hector à la mort d’autres hommes ?
PRIAM- Je ne veux pas, ma petite chérie. Mais savez-vous pourquoi vous êtes là, toutes si belles et si vaillantes ? C’est parce que vos maris et vos pères et vos aïeux furent des guerriers. S’ils avaient été paresseux aux armes, s’ils n’avaient pas su que cette occupation terne et stupide qu’est la vie se justifie soudain et s’illumine par le mépris que les hommes ont d’elle, c’est vous qui seriez lâches et réclameriez la guerre. Il n’y a pas deux façons de se rendre immortel ici-bas, c’est d’oublier qu’on est mortel.

ANDROMAQUE – Oh ! justement, Père, vous le savez bien ! Ce sont les braves qui meurent à la guerre. Pour ne pas y être tué, il faut un grand hasard ou une grande habileté. Il faut avoir courbé la tête, ou s’être agenouillé au moins une fois devant le danger. Les soldats qui défilent sous les arcs de triomphe sont ceux qui ont déserté la mort. Comment un pays pourrait-il gagner dans son honneur et dans sa force en les perdant tous les deux ?

PRIAM – Ma fille, la première lâcheté est la première ride d’un peuple.

Pour aller plus loin avec leWebPédagogique :

Des pistes d’analyse ici.

Facebook2Twitter0Google+0Email

LeWebPédagogique, c'est LA plateforme de blogs de profs pour leurs élèves et étudiants !

Mots-clef :

Laisser un commentaire

Publicité




Ebook proposés par les profs

Téléchargez les ouvrages de révisions conçus par les profs du webpedago !

Réussir son bac de français

Les bonnes copies

Le commentaire composé

L’oral de français

Devenez fan du WebPédago !

LeWebPédagogique on Facebook