GRH : La communication dans les groupes restreints

Les phénomènes d’influence au sein des groupes restreints

Les personnes composant un groupe de travail vivent des interactions internes qui sont forcément marquées par des phénomènes d’influence.

L’influence c’est une manipulation consciente ou inconsciente des normes ; des relations, du positionnement dans le groupe afin de lui faire partager une définition avantageuse pour l’individu.

L’influence peut aussi prendre la forme du leadership sur le groupe de l’animateur qui peut être autoritaire ou participatif ; le climat du groupe en sera influencé ainsi que son efficacité. Mais attention, il ne faut pas être naïf, un leadership participatif ou démocratique n’est pas toujours le meilleur. Dans un groupe confronté à une situation de crise par exemple, il faut une direction autoritaire, qui est plus efficace pour sortir des crises.

A l’inverse le conformisme des membres du groupe peut nuire à son efficacité. Il faut que le leader  » secoue  » les membres du groupe. Le conformisme naît dans les situations de pression sociales trop fortes (normes trop rigides).

Une minorité active peut prendre le pouvoir en reversant les positions et les normes de la majorité. Cela peut être soit une source de progrès et d’innovation soit au contraire une perturbation pour le travail de l’organisation.

Les techniques de communication de groupe

  • l’écoute active

Il s’agit d’avoir une attitude positive et de la tolérance pour favoriser les échanges d’opinions. L’écoute active est difficile car elle impose de se taire pour écouter l’autre. Mais ce n’est pas une écoute passive. Il faut questionner et reformuler ce qu’a dit l’interlocuteur.

  • L’argumentation

Elle a pour but de faire partager une opinion dans le but de faire une action commune. L’argumentation n’est pas la manipulation du groupe. Elle repose sur 4 types d’arguments :

  • L’argument d’autorité (l’autorité de la personne qui argumente est reconnue par tous)
  • L’argument de communauté (la personne qui argumente partage les valeurs de l’auditoire)
  • L’argument de cadrage (la personne qui argumente soumet l’argument sous un angle nouveau)
  • L’argument d’analogie (la personne compare deux situations identiques ou opposées, illustration par l’exemple).

  • Les limites de l’argumentation : la manipulation

Quand les gens ne sont pas libres d’adhérer ou non aux arguments il y a manipulation. Les techniques de manipulations sont :

  • la pression sur les sentiments et les émotions (menace, séduction)
  • La déstabilisation de l’autre par une attitude ou des propos non appropriés à la situation
  • LA déformation des faits
  • L’amalgame (mise ensemble de faits ou de choses différentes qui n’ont pas réellement de rapport entre eux).
  • La désinformation ou la propagande.

  • La créativité

Il s’agit de libérer les membres du groupe des idées conçues a priori pour qu’ils explorent de nouvelles voies. On utilise ces techniques dans la publicité, la mercatique, les ressources humaines.

Les situations de communication de groupe

  • les réunions

Les réunions sont des rassemblements du groupe très fréquents dans le monde professionnel.

Les types de réunion :

  • les réunions d’information pour donner une information précise
  • Les réunions de négociation ; elles ont pour but de trouver une solution de compromis ou un consensus dans l’idéal
  • Les réunions de résolution d’un problème ; L’objet doit être annoncé à l’avance. Les participants arrivent avec leurs idées sur la solution du problème.
  • Les réunions de sensibilisation pour faire passer un message particulier sur un point précis et faire réagir l’auditoire.
  • Le réunion d’intégration ; Elle consiste à présenter un nouveau membre à l’organisation.

Une réunion doit être préparée à l’avance pour réussir :

  • ordre du jour
  • durée (1,5 heures maximum ou avec des pauses toutes les deux heures)
  • lieu
  • supports
  • outils de visualisation (Powerpoint, tableau)
  • distribution de la parole à tour de rôle
  • compte rendu

  • les conflits

Il y a différents types de conflits :

  • Les conflits d’intérêt ; un avantage auquel l’individu tient est remis en question
  • Les conflits de pouvoir ; quand il y a intrusion sur le territoire de l’individu en conflit
  • Les conflits d’identité ; quand il y a menace sur l’identité même de l’individu
  • Le conflit d’idéologie ; quand il y a choc de deux cultures, deux systèmes de croyance.

Il existe également plusieurs modes de résolution des conflits

  • la négociation (chacun abandonne un petit peu)
  • le recours hiérarchique (l’individu fait appel à son supérieur hiérarchique et ainsi de suite)
  • L’arbitrage : les deux parties se mettent d’accord pour accepter la solution que rendra une personne neutre, l’arbitre. 
  • La médiation ; un médiateur extérieur est désigné pour mettre en relation les groupes en conflit et pour proposer des solutions de compromis.

Les conflits se terminent par des accords où chacun fait un pas vers l’autre. Ce sont des accords donnant donnant. Dans l’idéal on trouve une solution où tout le monde à l’impression de gagner, c’est l’accord gagnant gagnant.

Pour aller plus loin la dynamique des groupes restreints.

2 réflexions au sujet de « GRH : La communication dans les groupes restreints »

  1. Le chapitre est très bien expliqué (même beaucoup mieux que mes cours), mais le passage concernant l’écoute active est assez superficiel. En effet, vous n’évoquez pas les obstacles à l’écoute (les attitudes d’interprétation, d’évaluation, d’aide et conseil et dequstionnement intense) ni les techniques et signes de l’écoute active.

  2. j’jouterai le braindstoring dans la créativité

    félicitation pour ce vous faites.

Laisser un commentaire