Comment bien corriger ses copies d'élèves ?

 

La correction des copies fait partie de la qualité de l’enseignement

Le savoir-faire de l’enseignant mesure la qualité de son enseignement. D’après la note d’analyse publiée en juillet 2011 par le Conseil d’analyse stratégique, organisme de prospective qui dépend du Premier Ministre, un bon prof est capable de faire progresser ses élèves. Parmi les leviers qui font la différence entre un bon et un mauvais prof, citons la façon dont l’enseignant apporte des corrections aux erreurs des élèves. Selon cette note, les corrections doivent êtres NEUTRES : un enseignant performant distingue le jugement sur la réponse de l’élève du jugement qu’il peut avoir de l’élève lui-même ; enfin, il accorde suffisamment de temps aux élèves pour reformuler leur réponse après que l’erreur a été signalée.

Mais que signifie « corriger » ?

Je vous laisse lire la définition du mot « corriger » dans la rubrique « Les mots de l’actualité » du site rfi.fr. Découvrez les trois modèles d’apprentissage selon J. P. Astolfi.

Comment bien corriger ?

Distinguons les corrections visant une compétence langagière des corrections d’ordre linguistique (fautes de grammaire, de conjugaison, de syntaxe, d’orthographe).

1. CORRECTION DES FAUTES VISANT UNE COMPÉTENCE LANGAGIÈRE

A UTILISER POUR des résumés, des productions écrites, des lettres, des rédactions, des synthèses de documents

Pour ce type de correction, les annotations en marge de la copie seront particulièrement utiles, à certaines conditions :

Les annotations ne doivent pas :

  • être agressives et émettre un jugement de valeur. En effet, corriger c’est évaluer un travail et non juger l’auteur de la copie ;
  • être difficiles à comprendre. Les abréviations doivent être explicitées en début d’année et le vocabulaire à la portée des élèves. Evitons le plus possible des « mal dit » ou des « imprécis » peu significatifs aux yeux des élèves ;
  • être vagues. Des remarques comme « des lacunes », » »inexact », « maladroit » peuvent leur apparaître complètement opaques. Il est important que les difficultés soient clairement identifiées et les propositions d’amélioration précises ;
  • être trop abondantes car l’élève ne pourra pas repérer les observations les plus importantes ;
  • être impersonnelles. En effet, si on ne s’adresse pas à eux en particulier il y a de fortes chances qu’il n’aient pas envie de relire leur copie .Le professeur doit adapter son propos à un destinataire.

Les annotations doivent plutôt :

  • inciter l’élève à s’autocorriger en identifiant ses erreurs, aider à comprendre ;
  • proposer des directions de travail précises, des conseils (ouverture vers une remédiation) ;
  • permettre un dialogue et accompagner la réflexion de l’élève en se référant à des éléments précis de sa copie et en proposant des critiques, des observations ;
  • être lisibles et cohérentes avec les objectifs fixés pour chaque tâche ;
  • désigner aussi les réussites ;
  • localiser clairement l’erreur en précisant la nature ;
  • renvoyer au cours.

Les conseils ci-dessus sont tirés du mémoire « Comment consolider les apprentissages grâce à la correction de devoir ? »présenté par CORREIA Karine au Concours de recrutement : professeur certifié de l’IUFM de Bourgogne. Les images sont tirées du site http://hcmc.uvic.ca/clipart/.

1.3. Pour approfondir : corriger les productions d’écrits, compte tenu de l’hétérogénéité des élèves

2. CORRECTION DES FAUTES VISANT UNE COMPETENCE LINGUISTIQUE

2.1. La méthode de la grille de progression de la production écrite

A UTILISER POUR des dictées et pour toute autre forme de texte si on souhaite corriger aussi les compétences langagières.

Ses avantages : La fiche d’autocorrection favorise la réflexion sur la langue et permet à l’élève de prendre conscience des fautes récurrentes, elle représente un véritable travail de conscientisation de l’erreur. Cette réflexion est articulée en trois parties : 1)visualisation de la faute, 2) correction de la faute, 3) justification (recherche des règles grammaticales, de conjugaison, etc.). Voici un exemple de ma grille de correction de la production écrite :

2.2 Corriger en salle informatique
2.3 Corriger électroniquement des copies : comment faire ?
2.4 Corriger avec le TBI

Une chronique d’Agnès Picot

Commentaires

commentaires

7 Comments

  1. Jacques 28 avril 2015
  2. Henri 27 avril 2015
  3. Jacques 24 avril 2015
  4. françois 22 avril 2015
  5. Kristen 22 avril 2015
  6. Brigiotte Lerbet 22 avril 2015
  7. tribeche 16 janvier 2015
  8. Pingback: Comment bien corriger ses copies d'él&eg... 10 septembre 2014

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *