Des chansons engagées qui critiquent la société de consommation

  • En 2010, Damien Saez écrit « J’accuse« .

La pochette de l’album est une métaphore du propos : une femme nue dans un caddie ; tout s’achète et tout se jette, même l’amour. La pochette a fait scandale et l’affiche fut interdite. Le ton est celui de la révolte contestataire, les vérités justes et assommantes dénoncent la mondialisation. Musique rock, rythme entraînant, « Faut » faire ce que la société nous commandeDamien Saez écrit « J’accuse« .

« Faut dépenser les p’tits sous
Faut du réseau pour les enfants
Faut ressembler à des guignols
Faut que tu passes à la télé
Pour rentrer dans les farandoles de ceux qui ont le blé »

Chacun est acteur malgré lui de la grande farce tragique…

« J’me ballade dans les grandes surfaces
J’ai pas assez mais faut payer
Je cours au gré des accessoires et des conneries illimitées »

De conclure : « Oh l’homme ne descend pas du singe il descend plutôt du mouton ».

Les paroles de cette chanson et de celles qui suivent sont téléchargeables sur le site du collège Camille Claudel de l’Académie de Nancy.

Image de prévisualisation YouTube

  • En 2001, Jean-Jacques Goldman écrit « Les choses », ces produits de consommation dont nous sommes dépendants.

« Si j’avais si j’avais ça
Je serais ceci je serais cela
Sans chose je n’existe pas
Les regards glissent sur moi
J’envie ce que les autres ont
Je crève de ce que je n’ai pas
Le bonheur est possession
Les supermarchés mes temples à moi »

Sur RTL, Jean-Jacques Goldman explique ainsi sa chanson : « Les choses », c’est un portrait. Tous ces gamins qui pensent que s’ils n’ont pas un survêtement de telle marque, s’ils n’ont pas une montre de telle marque, une casquette de telle marque, ils n’existent pas. S’ils ne sont pas habillés comme ça, ils ne vont pas plaire aux filles, s’ils ne sont pas dans une grosse voiture, ils ne valent rien. Je trouve ça super triste. C’est comme s’ils étaient des porte-manteaux. Comme si on ne les jugeait que par rapport aux choses et plus par rapport à ce qu’ils valent.

http://www.dailymotion.com/video/x1jidy

Le clip reprend l’esthétique « Pop Art » des tableaux américains ; on se croirait dans la maison « idéale » de Mon Oncle de Jacques Tati en 1958.

Image de prévisualisation YouTube

La chanson dénonce le vide de la société de consommation.

« Il faut voir comme on nous parle », comment on nous fait croire  « Que le bonheur c’est d’avoir »  « D’avoir les quantités d’choses
Qui donnent envie d’autre chose ».

Image de prévisualisation YouTube

  • En 1956, les produits manufacturés de masse commencent à peine à apparaître que Boris Vian critique la société de consommation dans « La complainte du progrès ».

Il raconte une histoire d’amour où le Dom Juan propose tout un tas de produits de consommation pour acheter le coeur de sa belle ; cet achat, comme les autres, est un produit éphémère et qui sera vite remplacé, jusqu’à la prochaine fois…

http://www.dailymotion.com/video/xrmbz

Commentaires

commentaires

9 Comments

  1. tuihana 18 février 2014
  2. admin 17 février 2014
  3. Bousquel 17 février 2014
  4. vincentrenaud 17 février 2014
  5. alive 17 février 2013
  6. alive 17 février 2013
  7. varenne 3 juin 2011
  8. Anouk Pouliquen 20 mai 2011
  9. _petitkiki 19 mai 2011

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *