Le mal d’écrire… ça se soigne ?

La « douleur d’écrire », physique ou morale, n’est pas une fatalité. Quand ça fait mal, quand c’est trop lent, quand c’est peu lisible, il existe des solutions pour être mieux dans son écriture.

Les solutions
Elles sont propres à chaque enfant. Faut-il revoir en priorité la préhension du stylo ? Les gestes de base mal acquis ? La détente de la main ? Existe-t-il un blocage ? Faut-il chercher la vitesse ou au contraire revenir à plus de lenteur pour trouver l’application? La structure des lettres a-t-elle été intégrée ? Le geste graphique est-il automatisé ? La plupart du temps, il s’agit surtout de déculpabiliser l’enfant, de l’aider à retrouver confiance en lui, car l’écriture est intimement liée au bien-être. En travaillant conjointement sur l’amélioration du geste graphique et sur l’estime de soi, il est possible de résoudre ces soucis d’écriture. La graphothérapie ou rééducation de l’écriture a pour objectif de réconcilier l’enfant avec son écriture.

ecrire2

 

Je m’aime, donc j’écris
Sur les cahiers, sur les copies, on note : « Ton travail n’est pas propre », « Applique-toi », « Soigne ton écriture ». Ces petites remarques tellement logiques peuvent être alors extrêmement blessantes, surtout pour les enfants hypersensibles qui font de leur mieux pour s’appliquer. L’image que l’enfant a de lui-même est souvent proche de l’image qu’il a de son écriture…

La bientraitance : une évidence ?
L’écriture est un miroir, un reflet de l’intérieur, c’est une partie de nous donc la juger « vilaine » est très dévalorisant pour l’enfant. Arracher une page de cahier et la jeter à la poubelle peut créer un réel traumatisme. D’autant plus si l’enfant se sent coupable de mal écrire. Priver de récréation un enfant qui n’a pas terminé son travail ne lui permettra pas d’être plus attentif et rapide. Et donner des lignes d’écriture n’aidera pas l’enfant à aimer l’écrit. Si l’écriture est une punition …

Dans tous les cas, quand un enfant se trouve malheureux dans son écriture, il est essentiel de faire preuve de beaucoup de bienveillance et de délicatesse.

Claire NUNN
Graphothérapeute Approche plurielle
http://www.graphotherapeute64.com/

Commentaires

commentaires

No Responses

  1. Pingback: La G.A.P. Tous ensemble, c'est mieux ! 15 avril 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *