Où commence, où finit le blasphème

Alors qu’il s’agit maintenant de dépasser l’émotion, de reprendre un cours normal, nous re-publions le texte proposé par Laurence Hansen-Löve publié alors que Charlie Hebdo faisait polémique pour la publication de caricature.

Depuis le début du XXIe siècle, le thème du blasphème est devenu un lieu commun. De fait, depuis quelques années, un certain nombre d’événements, d’actes ou performances artistiques supposés « blasphématoires » ont défrayé la chronique et suscité la colère de milliers ou de millions de croyants fervents qui se sont estimés « offensés ».

On citera en premier lieu l’affaire des caricatures de Mahomet du journal Jyllands en 2005.

Plus près de nous, ce sont des événements « artistiques » visant la religion chrétienne qui ont suscité la colère, notamment en France, des catholiques traditionalistes (le tableau Piss Christ, de Andres Serrano, 1987, le film La dernière tentation du Christ, Martin Scorsese, 1988, et, en 2011, les pièces de théâtre : Sur le concept du visage du fils de Dieu, 2011, Romeo Castellucci et Golgota Picnic, Rodrigo Garcia, 2011).

Aujourd’hui, ce sont les caricatures du prophète Mahomet publiées dans le journal Charlie Hebdo qui défrayent la chronique.

On peut donc se demander si les indignations et les protestations occasionnées par des œuvres ou des actes jugés « blasphématoires » sont révélatrices de l’intensité persistante des sentiments religieux, y compris dans un contexte laïc, ou bien si elles traduisent une forme insupportable d’intolérance pour des nations dont la tradition de libre pensée, héritée des Lumières, est désormais dominante.

Laurence Hansen-Löve, professeur de philosophie, vous propose un sujet corrigé gratuit niveau Prépa Sciences Po pour répondre à cette question : « Où commence, où finit le blasphème ?« 

Cliquez ici !

Commentaires

commentaires

4 Comments

  1. BILONG II Pierre Rigobert 13 janvier 2015
  2. BILONG II Pierre Rigobert 13 janvier 2015
    • lewebpedagogique 13 janvier 2015
  3. cet 12 janvier 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *