La dictée à l'adulte avec Madame Bidule

CP : me voici en classe face à 25 petits élèves assis en tailleur pour mener une activité de langage oral : « la dictée à l’adulte ».

Dictée, dictée, encore faudrait-il qu’ils aient des choses  à me dire !

Face à la question de lancement posée, il y a certes les « C’était bien… » ‘J’ai bien aimé » et toutes ces courtes déclaratives que les plus courageux prennent la peine d’oraliser.

Puis le silence s’installe.

clown

Suivent les divertissements « scratch », « cheveux », « pincettes »…  les élèves pensent avoir fait le tour de la question et cherchent une autre occupation…

Je me retrouve finalement très vite face à une activité encore plus énergivore : le tirage de vers du nez.

Pourquoi un tel manque d’enthousiasme ?

A cette question je crois que leur réponse serait évidemment celle-ci : pourquoi TU nous demandes de raconter ce qu’on a fait alors que c’est TOI qui nous l’as fait faire et que TU étais là TOI !

C’est clair.

On ne peut pas les avoir comme çà.

Problème, analyse, recherche de solution, conclusion … il y a un obstacle à éliminer : la maîtresse !!

Ah ! si la maîtresse n’existait pas…

L’idée du jour illumine alors mon cerveau qui cherchait solution depuis un certain temps : il faut faire disparaître la maîtresse pour donner vie à un nouveau personnage bien plus motivant.

ACTION : Alors que la maîtresse (moi) s’endort sur son grand tabouret au coin regroupement, voici qu’à sa place s’éveille « Madame Bidule »,  journaliste curieuse et farfelue.

Dans un réveil en sursaut, j’enfile ma casquette et j’endosse alors en même temps le rôle de cette curieuse personne : journaliste qui sait tout faire mais sans l’avoir appris. Elle débarque donc  naïve, curieuse et impatiente dans les écoles pour poser des questions sur l’école, les activités, leur vie. Elle veut découvrir et bouscule les habitudes et surtout, surtout, mêlant humour et naturel, invite à parler, à raconter, à tout lâcher sans retenue, sans jugement, sans sanction !!

Et ça…….marche !

Voici que chacun rentre dans cette comédie prenant la peine de se présenter « Bonjour, je m’appelle Clara, j’ai 7 ans et j’ai beaucoup aimé la rentrée parce qu’on a travaillé et c’était facile ! ».

Ou profitant au passage pour déposer une jolie flatterie « Ma maîtresse elle est gentille et adorable. »

D’autres plus sceptiques restent sur leurs observations : Tiens, tu as les mêmes lunettes que ma maîtresse… hum…

Certains réagissent lorsque Madame Bidule propose de faire « comme ils veulent » pour se déplacer en classe, pour écrire, pour parler. Ils rappellent les règles de base de la classe en bon moralisateur et ce que leur maîtresse leur a appris, prenant alors les commandes, pour éviter de transgresser ces règles.

Prise de conscience de l’utilité des règles (lois) utiles au bon fonctionnement d’un groupe (Société) pour éviter le b… (l’anarchie) ?

D’autres encore attendrons la prochaine visite ou le retour de la « vraie maîtresse » sortie en fin de séance de son sommeil telle qu’elle y était rentrée pour lui raconter cette drôle d’aventure.

Entre rêve et réalité, songe, théâtre, doutes et certitudes, les élèves voyagent, se livrent, se confient et, le plus important, apprennent à délier librement leur langue dans un moment de complicité délicieux…

 

Claire, clown à ses heures 😉

 

Commentaires

commentaires

One Response

  1. tribeche 16 janvier 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *