Être titulaire départemental – Avantages et inconvénients

Quand on débute dans le métier, il ne faut compter avoir sa classe tout de suite, ou alors à l’autre bout du département ! Dans mon académie ensoleillée et donc convoitée, en surpopulation enseignante selon le recteur (il a probablement surcompté, moi je trouve qu’on n’est pas assez nombreux), les débuts de carrière durent au moins dix ans. Dans la ville où j’habite, on peut rêver une classe en ZEP après 10 ans d’exercice.

departement

Mais alors on fait quoi pendant 10 ans ? On remplace. Je vais remplacer encore quelques années car je suis titulaire départemental. Titulaire signifie paradoxalement que, justement, je ne suis pas titulaire de la classe : je complète par quarts ou moitiés d’autres enseignants qui, parce qu’il bénéficient d’un jour hebdomadaire de décharge ou parce qu’ils travaillent à temps partiel, sont absents de leur classe un ou deux jours chaque semaine. Je complète les mêmes collègues tout au long de l’année : c’est le CM2 le lundi, le CE2 le jeudi et le CM1 le vendredi, et le mercredi les trois classes à tour de rôle, le tout dans la même école depuis deux ans. Les élèves ont donc deux enseignants dans chacune de ces classes, le titulaire et le titulaire départemental (TD). Le mardi je fais tout autre chose, étant moi-même salarié à temps partiel de l’Educnat !

Être TD a des avantages et des inconvénients. L’inconvénient c’est de ne pas se sentir chez soi dans sa classe puisqu’on est inévitablement dans la classe d’un autre. Il faut savoir se glisser dans les souliers de son collègue : même méthodes de gestion de classe, mêmes outils, même positionnement vis-à-vis des élèves. Je n’ai pas à me plaindre car les trois collègues dont je complète le service sont des amis.

Parmi les avantages, il y a la mobilité puisqu’on change de classe au rythme des jours de la semaine. Les semaines, du coup, passent à une vitesse spectaculaire. On abandonne les élèves difficiles le soir pour ne les retrouver que la semaine suivante – sensation de soulagement toutefois à nuancer puisque des élèves difficiles, il y en a dans toutes les classes. Mais enfin on varie les plaisirs, les niveaux, les disciplines, les ambiances de classe. Il est agréable par ailleurs de pouvoir échanger avec le titulaire de la classe des impressions que l’on a à propos des élèves. Les rapports avec les parents sont plus distants que ceux qu’entretiennent les titulaires. Enfin, dans la cour de récréation, on connaît à peu près tous les prénoms. J’entends « Bonjour, maître » toute la journée (c’est d’autant plus vrai que certains élèves me saluent plusieurs fois par jour).

J’ai six ans d’ancienneté et encore plusieurs dizaines d’années de métier devant moi. Quand mon barème aura suffisamment évolué, je demanderai à avoir ma classe à moi. J’y ferai mes affichages, j’y imposerai mes règles de vie en classe, je disposerai les classes et les élèves comme je l’entends. Et si je reste à temps partiel, je partagerai même ma classe avec un TD !

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *