Quand l’enfant à Haut Potentiel n’est pas celui qu’on pense…

Celui que l’on appelle encore élève intellectuellement précoce (EIP) dans l’éducation nationale  n’est pas toujours le « surdoué » de la classe. Ce simple constat a justifié l’abandon du terme « surdoué » dans la littérature officielle. Il est même si peu représentatif que le concept de« haut potentiel » lui a été préféré ces dernières années. Nous avons en moyenne un EIP par classe, et une fois sur trois, cet enfant sera en difficulté, voire en échec.

enfants surdoués
Pourquoi est-ce un enfant à haut potentiel ?

Parce que le fonctionnement cognitif du HP (haut potentiel) est différent.  Il fait partie des enfants à besoins particuliers, des « pas comme tout le monde ». Avec une « pensée en arborescence« , une lucidité angoissante, un perfectionnisme frustrant, un sens de la justice acéré, une hypersensibilité difficile à gérer, une empathie naturelle mais envahissante, une « rage de tout maîtriser« … ce n’est pas toujours facile de rentrer dans le cadre scolaire conçu pour les 80% de « normaux pensant ». Souvent, la capacité d’adaptation est si forte que l’enfant sera en grande réussite. Mais pas toujours. Et savoir qu’un tiers des enfants ayant un quotient intellectuel supérieur à 98% de la population se retrouvent en échec scolaire, c’est difficile à admettre.

enfants surdoués

Comment reconnaître un enfant à haut potentiel ?

L’EIP est « hyper tout« , souvent excessif, d’un côté ou de l’autre mais rarement modéré. Il préfère parfois ne pas faire plutôt que de risquer une erreur. Il croit que savoir, c’est apprendre et possède rarement le sens de l’effort : ce qui peut provoquer une brusque chute des résultats en 5ème ou en 2nde, sans que personne ne comprenne pourquoi. Jean-François Laurent les nomme les APIES : personnes atypiques dans l’intelligence et l’émotion. Il explique qu’ils ont souvent le coeur tailladé car une banale remarque qui ne blessera personne…pourra les atteindre eux, profondément. On dira donc qu’ils sont susceptibles, immatures mais ce n’est qu’une sensibilité extrême qui peut aussi les conduire à se couper de leurs émotions. C’est tout ou rien.

On lit souvent sur son bulletin : « veut savoir sans apprendre », « n’exploite pas ses capacités » , « rêveur », « doit apprendre à développer », « ne lis pas les consignes », « manque d’organisation », « doit s’appliquer davantage », « quand il veut, il peut »…

L’enfant à haut potentiel a du mal à rentrer dans la norme et peut être  fâché avec l’écriture qui représente une structure à intégrer, des règles à appliquer pour suivre scrupuleusement un cadre imposé. Avez-vous remarqué que les élèves qui s’adaptent ou se « sur-adaptent » ont souvent une écriture très lisible, ronde, calligraphique ? Ce n’est pas le cas de la plupart des HP ! D’autres explications rentrent aussi en jeux en ce qui concerne l’écriture. Pour en savoir plus sur l’écriture du HP

Les règles et les apprentissages doivent avoir du sens pour lui. Sinon, il les discute. Et il est très fort pour argumenter ! Mais dans la classe, il est difficile d’instaurer un dialogue sans fin avec un seul élève! Alors il peut finir pas se refermer, se taire. Ou se révolter et devenir l’élève indiscipliné. Pour lutter contre l’ennui, pour être reconnu, ou juste pour avoir le sentiment d’exister, c’est bien de bouger un peu trop en classe !

La difficulté d’intégration, les soucis relationnels font parfois de lui le vilain petit canard, le bouc-émissaire ou le SAF (sans ami fixe). Pour se défendre, il s’isole, fait le clown ou développe une capacité d’adaptation hors norme pour se fondre dans la masse. Pas facile de choisir  le respect de ce que l’on est s’il faut s’exclure pour rester intègre.  Soit je me désintègre pour m’intégrer, soit je reste « moi » mais je m’exclus !

Le haut potentiel s’accompagne aussi parfois de DYS ou de TDA/H. L’un cache l’autre et parfois on ne voit plus rien, qu’un malaise qu’on ne saurait expliquer. La compensation joue à plein régime mais peut finir par épuiser l’enfant. Le Docteur Michel Habib, explique parfaitement ce phénomène.

 

 Que faire pour un enfant à haut potentiel ?

Bien sûr, la première étape est la détection de la précocité, auprès d’un professionnel qui connaisse bien les particularités du haut potentiel. Le diagnostic permet de mieux comprendre, de déculpabiliser les parents autant que l’enfant de ce sentiment étrange  d’être un peu extra-terrestre, un Harry Potter qui ne comprend pas ce qui lui arrive, petit sorcier au pays des moldus…

Une fois qu’on a les « références du modèle », on peut obtenir le « mode d’emploi » et savoir ce qu’il faudra travailler : lutter contre l’ennui, chercher le sens, approfondir et enrichir l’enseignement traditionnel pour ne pas voir fuir la motivation, apprendre la méthode, l’effort, relever des défis. Tous ces conseils se trouvent dans l’ excellent document, très riche et complet, pour les enseignants, sur eduscol.

Enfin,  comme pour tous les enfants, mais plus encore pour le jeune EIP, le cadre ferme et bienveillant sera rassurant, et l’aidera à sortir ce potentiel du champ des possibles pour le réaliser, l’accomplir et s’épanouir.

 

Des blogs incontournables : les tribulations d’un petit zèbre et le cheval à rayures

Des associations pour guider les parents et les enseignants : l’ANPEIP et l’AFEP

Et dans chaque académie, un référent EIP.

Commentaires

commentaires

26 Comments

  1. pierre 27 juillet 2017
  2. Guillemin Carole 15 juin 2016
    • NUNN Claire 16 juin 2016
  3. Brun 8 juin 2016
    • Katy 20 septembre 2017
  4. Denis D 9 mai 2016
    • Denis D 9 mai 2016
    • Louise 6 juin 2016
  5. bourbon 11 août 2015
    • LISA 10 mai 2016
    • LouPerdrix 13 mai 2016
  6. Marques Daniel 27 février 2015
  7. Claire Nunn 22 février 2015
  8. Laffin Lionel 21 février 2015
  9. enriqueta 20 février 2015
    • Beaumont 11 août 2015
    • sylvie 10 mars 2017
  10. Mélusine 19 février 2015
  11. martine lb 19 février 2015
  12. Pingback: Quand l’enfant à Haut Potentiel n&... 17 février 2015
  13. Pingback: Quand l’enfant à Haut Potentiel n&... 17 février 2015
  14. chaudoir Annick 16 février 2015
    • ,daniela Billy 26 janvier 2017
  15. Mireille Lamontre 16 février 2015
  16. Parents Professeurs Ensemble 16 février 2015
    • Claire Nunn 16 février 2015
  17. Pingback: Quand l’enfant à Haut Potentiel n&... 16 février 2015
  18. Pingback: Quand l’enfant à Haut Potentiel n&... 16 février 2015
  19. Humphrey 16 février 2015
    • Claire Nunn 16 février 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *