Les dessous du Bureau du professeur !

Tout commence en 2007. Je suis alors TZR et j’écume les établissements. Mais, j’ai beau changer de collège, une heure de cours possède ses rituels immuables et se déroule à peu près toujours de la même manière. Chacun se reconnaîtra ! Dès le 1er septembre, il faut rapidement connaître les élèves, mémoriser leur prénom, les placer judicieusement dans la classe. Une séance débute par une série de micro-tâches : faire l’appel, signaler les absents par informatique, vérifier les devoirs et le travail à rattraper…

La séance commence enfin et me voilà à jongler entre ma fiche séance, mon cahier de texte, ma grille de participation, mon tableau de croix pour les élèves et mon carnet de notes.

Du premier déclic…

J’aurais pu continuer de cette manière pendant longtemps, mais voilà : progressivement, une question se posait à moi. A force de refaire toutes ces tâches répétitives, pourquoi ne pas confier toutes ces actions à un ordinateur, afin de me libérer de la tyrannie du papier et de consacrer davantage de temps à mes élèves ?

Mon idée de départ est simple : chaque année, on nous distribue une liste ou un trombinoscope par ordre alphabétique. Or, j’ai en face de moi des élèves assis dans une salle de classe ! Je m’attelle donc à concevoir un plan de classe numérique où je positionne mes élèves du bout des doigts sur mon écran. Quel plaisir, les premiers jours, de pouvoir interroger un élève sans me tromper de prénom !

L’idée de mon logiciel vient de naître !

Ce sera un logiciel de prof, pour les profs et par les profs : le Bureau Du Professeur.

Aux premiers clics…

bdp_fonctionnalite

Après des nuits entières passées devant mon ordinateur, mon logiciel prend forme. Je peux maintenant l’expérimenter en classe. Tout m’apparaît plus simple et me fait gagner du temps.

Plus besoin de faire l’appel. Une chaise est vacante ? Un clic sur le plan de classe et l’élève est déclaré absent.

Adieu les post-it censés me rappeler qui n’a pas fait ses devoirs la semaine précédente ! Je circule avec ma tablette et je repère immédiatement les cahiers que je dois vérifier (avec le temps, est-ce vraiment utile ? Ce sont toujours les mêmes élèves !)

Je n’en reste pas là. J’intègre un carnet de notes classique auquel j’affecte des évaluations par compétences. Là encore, je me laisse le choix entre ces deux pratiques pédagogiques. Travailler par compétences ne me demande plus le double travail que beaucoup de mes collègues redoutent. Je fais en sorte que le logiciel me propose une note lors de la saisie des compétences. Libre à moi de la modifier si je le souhaite.

A toute la clique…

bdp_rapport_etoile

 

Je le propose alors à des collègues. Enthousiasme. Le logiciel s’étoffe : bulletins sans notes, auto-évaluation des élèves, enseignement personnalisé… De nouvelles fonctions apparaissent tous les trimestres. Il y a maintenant plusieurs centaines d’utilisateurs. Une bonne dizaine d’établissement l’a adopté.

Huit ans après, je me rends compte que l’aventure ne fait que commencer !

Benjamin DE MEDTS

Commentaires

commentaires

3 Comments

  1. Benjamin de medts 5 mars 2015
  2. Magali NEGRE 4 mars 2015
  3. Philippe 4 mars 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *