Des émotions au cœur de mon cerveau !

Ils m’ont tout de suite plu, ces deux livres. Ils avaient une bonne tête. Ça tombait plutôt bien puisqu’ils allaient parler de mon cerveau et de mes émotions.
Voici donc la chronique littéraire du jour avec Le Cerveau de William Rostène et Jacques Epelbaum, illustré par Sophie Hérout, et Au Cœur des Émotions de David Sander et Sophie Schwartz, illustré par Clothide Perrin. Ils font partie de la collection Les Minipommes aux éditions Le Pommier. Cette série de livres a pour but  « d’aborder la science simplement, en donnant la parole à des scientifiques » (cf. quatrième de couverture).

En voici un bref descriptif :
Le Cerveau74650930_MP_cerveau
Rubrique Biologie, n°50.
Pour les 9/12 ans.
Les deux auteurs sont directeurs de recherche à l’INSERM et spécialistes des neurosciences (rien que cela !).
L’illustratrice est diplômée de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg (Pareil !).
Personnage principal : Louis, jeune garçon.
Personnage rencontré : M. Neurone.
Intrigue : Louis rêve. Il se retrouve avec ses camarades de classe devant l’agence de voyages Neurone. Ils entrent et font la connaissance de M. Neurone qui leur propose de partir en expédition pour explorer le fonctionnement de notre cerveau.
Petit bémol : M. Neurone n’a pas tous ses dendrites. Peut-être leur aurait-il fait trop peur ?!

Exemples de mots savants, mais que l’on peut bien comprendre : axone, hippocampe, cortex, système limbique,..

 

1ère de couverture Au Cœur des émotionsAu Cœur des Émotions
Rubrique Psychologie, n°35.
Pour les 9/12 ans.
Les auteurs travaillent à l’université de Genève. Ils mènent des projets de recherches sur les émotions (pareil !).
L’illustratrice travaille pour la presse et de nombreuses maisons d’édition (jeunesse) (pareil !).
Personnage principal : Hannah, jeune fille avec sa mygale, Amy.
Scientifique rencontré : Professeur Lunatique.
Intrigue : C’est l’anniversaire d’Hannah aujourd’hui. Elle décide de partir avec ses amis pour faire un voyage au cœur des émotions. Lunatique embarquera toute la petite bande dans son Emobus.

Exemples de mots savants, mais que l’on peut bien comprendre : les 6 émotions de base, les 5 composantes de l’émotion, la prosodie émotionnelle…

 

 

Le fonctionnement

Dans cette collection, il est toujours le même : d’abord l’histoire « Il était une pomme », puis un certain nombre de rubriques intitulées « quelques infos en compote » : jeux, lexique, références, coin des grands et index. De ce fait, si on aime cette approche, on appréciera aller chercher dans d’autres livres de la même collection, comme « le sang de mon corps », « l’hibernation »…

 

Voici ce que j’ai apprécié dans ces livres :

  • Les mots spécifiques : ils sont en gras dans l’histoire. Et je peux les retrouver dans le lexique où ils sont présentés cette fois-ci par une définition. Ils sont donc expliqués de deux manières différentes.
  • Les jeux, en fin d’ouvrage, sont attrayants, réalisables par les enfants : création de jeux de cartes, de portraits avec des visages découpés (pour jouer avec les émotions)…
  • Les expériences : les enfants peuvent aussi jouer à l’apprenti scientifique ; faire des mélanges de colorants alimentaires dans des verres de sirop pour voir si cela influe sur le goût auquel on s’attend.
  • L’enseignant peut, quant à lui, trouver des références s’il veut pousser plus loin ses connaissances et ses recherches.

 

Piste pédagogique :

Je pense même que ce livre pourrait bénéficier d’une mise en scène dans nos classes. Pourquoi ne pas imaginer les différents personnages et « créer » un Monsieur Neurone ? Pourquoi ne pas jouer une émotion avec un didacticiel fait par les enfants pour expliquer comment les choses se passent dans notre cerveau quand nous ressentons la peur ? Par exemple : deux élèves miment une scène de peur. En parallèle, avec des pauses sur image, deux autres expliquent ce qui se passe dans notre cerveau (tout est dans le livre). Un peu à la « Fred et Jamy » dans C’est pas sorcier.

En fait, tout est pédagogie, et c’est grâce à la diversité des moyens utilisés qu’un grand nombre de P.E. et de profs de SVT dans les jeunes classes pourra être conquis.

Sans mentir,  j’ai appris des tas de de trucs. Du coup, je vous mets au défi, chers lecteurs. Si vous connaissez tous « les mots savants », ces livres ne vous apporteront rien. Sinon, je vous invite à les lire vous aussi. Il n’y a pas qu’entre 9 et 12 ans que l’on apprend des choses. Mais ça, vous le saviez déjà. Je pense aussi que l’on peut proposer ces deux ouvrages à nos élèves de début de collège ou en enseignement adapté. D’ailleurs, je vais de ce pas en parler à mes collègues.

 

Bref ! Des ouvrages très pédagogiques avec des héros frais et sympathiques, des connaissances à foison. Alors, chapeau bas à nos grands scientifiques qui ont su vulgariser leurs connaissances et leur génie au service de nos jeunes élèves et de tous les autres curieux du fonctionnement de leur ciboulot.

Une chronique de Kristen

Commentaires

commentaires

One Response

  1. Kristen 16 décembre 2015

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *