Une guerre d'étoiles

Ça y est ! Enfin, nous y sommes ! Le troisième volet de la saga Star Wars arrive au cinéma et tout le monde a hâte de découvrir les aventures passionnantes de ces chevaliers Jedi.

guerre-des-etoiles

Et pourtant… Si dans l’univers de la société civile cela reste de la science fiction, dans notre univers parallèle de l’Éducation nationale, cela n’est pas très loin d’une certaine réalité…

Ici, aux confins de la galaxie et très loin de l’emprise du ministère Éducation nationale (de l’empire), une armée de rebelles a décidé de se battre.

Leur mission ? Lutter contre les forces obscures de l’ignorance et de l’intolérance.

Pour seule arme, ils ne possèdent que la « Force » de leur esprit.

La force ? Ils l’ont reçue très tôt, comme une vocation.

Ils l’ont faite grandir et développer lorsqu’ils étaient jeunes stagiaires (« padawans ») au contact de vénérables tuteurs (« maîtres Jedi »). Ces maîtres étaient eux mêmes disciples de plus grands pédagogues (maîtres Jedis) : de FREINET (maître WINDU), à MEIRIEU (maître YODA). Ils ont appris, la patiente, le dépassement, la sagesse ; bref ils ont appris à laisser grandir la force en eux, Cette « Force », ils l’ont mis au service de la justice et du bien.

Lorsqu’ils s’en sont montré dignes – à la fin de leur apprentissage –, on leur a confié « l’Arme », dévastatrice, si elle est mal utilisée ; mais au service de la justice si elle est maîtrisée avec sagesse et bienveillance.

Son éclat, lorsqu’il surgit au détour d’une page, fait tressaillir d’effroi l’élève pris en faute. Cette arme, qu’il manie avec une telle dextérité qu’elle semble faire partie de lui-même, c’est le fameux stylo rouge (sorte de sabre « laser » en plus petit). Signe de reconnaissance par excellence de cette caste d’intellectuels (de guerriers), ils sont les seuls à en être constamment pourvus.

L’alliance dans laquelle ils sont entrés regroupe tant de personnalité différentes (« ewoks, wookie, droïdes et calamariens ») qu’elle semble disparate de prime abord, mais cette diversité en fait son atout. Son union est pourtant sans faille et cela contraste étonnamment avec le conformisme (« l’armée de clone ») que voudrait nous imposer (dans laquelle voudrait nous enrôler) le ministère (« l’empire »).

Bien sûr, il y en a des difficultés dans cet univers… de relativité .

Ici tout est différent.

Le temps, par exemple, semble s’écouler plus lentement. Il en faut du courage pour organiser la moindre activité : de la demande officielle à son supérieur hiérarchique, en passant par la demande de devis, les prises de contacts, la validation par le CA, les autorisations parentales à distribuer, récupérer… Il ne faut pas moins de courage pour mettre en place un travail en commun avec plusieurs collègues. Ici, où il n’existe pas un temps, mais autant qu’il y a de personne, il faut attendre les « éclipses » des alignements d’emploi du temps. Oui il faut de la « Force ».

Le temps encore qui s’écoule dans une autre dimension : l’année scolaire… Elle commence quand l’année civile est déjà plus qu’entamée, elle se morcèle en vacances, dans lesquelles le temps semble comme suspendu, absorbé dans un trou noir. Les mêmes trous noirs que ceux de l’administration dans lesquels semble se perdre toute initiative.

Le temps toujours qui semble s’écouler sans s’écouler : tout parait être un éternel recommencement où les rentrées succèdent aux fins d’années : les élèves changent mais ne semblent pas vieillir (étrange…).

Oui, ici le combat est finalement un éternel recommencement mais la « Force » est à l’œuvre et puis la princesse « Najat » a besoin de Jedi, alors rejoignez la rébellion et… que la force soit avec vous !

Damien THOMAS, toujours à la recherche de son chemin dans l’espace intergalactique.

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *