Réflexions et bonnes résolutions

Certaines réflexions d’élèves sont tellement surprenantes ou inattendues que je reste « scotché » quelques secondes et parfois même je frôle l’arrêt cardiaque ou respiratoire. Heureusement, pour équilibrer, je vais bien recevoir durant ces premières semaines de janvier une centaine de vœux sur l’ensemble de mes classes ; « bonne année m’sieur !! » par-ci, « bonne santé m’sieur» par-là ; c’est l’avantage d’avoir une dizaine de classe. Avec tout cela j’ai une santé de fer et je résiste bien à ces petits moments surprenants !! Alors merci chers élèves pour vos bons vœux. Mais en retour je fais le vœu que les élèves fassent un peu plus attention à ce qu’ils disent ou écrivent. Morceaux choisis :

reflexions-et-resolutions

– Début de cours en sixième ; je prends 5 minutes pour rappeler ce qui a été fait précédemment en posant quelques questions. Marie est chargée de nous reformuler la question posée le cours d’avant et écrite en vert dans le cahier… Pas de réponse. Deuxième essai pour la mettre en confiance avec une question de vocabulaire… Toujours pas de réponse. Puis tout à coup, Marie me lance : « Vous pourriez éviter de me faire parler ! ». Gloups ! « Parce que j’ai mal à la gorge alors… » Re-gloups ! J’ai fait remarquer gentiment à Marie que la réponse attendue ne lui aurait pas demandé beaucoup plus de temps de parole.

– Belle journée d’automne un peu fraîche en début de matinée. Les 6D sont au travail ; chacun semble être actif et les productions attendues avancent plus ou moins dans chaque cahier. Vient la mise en commun : chacun propose une solution au problème posé. Plusieurs mains se lèvent spontanément. Profitons de cette motivation… Margaux se lance… : « Vous pouvez baisser le chauffage s’il vous plaît ? » Gloups ! Pourtant il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, comme d’habitude, mais effectivement je remarque alors que c’est la seule élève en t-shirt, tout le monde par ailleurs ayant opté pour les manches longues. Mais si on reprenait le cours…

– Faire un plan de classe ou pas ? Pour ma part je laisse les élèves s’installer comme ils veulent durant les premières semaines. À eux d’être suffisamment actifs et attentifs, sinon j’opère quelques petits changements de place ou je fais un vrai plan si la dynamique de classe ne marche pas bien. Durant les premières semaines je reprends donc certains élèves pas assez attentifs ou bavards. Souvent j’explique alors à l’élève concerné que son manque d’attention dans les moments où il faut écouter ne lui permet pas de bien comprendre tout ce qu’il faut faire. Ces remarques ne demandent pas de réponse de la part des élèves mais quelques uns, comme Marion, sont prompts à se justifier : « Mais si, j’écoute… Mais pas tout le temps ! » Gloups !

– Lorsque je rends une évaluation, les élèves doivent regarder leurs principales erreurs et chercher à les comprendre, sans forcément tout corriger par écrit. Il y a donc souvent pendant 10 minutes de nombreuses questions sur telle ou telle réponse. 4èmeB, je passe dans les rangs pour répondre aux élèves qui lèvent la main pour avoir une précision ; j’arrive vers Marc : « C’est pour vous dire que vous avez pas le droit de me noter pour ça ! » GLOUPS !! On ne me l’avait pas faite celle-là ! Devant mon air surpris Marc s’explique : « J’ai un PAI pour ma dyslexie et vous ne devez pas noter mon écriture. » C’est exact Marc, et cela tombe bien car ce n’est pas ce qui est évalué ; certes c’est la compétence « communiquer » mais, même si c’est mal écrit, il faut sur un schéma un titre souligné, organiser quelques informations, une légende et des flèches, comme on l’avait travaillé en classe d’ailleurs.

– Pour finir, un petit hommage à tous les élèves qui ne font pas suffisamment attention à ce qu’ils écrivent dans leur évaluation. Cela pourrait s’appeler « la carpe qui voulait devenir un crabe ». Sauf qu’il ne s’agissait pas de faire une fable comme Jean de la Fontaine. Il s’agissait de construire un texte court, afin d’expliquer pour quelles raisons les carpes vivent dans un lac, et pas dans la rivière toute proche. Bonne communication et bon raisonnement de Marine de 5B : écriture, soin, trois phrases bien séparées et claires avec des arguments tirés des documents et de ses connaissances. Sauf que Marine, en plus de connaître les fables, doit aussi être une adepte du jeux TV « Motus » : dans la première phrase le sujet est bien une « carpe », mais dans la deuxième phrase le sujet devient une « crape » et dans la phrase de conclusion le sujet est… « un crabe » !! Ceci étant cela me donne un bon exemple d’analogie pour expliquer le rôle des mutations de l’ADN dans l’évolution des espèce en 3ème ; alors merci Marine, mais faisons tout de même le vœux qu’en 2016 les élèves se relisent mieux… Meilleurs vœux à tous.

Une chronique d’Hervé

Commentaires

commentaires

3 Comments

  1. jacques 12 janvier 2016
  2. jacques 12 janvier 2016
  3. DUBROUX 12 janvier 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *