Quelle scolarisation pour les moins de 6 ans ?

« Garder ses enfants est plus fréquent dans les familles les plus modestes » (Observatoire national de la petite enfance)

La France (hors Mayotte) compte 4,8 millions d’enfants âgés de moins de 6 ans et 2,3 millions d’enfants de moins de 3 ans en 2015, soit, en 10 ans, une hausse de 100 000 enfants de moins de 6 ans et de 40 000 enfants de moins de 3 ans : c’est le constat de l’Observatoire national de la petite enfance dans son rapport, présenté à l’occasion de son 10ème anniversaire, le 29 janvier. Néanmoins, ces effectifs diminuent légèrement depuis 2012 (- 30 000 à – 40 000). Sur le plan géographique, la part des enfants de moins de six ans est élevée dans le Nord de la France, le bassin parisien, en Rhône-Alpes et dans l’Ouest, mais nettement plus faible dans le quart Sud-Ouest.

« Plus les enfants sont jeunes, plus la famille est traditionnelle », note Aude Lapinte, de l’Insee. Ainsi, 86 % des enfants de moins de 6 ans vivent avec leurs deux parents et 89 % de ceux de moins de trois ans, contre 75 % pour l’ensemble des enfants mineurs (en 2011). Seuls 9 % des enfants de moins de 6 ans et 8 % des enfants de moins de 3 ans vivent dans une famille recomposée.

logo_touteduc_190x90

Cet article de Diane Galbaud vous est proposé gracieusement par notre Partenaire ToutEduc, vous pouvez vous abonner pour bénéficier d’une actualité professionnelle quotidienne !

petitsenfants

Familles monoparentale : un niveau de vie plus faible de 35 %

Deux tiers des familles avec au moins un enfant de moins de 3 ans sont des couples avec deux actifs ou des familles monoparentales dont le parent est actif (en 2014). « Le taux d’activité de la mère baisse avec le nombre d’enfants », remarque Aude Lapinte. Ainsi, 24 % des mères en couple avec un seul enfant de moins de 3 ans travaillent à temps partiel, contre plus de la moitié (52 %) de celles qui ont 3 enfants ou plus.

Pour les familles monoparentales, le niveau de vie est plus faible de 35 % que celui des couples avec enfants (14 420 contre 22 320 € annuels). Plus de la moitié des enfants de moins de 6 ans en famille monoparentale vivent sous le seuil de pauvreté (soit 11 800 euros par an). Les enfants de la même tranche d’âge ne sont que 14,1 % à être touchés par la pauvreté dans les famille « traditionnelles » et 27,6 % dans les familles recomposées.

61 % des enfants de moins de 3 ans gardés par leurs parents

En termes de modes de garde des jeunes enfants, la capacité d’accueil est passée de 47,6 places pour 100 enfants de moins de 3 ans en 2006 à 55,1 en 2013. « Depuis dix ans, le nombre d’assistantes maternelles a augmenté de 75 000 », souligne Danielle Boyer, de la Cnaf. Du côté des établissements d’accueil du jeune enfant (Eaje), le nombre de places a également progressé, de près de 90 000 places en neuf ans.

Cependant, les parents restent les premiers intervenants auprès des jeunes enfants : 61 % des enfants de moins de 3 ans sont gardés principalement par leurs parents fin 2013, un taux en diminution (70 % en 2002). « Garder ses enfants est plus fréquent dans les familles les plus modestes, où l’arbitrage financier entre revenu d’activité et coût de la garde peut jouer en faveur d’un arrêt d’activité », souligne Bertrand Lhommeau, de la Drees.

Scolarisation : les disparités territoriales demeurent

Quant à la scolarisation, la capacité d’accueil de l’école préélémentaire a augmenté de 6 000 places entre 2012 et 2013 et reste stable entre 2013 et 2014, après une baisse entre 2010 et 2013 (passant de 111 700 places à 96 900). Même si la capacité d’accueil progresse, les disparités territoriales demeurent : le département le mieux loti est la Haute-Loire avec un taux de couverture de 88 % et le moins bien doté la Seine Saint-Denis avec 30,4 % de couverture.

Le rapport 2015 de l’Observatoire national de la petite enfance est consultable ici (PDF)

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *