Le CDI est ouvert ?

Là où tout peut arriver !

le_cdi_cest_ouvert

Comme je n’ai pas le crayon d’une de mes collègues, https://gribouillesdedoc.wordpress.com/, qui sait camper avec talent les tribulations de nos élèves au CDI, je me contenterai de cette modeste chronique. Je le fais en toute objectivité tant nos rituels sont délicieux…

Pour les élèves, le CDI c’est :

  • Là où il y a des livres qui racontent des histoires, des bandes dessinées, des mangas.
  • Oui, mais aussi des dicos, des encyclos et des journaux.
  • Là où il y a des ordis.
  • Là où on peut faire de la poésie.
  • Là où la culture est infinie.
  • Là où on peut être ensemble et se parler.
  • Rire un peu, débattre et chuchoter.
  • Demander si on peut jouer.
  • À conditions de ne pas déborder.
  • Jouer pourquoi pas !
  • Mais à des jeux sérieux pour s’éduquer.
  • Là où on peut dessiner.
  • Là où on peut se reposer.
  • Par le journal, le blog défendre ses idées.

Bref, le CDI c’est mieux que la permanence.

C’est l’endroit rêvé.

C’est fou tout ce que l’on peut faire au CDI.

Pour moi, le CDI c’est :

  • Un labyrinthe de livres.
  • Des étagères qui dégringolent.
  • Le lieu de la culture moderne.
  • Des livres qui datent parfois de 1955 !
  • Un lieu d’expression artistique.
  • Si je n’y prends pas garde, les élèves hiphoppent.
  • Le lieu de la galaxie Internet.
  • Des ordinateurs essoufflés qui quand on les allume décollent comme des avions.
  • Le lieu de la technologie avancée.
  • Mon paper-board tombe plus fréquemment que la moyenne.
  • Des manuels scolaires pour tous.
  • Des piles (cinq-mille manuels tout de même) qui titubent dangereusement et qu’il faut redistribuer à la rentrée.

Mais le CDI c’est aussi à Noël ou à Pâques :

  • Là où il y a des chocolats (dévorés en cinq minutes).
  • Des chouquettes au mois de juin (ranger, compter, réparer les manuels scolaires, ça se mérite !).
  • Là où il fait chaud, là où il ne pleut pas.
  • Là où les radiateurs sont froids ou bouillants sans alternative thermostatique.
  • Là où on organise de belles grandes rencontres poétiques.
  • Là où je dois déménager les tables, les chaises dans un fracas inhumain.
  • Le CDI c’est là où il y a tout pour plaire (je cite un élève).
  • Là où je dois astucieusement tout caler pour que tout tienne.
  • Le CDI un lieu de détente.
  • Là où il y a des jeux qui se jouent sous le manteau (bras de fer, jeux de cartes et autres défis)
  • Comme dans un tripot de bas quartier.

Bref, c’est l’endroit rêvé !

Quand le CDI est fermé aux élèves en autonomie, parce que j’y mène une séance ou un projet, la question fuse :

« – Le CDI est ouvert ?

– Non, bonjour… ».

Quand le CDI est ouvert à tous les élèves parce qu’il est ouvert, la question qui s’impose :

« – Le CDI est fermé ? (??!!!)

– Non, bonjour… ».

Ou des variantes qui n’en sont plus :

« – Il y a encore de la place au CDI ?

– Oui, bonjour… ».

« – Madame s’il vous plait (presque à genoux parfois), je peux venir au CDI ?

– Oui, bonjour… ».

«  – Je voulais vous rapporter le livre que j’ai emprunté (depuis deux mois !) mais le CDI est toujours fermé !

– Ah vraiment, bonjour… ».

« – Madame, je peux aller sur Internet ?

– Aller sur Internet ?!! Quel voyage !! ».

« – Madame, je peux prendre un ordinateur ?

– Prendre un ordinateur ? ».

« – Madame, je peux jouer ?

– Jouer, non. On est sérieux au CDI…».

« – Madame, je peux chercher un truc sur Internet ?

– Un truc ?

– Ben oui, j’sais pas, aller sur Internet, quoi !

– ??!!!! ».

Ah, les élèves sont formidables !

 

Une chronique d’Isabelle Chemin

icheminkanisa-big (1)

(professeure documentaliste dans un collège parisien aux abords d’un beau parc aux couleurs chatoyantes)

 

Commentaires

commentaires

One Response

  1. Michel BACKELJAU 10 février 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *