Et si la méditation changeait les pratiques à l’école ?

En partenariat avec Le Livre de Poche

 

Méditons un peu sur le sujet avec Clarisse Gardet.

La méditation, comme le yoga et la sophrologie, est une pratique de plus en plus en vogue, qui entre parfois même dans les écoles. De quoi s’agit-il ? Nous avons souvent cette fausse idée qu’il faut s’asseoir et faire le vide dans sa tête. Au contraire, l’immobilité et le silence recherchés servent justement à stimuler notre vigilance pour nous relier à nous-mêmes et à tout ce qui nous entoure. Mais qu’est-ce que cela peut concrètement apporter aux élèves et aux enseignants ?

Meditation

À l’occasion de la sortie prochaine du livre Méditer avec les enfants, de Clarisse Gardet, Le Petit Journal des Profs a rencontré l’auteure, qui organise des ateliers pour les enfants et des formations pour les enseignants.

Comment la méditation a-t-elle sa place au sein de l’école ?

Au-delà d’une technique, la méditation est un chemin de vie. D’où son intérêt à l’école. Si la méditation était seulement une technique, elle consisterait uniquement à s’asseoir et à se calmer pour un certain temps. Mais lorsqu’on s’assoit pour méditer, on s’ancre dans le présent, on observe la façon dont on se relie aux choses, la manière dont son esprit fonctionne, on développe sa capacité d’attention. Cela donne l’occasion d’accompagner la pratique par des enseignements directement reliés à l’expérience faite et à la façon dont elle trouve écho dans la vie quotidienne. Pour toutes ces raisons, je crois que la méditation peut vraiment transformer les choses.

L’enseignant a un rôle important à jouer, d’autant que la relation élève-enseignant est, d’après moi, une relation de confiance, surtout pour les préadolescents. La méditation est indissociable de la bienveillance : ici les enfants n’ont rien à réussir. Même s’ils n’ont pas pu s’empêcher de gigoter, on ne leur reprochera jamais d’avoir raté la méditation puisqu’elle consiste à se mettre en rapport à ce qui se passe au moment où cela se passe. Pour ceux qui bougent, il s’agit simplement de l’observer, sans jugement, en examinant toutes les facettes de l’expérience. C’est important pour eux de ne pas se sentir nuls, de se savoir acceptés tels qu’ils sont, sages ou turbulents.

C’est aussi la possibilité pour les enfants d’être en groupe sans se comparer ou se sentir jugés. Le groupe est une richesse en méditation. Par exemple, faire l’expérience ensemble du silence est un moment fort pour une classe. Le silence permet de se rassembler, chacun, et en groupe.

Quels sont les bienfaits de la méditation pour les élèves et pour l’enseignant ?

La méditation n’a pas de but, mais elle a de nombreux avantages. La méditation a des échos dans la vie, mais elle apprend surtout à se relier différemment aux choses, à mieux les voir, à prendre du recul.

Prenons l’exemple de l’attention. Les enseignants demandent souvent aux élèves de se concentrer, mais personne ne peut se concentrer huit heures d’affilée. Dans la méditation, on apprend à moduler son attention. On apprend à être dans le présent. Tous nos sens sont ouverts. On a les yeux baissés mais ouverts. On est posé, attentif à son souffle, à ce qui entoure, à ce qu’on entend, à ce qui se passe. On développe toutes les perceptions. Au début c’est difficile, mais ce n’est pas grave, car il n’y a rien à réussir.

On peut ensuite en discuter, et l’expérimenter autrement, de façon ludique. Souvent, je propose aux enfants le jeu « Jacques a dit ». En faisant plusieurs manches, on s’aperçoit que le gagnant n’est jamais le même. Cela donne l’occasion aux enfants de se rendre compte que l’attention n’est pas une qualité acquise une bonne fois pour toutes, et que l’attention demande un effort.

Avec la méditation, on peut aussi traiter de nombreux autres thèmes comme celui de l’ennui. « Pourquoi s’ennuie-t-on quand on ne fait rien ? », par exemple.

Comment présenter le principe de méditation aux parents et aux élèves ?

Il est important de préciser que la méditation pratiquée est laïque, car beaucoup y voient une pratique religieuse, voire sectaire. Or, même si la méditation vient de la tradition bouddhiste, elle est passée au prisme de nos propres codes occidentaux. Aujourd’hui les scientifiques s’y intéressent également, parce qu’ils en saisissent les bienfaits qui sont objectivés par de nombreuses études aux résultats probants.

Pour introduire la méditation en cadre scolaire, je conseille vivement d’organiser une présentation pour les parents, afin d’expliquer de quoi il s’agit, de donner l’occasion de pratiquer ensemble, puis de répondre à leurs questions. Cela permet de comprendre l’intérêt de la pratique et ses bienfaits pour les enfants. Il y a peu, j’ai été conviée dans un lycée à faire une présentation à laquelle les élèves aussi étaient invités. J’ai tout d’abord été surprise, puis je me suis rendu compte que c’était une excellente idée de les impliquer !

Quels conseils peut-on donner aux enseignants ?

Avant tout, l’enseignant doit lui-même pratiquer pour pouvoir guider les enfants. C’est assez logique : il n’enseignerait pas sa matière s’il n’en connaissait pas le sujet. Pour la méditation, c’est pareil. Ensuite, pendant le temps consacré à la méditation, il doit s’inclure dans le groupe et suspendre provisoirement sa posture de supériorité hiérarchique. C’est un point délicat et difficile, car il implique de regarder la situation « à neuf », sans se laisser influencer par le comportement habituel des élèves.

Je conseille aussi à l’enseignant de se rappeler et de rappeler aux élèves, systématiquement, qu’il n’y a rien à réussir. Qu’on a juste à être là. C’est incroyablement rassurant pour les enfants. Et même pour les adultes. Car on s’impose toujours des choses à réussir.

Trois minutes en début de cours peuvent suffire pour se poser et améliorer la qualité d’écoute des élèves. Sans oublier que la méditation nécessite une pratique régulière : il ne s’agit pas de méditer ponctuellement pour calmer les élèves. S’ils sont énervés, mieux vaut remettre la séance à plus tard.

 

Méditer avec les enfants, de Clarisse Gardet, sort aux éditions Le Livre de poche le 2 mars prochain.

Livre + CD audio avec dix méditations guidées progressives enregistrées par l’auteure.

Pour plus d’informations : c’est par ici.

Et pour écouter un extrait : Méditer avec les enfants

Commentaires

commentaires

No Responses

  1. Pingback: Idées pédagogiques de profs | Pearltrees 2 septembre 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *