C koi un bon prof ?

En partenariat avec la Journée de l’Innovation

bonprof2

Lors de la prochaine Journée de l’Innovation, le 30 mars à Paris, Ostiane Mathon va animer avec des élèves de primaire un atelier intitulé « Qu’est-ce qu’un bon prof ? ». Le PJP dont la vingtaine de chroniqueurs apporte quotidiennement des réponses à cette question ne pouvait pas résister au plaisir d’aller à sa rencontre afin qu’elle soulève un peu le voile de son intervention.

Le Petit Journal des Profs : Avant de te demander ce qu’est « un bon prof », dis-nous comment va s’organiser cet atelier ?

Ostiane : La question du « bon prof » ne trouve pas la même définition selon que l’on interroge un élève, des parents, un de ses collègues, son chef d’établissement, son inspecteur, etc. Chacun n’a pas la même réponse ni les mêmes attentes… Dans cet atelier, on a donc décidé de poser la question aux élèves, en l’occurrence à des CM2 qui tout au long de leur scolarité ont déjà eu sans doute l’occasion de côtoyer des bons et des mauvais profs ;). Pour ne pas tomber dans les réponses attendues, il ne s’agit pas uniquement de leur faire dire qu’on est super : le dispositif mis en place doit nous permettre de dépasser le seul registre des qualités de la personne et nous emmener dans une réflexion autour des apprentissages. Pour cela, l’atelier se déroulera sur un registre créatif et collaboratif, à partir de modalités qu’on retrouve dans les workshops de Design Learning : brainstorming, cartographie, posters métaphoriques… qu’on espère bien présenter en fin de journée à madame la Ministre ! Parce que les élèves le valent bien 😉

Le PJP : En général, comment les élèves voient-ils leurs profs ?

Ostiane : Le plus souvent leurs réponses sont orientées sur les qualités intrinsèques de la personne, le savoir être de l’enseignant. L’élève l’« aime bien » parce qu’il est proche de lui, qu’il est juste, qu’il a de l’humour ou encore qu’il se montre patient. C’est très rare que l’un d’eux dise qu’il apprécie son maître parce qu’il lui « apprend des choses ». C’est tout l’enjeu de l’atelier et de nos échanges avec les élèves : les amener à ce constat et ensuite les écouter sur la manière dont leur prof s’y prend.

Le PJP : Une façon d’interroger le savoir et les apprentissages à l’œuvre ?

Ostiane : Oui, mais c’est compliqué de faire parler les élèves sur ce qui leur permet d’apprendre. La difficulté que l’on éprouve à sortir de ces listes énumérant les qualités de l’enseignant nous renseigne a contrario sur les attentes et les représentations des élèves. À leurs yeux, le bon prof incarne des valeurs, est exemplaire et porte un savoir être de référence. Cela nous rappelle aussi que nous parlons trop rarement avec les élèves de leurs rapports aux apprentissages. L’atelier donnera donc l’occasion de les interroger si, par exemple, d’avoir travaillé en petit groupe, d’avoir eu accès à des contenus vidéos ou autres, d’avoir choisi leur domaine d’étude, etc., a facilité ou non leurs apprentissages.

Le PJP : Que penses-tu faire émerger au terme de cet atelier ?

Ostiane : Co-construire un couteau suisse du bon prof qui présenterait un très large éventail de propositions sur les moyens et les démarches qui permettront peut-être à ses élèves de mieux apprendre…

*

L’entretien d’Ostiane est le premier d’une série avec quelques animateurs des ateliers organisés lors de la Journée de l’Innovation du 30 mars prochains. Thème suivant : « ça marche, mais comment le savez-vous ? ».

Suivre Ostiane Mathon sur Twitter

Commentaires

commentaires

One Response

  1. violette eric 4 mars 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *