Les vacances

Programme d’un prof

vacances

Au fond, les vacances se déroulent toujours un peu pareil, c’est à se demander s’ils n’ont pas raison, on en aurait trop.

La cloche du vendredi sonne et on fait des grands sourires aux élèves qu’on est contents de quitter pour quinze jours parce que oui, il faut bien le reconnaître, on est contents de les quitter pour quinze jours, on leur souhaite de bonnes vacances et on le fait sincèrement, moi je leur souhaite pour de vrai de bonnes vacances et pour de vrai aussi, je ne suis pas pressé de les retrouver. Ce n’est pas honteux, c’est juste qu’on passe plus de temps avec eux qu’avec ses propres enfants…

… et ça doit leur faire du bien à eux aussi de ne plus voir notre pomme six heures par jour et d’ailleurs le jour des retrouvailles les élèves sont en général plutôt contents de nous retrouver, calmes, disposés au travail et à la bonne humeur, les lundis de retour se passent en général bien ; c’est le mardi que ça se corse mais bon, qui est vraiment du mardi ?

On laisse passer le premier week-end de vacances pour souffler et on souffle un grand coup, pas un regard pour le cartable ni sur les évaluations qu’on aura bien le temps de corriger puisqu’on a quinze jours de repos. On décompresse, on pense à autre chose, on s’y remet doucement après quelques jours en se disant qu’il faudrait penser un peu plus projet, tiens pourquoi pas un projet électricité de fabrication d’un petit quiz avec un branchement électrique pour relier les questions et les bonnes réponses et ça allumerait la petit ampoule, c’est vieux comme le monde, c’est bête comme chou mais en les faisant plancher sur des questions-réponses haut de gamme et en faisant tourner les quiz entre élèves on pourrait travailler la production d’écrit, les tables de multiplication, pourquoi pas l’Histoire et les sciences et, bien sûr, le circuit électrique. Fermé, ouvert, jour, nuit, ça marche à tous les coups, oui décidément c’est un bon projet pour la rentrée.

On part un peu en vacances, à y être ! Oh pas loin parce qu’on est payés au lance-pierres et que le petit caillou ne va pas bien loin mais c’est toujours ça de pris, un petit échange de maison, un week-end en famille, une virée en Lozère, je ne sais pas moi, il y a plein de solutions pour les enseignants fauchés qui ont trop de vacances.

Du coup c’est déjà la deuxième semaine et on fait profiter ses propres enfants des vacances, on leur fait tester cette histoire de circuits électriques, on se fend bien la poire, ça va leur plaire aux élèves ! Bon ce sera moins sympa qu’avec ses propres enfants parce que y’en aura bien un ou deux qui s’amuseront à casser la petite lampe ou dont les parents n’auront pas fait l’effort de trouver la pile 4,5 V, il faudra souffler dans les bronches et ça ne fait pas forcément passer le courant, ça, mais enfin on prépare avec ses propres enfants et c’est un bon moment.

Du coup c’est déjà le dernier week-end avant la rentrée et on n’a pas fait grand chose, à part un quiz électrique avec ses propres enfants, et les évaluations ne sont toujours pas corrigées.

Alors on s’y met le samedi, deux jours avant la rentrée, ça compromet un peu le dernier week-end de congés, on râle, on s’essouffle, on trouve que les vacances sont trop courtes et c’est à ça qu’on nous reconnaît, nous les enseignants.

Une chronique de Vincent Papalion

Commentaires

commentaires

One Response

  1. sam 8 avril 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *