Les « grandes » petites pommes du savoir

Tout savoir sur les bactéries qui nous entourent
bacteries

« Comprendre le monde qui nous entoure » : c’est la promesse des Éditions du pommier ; 30 collections différentes, plus de 400 titres d’après le site internet que j’ai parcouru ne connaissant pas ces éditions. Beaucoup de thèmes intéressants, de nombreux sujets scientifiques sont traités pour les jeunes (« les minipommes » en 64 pages) ou les plus âgés (« les petites pommes du savoir » aussi en 64 pages) par différents scientifiques spécialistes des sujets abordés. Comme le précise le site : « croquez donc les fruits de la connaissance ». Alors bon appétit ?

« Les bactéries, une chance pour l’humanité ? » – John Herrick – Collection les grandes petites pommes du savoir, Edition du pommier.visuel livre

Dans cette collection pour adulte des « grandes petites pommes du savoir », c’est en 128 pages que notre appétit doit être rassasié. Toujours dans l’analogie avec la pomme, le livre présente en 4 quartiers la dégustation :

1- « Pourquoi j’ai (l’auteur) eu envie de croquer la pomme  » : depuis ses jeunes années d’études (en philosophie puis en sciences) les bactéries ont toujours intrigué l’auteur.

2- « Au cœur de la pomme » : c’est une présentation du monde des bactéries, leur importance dans notre environnement mais aussi dans notre organisme. (Qu’elles nous soient utiles ou qu’elles nous rendent malade.)

3- « Les promesses de la recherche » : l’auteur présente les dernières avancées, les dernières expériences sur les bactéries, les dernières idées sur les rôles des bactéries sur notre cerveau voire sur nos comportements.

4- « Et nous dans tout ça ? » : en conclusion, l’auteur se demande si les bactéries n’ont pas aussi une influence sur nos sociétés.

Pour tout vous dire, j’aime bien les pommes mais celle-là, elle me laisse sur ma faim, voire me reste un peu sur l’estomac. La collection elle-même n’est pas en cause (j’attends sous peu la livraison d’une « minipomme » pour les plus jeunes et je lirais bien un autre thème de ces « pommes du savoir » grandes ou petites) mon appétit n’a pas été atteint… Alors d’où vient cette indigestion ?

Quelles en ont été les symptômes ?

Premier symptôme : la forme ! Que du texte, aucun schéma, pas de photo. Moi qui suis plutôt visuel va falloir que je m’accroche. Bon c’est donc une sorte de « Que sais-je » de ma jeunesse, écrit plus gros. Mais c’est de ma faute ! Mon inconscient avait imaginé des illustrations (déformation professionnelle de prof de SVT !). Cependant l’éditeur et l’auteur on dû faire en sorte que cela soit facile à lire.

Deuxième symptôme : le fond. Pas si facile de suivre l’auteur dans la succession de ses idées parfois et au fur et à mesure de la lecture cela ressemble plutôt à un essai avec des aspects philosophiques. Il y a de nombreuses données scientifiques mais il faut être connaisseur pour bien tout appréhender ; certaines informations étant partielles et d’autres venant de données très controversées ou de théories : la mort serait un phénomène adaptatif pour la survie des gènes ; des bactéries vivantes après 135 millions d’années ; des bactéries ayant survécu 3 ans sur la lune (la Nasa s’oriente aujourd’hui vers une contamination lors de l’analyse au retour mais de nombreux sites internet prennent encore cette histoire pour sûr) ; les bactéries sont à l’origine de la vie sur la Terre (pas au début de la vie mais arrivées par les comètes ou les météorites) ; l’existence de nanobactéries ; les bactéries ne peuvent à elles seules causer des maladies : c’est à cause de nos mauvaises défenses, ou à cause des toxines donc c’est la faute des gènes des toxines (théorie du gène égoïste).

Troisième symptôme : la démarche d’explication. Les théories et les controverses sont normales en sciences mais là l’auteur s’en sert souvent de base pour son argumentation. De la même manière, de nombreux résultats d’expériences récentes sur les souris et leurs bactéries sont cités ainsi que des données sur la physiologie des bactéries : mais l’auteur s’en empare pour en faire des hypothèses vite présentées comme des conclusions ou en tout cas des possibilités quasi sûres.

En résumé je suis mitigé car ce livre n’est pas si simple (je m’y suis repris à deux fois pour être bien sûr de tout comprendre) mais il a aussi plusieurs avantages : il n’a pas pris beaucoup de mon temps… pour la partie lecture ; cela m’a obligé à vérifier des sources (intéressant, instructif et pas toujours facile) ; j’ai aussi appris pas mal de chose sur les bactéries, leur importance dans le fonctionnement du corps humain, les espoirs de la recherche actuelle (même si certaines précisions sont venues d’autres sources) ; et aux détours de quelques raccourcis trop rapides ou après plusieurs conclusions basées sur des arguments trop fragiles on comprend comment certaines idées peuvent apparaître en sciences. Heureusement par le hasard du calendrier un dossier spécial sur « les super-pouvoirs de votre ventre » vient de sortir dans le Sciences et Vie d’Avril 2016 (n° 1183) ; il n’est pas inintéressant de lire les deux pour comparer car là dans cette revue et en 18 pages cela est d’un bien meilleur niveau concernant le microbiote humain : précis, détaillé, argumenté ; vous en apprendrez beaucoup sur les connaissances et les recherches actuelles et dans quelles mesures les bactéries sont une chance pour l’humanité ! N’hésitez pas ! C’est là une vulgarisation scientifique de qualité. Bonne lecture ou… bonnes lectures !

Une chronique d’Hervé

Commentaires

commentaires

Leave a Reply