Immerger dans le professionnel…

… pour faire émerger une motivation !

professionalisation

Parmi les démarches d’enseignement récentes, la mise en situation professionnelle en est une que l’on nous invite de plus en plus à mettre en œuvre, même dans les classes d’enseignement général où la motivation des élèves peut parfois passer par ce type de pratique.

Ces dernières années, plusieurs exercices du bac S en SVT illustrent cette tendance comme par exemple le sujet 0 proposé lors de la mise en œuvre du programme actuel du bac S :

Un camarade s’est blessé lors d’une chute. Quelques jours plus tard, il a mal, sa plaie est gonflée, rouge, purulente, il consulte un médecin. Celui-ci après avoir bien nettoyé sa plaie, lui donne un médicament anti-inflammatoire. Votre camarade ne comprend pas la prescription du médecin : « pourquoi dois-je prendre un médicament puisque je ne suis pas malade ! » vous dit-il.

Expliquez à votre camarade les mécanismes immunitaires mis en jeu et l’intérêt, dans ce cas, de prendre un anti-inflammatoire.

 

Une façon de tester les connaissances d’un élève sur l’inflammation, en le plaçant dans une situation de réflexion identique à celle du médecin qui justifie sa prescription.

Les manuels ont aussi pris en compte cette donnée nouvelle en plaçant souvent en fin de chapitre des exemples de professions ou de professionnels en rapport avec leur cursus scolaire. Par ailleurs, l’aide personnalisée impose aussi la prise en compte de cette donnée.

Ce type de démarche peut être motivant puisque les élèves se sentent impliqués dans une façon de faire proche d’une future situation professionnelle… Mais la mise en œuvre de séquences d’apprentissage lors des séances de TP nécessite de leur fournir des méthodes et outils nouveaux, qu’il faut préparer et concevoir d’une façon plus complexe que lors de séances de TP ou cours plus classiques…

La première difficulté est de réfléchir à une situation de départ qui soit motivante et en lien avec un domaine professionnel. Quelques-unes que je mets en œuvre depuis plusieurs années m’ont montré que, pour qu’elles le soient, les situations de départ doivent les mettre en situation d’expliquer, de produire quelque chose… les responsabiliser et les laisser autonomes, en quelque sorte.

Ainsi, j’ai remplacé la situation de départ, très classique, suivante, que je proposais il y a quelques années :

« Décrire la biodiversité, son évolution au cours du temps et l’impact de l’Homme en réalisant une affiche destinée à l’information du public. »

Par celle-ci :

« Vous êtes technicien dans un organisme chargé de la gestion et de la protection de la nature dont les missions consistent à recenser, inventorier la diversité des espèces, mais aussi de sensibiliser le public à la protection de la nature.

Vous êtes chargé de réaliser la mission suivante :

  • Étudier l’impact de l’Homme sur la biodiversité  de la région proche du lycée.
  • Élaborer une affiche montrant cet impact, à destination du grand public. »                                                

 

La seconde  difficulté pour préparer ce type de séance est donc l’élaboration des outils qu’il faut leur mettre à disposition :

  • Suffisamment généraux pour qu’ils mettent en œuvre leur propre autonomie et soient capables seuls d’extraire les informations utiles en les rendant lisibles sur une affiche.
  • Prévoir quand même des fiches méthodologiques (construire une affiche par exemple).
  • Aider, au cas par cas, les groupes moins autonomes afin qu’ils ne baissent pas les bras face à ce type d’activité qui peut parfois leur sembler ardue au départ.

 

Ainsi, j’ai remplacé les documents ciblés, des diaporama recensant des données comparant la biodiversité d’un paysage rural du 19° siècle avec la même région aujourd’hui, par des liens vers des sites internet relatifs à la biodiversité.

Ex. : http://www.observatoire-biodiversite-npdc.fr/. Il s’agit de l’observatoire de la biodiversité du Nord Pas-de-Calais (Hauts de France depuis quelque temps !). (Mais il en existe pour toutes les régions françaises).

Extraire les informations utiles, les trier, les hiérarchiser pour en tirer une affiche qui soit suffisamment aérée pour être lisible… Beaucoup de temps et il y a nécessité souvent de finaliser cela en-dehors de la séance de TP.

Le troisième temps est celui d’une évaluation du travail qui, dans ce cas précis, ne peut se faire qu’à l’oral, puisqu’il s’agit de se mettre dans la situation d’un professionnel qui sensibilise le public… (en situation scolaire, le reste de la classe)

Pour avoir mis en œuvre ce type de séance, l’impression que j’en tire est celle d’une réelle motivation de la plupart des groupes… hormis, peut-être, ceux qui envisagent un métier complètement différent, quoique l’accroche sur le professionnel soit très vite oubliée de la plupart des élèves… ils reviennent très vite à des activités scolaires même si elles les mettent en autonomie.

 

Une chronique de Éric Legrand

Commentaires

commentaires

No Responses

  1. Pingback: LYCEE - murielle1508 | Pearltrees 22 juin 2016

Leave a Reply