Ces détails qui nous font adorer…

… ou détester la rentrée

Voilà, c’est reparti pour 36 semaines pile-poil ! Les signes annonciateurs dépassés, il faut se remettre dans le bain. Une rentrée, ce sont de GRANDES questions…une réforme à mettre en œuvre par exemple. Ce sont aussi de GROS soucis : entre autres un imbroglio administratif d’emplois du temps pour cause de grande réforme. Mais une rentrée, c’est surtout une multitude de détails, de petits riens fugitifs qui ne nous laissent pas indifférents.

Adorer ou détester la rentrée

Alors… « like or dislike » ? Choisissez votre camp !

Nous les profs, on « like » :

  •  Parcourir les rayons des librairies-papeteries afin de trouver la perle rare de stylo bic qui manque à notre collection.
  • Revoir les anciens collègues détendus et bronzés. Découvrir les « nouveaux » perdus et stressés.
  • Se retrouver dans un collège sans élèves, dans une salle sans élèves le jour de la pré-rentrée, sentiment de nostalgie oblige : le parking désert, les tables propres, le sol immaculé, l’armoire bien rangée depuis le mois de juin…
  • Constater que cette année notre fiche de vœux a été prise en considération. Avoir un « merveilleeeeeux » emploi du temps.
  • Apprendre que cette année le principal a opté pour le logiciel tout-en-un de gestion qu’on réclamait depuis des années.
  • Recopier les listes de classe dans un bel agenda tout neuf, alors que les cases « évaluations » sont vides, ce qui signifie que l’on a pas (encore) de copies à se mettre sous la dent.
  • La première heure de cours. Scruter les élèves, repérer les nouvelles têtes, reconnaître les anciennes, et constater les centimètres pris pendant les vacances.
  • Entendre la sonnerie « pour la première fois » et se dire que « ça y est, cette fois, c’est bien la rentrée ! »

Ça c’était pour le verre à moitié plein.

Nous les profs, on déteste :

  • Parcourir les rayons des supermarchés parce que notre petit dernier rentre lui aussi à l’école et que sa liste de fourniture est très exhaustive !
  • Retrouver les anciens collègues détendus et bronzés alors qu’on est pâlot et cerné. Reprendre le rythme, ce n’est pas inné !
  • Se retrouver dans un collège désert en se disant que les élèves, eux, sont encore en vacances.
  • Avoir un emploi du temps provisoire. Sous-entendu : vous allez en changer tous les deux jours les deux ou trois premières semaines. Variante : voir son emploi du temps devenir de moins en moins sympa
  • Faire l’appel à la main (non… faire l’appel tout court). De tout façon le logiciel n’est jamais prêt le jour de la rentrée, ni la première semaine, ni la deuxième…
  • Re-recopier les listes d’élèves dans notre magnifique agenda, tout plein de ratures, à chaque changement de classe / arrivée d’un élève.
  • La première heure de cours : faut se la jouer « sévère » et parler encore et encore pour expliquer le déroulement de l’année (à multiplier par le nombre de classes).
  • Entendre la sonnerie, encore et encore, toujours la même, surtout quand on ne l’aime pas !

Voilà pour le verre à moitié vide.

Ce qui est bien avec la rentrée, c’est que ça revient chaque année !

Une chronique de Marine Vendrisse

Commentaires

commentaires

One Response

  1. Michel BACKELJAU 14 septembre 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *