Prof/prof : l'alliance idéale ?

Elle est prof, lui aussi !

Super ! Mais…

MAIS…

Elle est prof au lycée, il est prof… des écoles. Les relations endogames entre enseignants, dont parlait Frédéric dans sa dernière chronique, sont-elles la panacée ?

alliance-entre-profs

L’union idéale de ces 2 amoureux du savoir ?

Que nenni ! Pensez donc :

  • Ils ont 2 mois de vacances ensemble, puis 2 semaines tous les 2 mois : le bonheur absolu. Sauf que, dans la réalité, la famille veille au grain. « Comme vous êtes toujours en vacances, c’est vous qui allez venir, vous avez le temps. » Alors, obéissants, vous engrangez 2 000 km à chaque période de vacances pour voir tout le monde. Et pour vos vacances, vous partez où ? De toute façon, vu vos salaires à tous les deux (pas un pour rattraper l’autre !), vous n’allez pas partir sous les tropiques ou aux States comme vos collègues qui ont choisi l’alliance sacrée : elle, professeur, lui, profession libérale gagnant bien sa vie. Vous savez ? Le couple dans lequel madame travaille à mi-temps pour son argent de poche !

vacances

  • Ils ont 2 mois de vacances ensemble, 2 semaines tous les 2 mois. Oui, mais les enfants aussi… Alors, on ne va quand même pas les mettre en colo : si on en a trois, c’est un salaire qui part dans 15 jours de colo, pas vraiment de super prix pour l’Éducation nationale ! Pas besoin, les parents sont aussi en congé… Allez les enfants, on va faire le Val de Loire à vélo, on va faire EPS, orientation, histoire, géographie… Heureux ? Et on n’oublie pas le paquet de copies dans les valises! Ce sont vraiment toujours des vacances, ça ?

 

  • Elle a ses réunions parents-profs, ses conseils de classe, le conseil d’administration le soir : « Tu t’occupes des enfants ce soir, je rentre vers 21 h (ou plus selon le temps de trajet !) ». Ah non, il ne peut pas, il a aussi une réunion parents.

 

  • Les enfants : « On sort dimanche ? » Papa, maman, en chœur : « Ah non ! J’ai pas fini (cocher la bonne case) O mes cours, O mes corrections, O de préparer mes fiches d’objectifs, O de préparer mes évaluations, O de buller. Je n’en peux plus, je suis crevé(e). Je ne veux rien faire. »

 

  • Les magnifiques soirées de ce couple, côte à côte à leur bureau, trimant, stylo rouge à la main, souris et doigts au clavier. À 23 h, se regardant langoureusement : « On va se coucher ? Je tombe de sommeil… » Tant pis pour la version sexy, on repassera plus tard.

 

  • Les disputes justement, pour l’utilisation de l’ordi commun. « Je dois faire mes cours. » « Et moi mes fiches de prep. » « Et moi mon cahier de texte. » « Et moi je dois regarder si mon inspecteur ne m’a pas envoyé un mail important à 22 h 45 ! » « Et moi… et moi… »

profparentCar, croyez-le ou pas, ce n’est pas parce qu’on a épousé un autre prof que la compréhension est toujours là ! On a droit aussi à « Tu as 2 mois de vacances, moi, avec le bac, je finis 10 jours après toi ! » ou « Avec tes 18 h, tu pourrais faire autre chose que travailler à la maison. », « Oui mais toi, avec tes 26 h, tu as tes réunions comprises, moi non ! », « Et j’ai 120 élèves, c’est autre chose de faire 120 bulletins, ça me fait plus de parents à rencontrer qu’avec tes 25 gamins ! », « Mais vous les parents, vous les croisez pas à la sortie des classes »… Vous reconnaîtrez chacun, chacune… Bref, même avec son conjoint, on en prend plein la tête parfois.

On pourrait en dire beaucoup, comme parler des choses positives, comme de ces pauvres enfants de profs que beaucoup plaignent, mais dont les statistiques montrent qu’ils ne sont souvent pas à plaindre

Alors, l’alliance idéale ? Qui l’a trouvée ?

Une chronique de Rachelle

Commentaires

commentaires

2 Comments

  1. Aude 19 octobre 2016
    • Rachelle 19 octobre 2016

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *