Comment mieux connaître son cerveau pour mieux apprendre ?

Qu’est-ce que la neuroéducation ?

Quelle chance de travailler à l’étranger et de pouvoir profiter de certains intervenants français de grand talent !

C’était le cas aujourd’hui, dans le cadre d’une journée pédagogique pour notre établissement français. Nous avons eu le privilège de recevoir Éric Gaspar pour une « formation/conférence ».

neuroéducation

Le thème : « la neuroéducation », évidente contraction de neurosciences et éducation.

« Un pilote de F1 doit connaître le fonctionnement du moteur de sa voiture, un élève doit connaître le fonctionnement de son cerveau », voilà sa phrase d’introduction !

Je suis enseignante/remplaçante dans un établissement à l’étranger et les problèmes de concentration, mémorisation, baisse de l’attention, nous les avons aussi ici en classe !

M. Gaspar est à l’origine du projet de neuroéducation « Neurosup », qui vise à vulgariser auprès des enseignants (mais aussi des élèves et de leurs parents) les connaissances essentielles concernant le fonctionnement de base du cerveau.

Les objectifs de ce programme sont de les aider à comprendre pourquoi certaines activités fonctionnent plus ou moins bien en classe et de proposer des stratégies faisant appel aux réflexes naturels du cerveau pour apprendre plus facilement. Neurosup fournit une boîte à outils dans laquelle chacun peut piocher, et s’appuie non seulement sur les dernières avancées des neurosciences, mais encore sur ce qui se passe au quotidien dans les classes.

Il nous a tenu une conférence de 4 heures environ, vivante, dynamique, rythmée par des courtes vidéos autant scientifiques que documentaires comme une séquence de C’est pas sorcier ou un extrait du film Vice Versa.

Quelques applications scolaires

Voici quelques pistes que j’ai retenues, la liste est non-exhaustive.

Tout d’abord les stratégies suivantes, pour les élèves :

  • réaliser des fiches de révision, format horizontal, recto uniquement ;
  • des sketchnotes, ou comment résumer en dessin les éléments-clés d’un cours à connaître ;
  • des cartes mentales que les élèves doivent apprendre à faire eux-mêmes, pour mieux mémoriser les notions vues ;
  • des fiches de storytelling allant à l’essentiel en éliminant les détails.

Les recherches prouvent que le cerveau peut restituer une information grâce à un seul indice récupérateur, et s’il est personnel, c’est encore mieux !

Pour les enseignants, j’ai noté comme outils pour aider l’élève à mieux mémoriser :

  • bien les prévenir au début de la séance de son déroulement, de ses objectifs et activités (par exemple, un exercice en fin de séance à faire) ;
  • proposer un résumé de la séance ;
  • séquencer la tâche ;
  • faire des regroupements (paquets, acronymes, visuels…).

Il y a aussi des idées pour aider les élèves à rester plus et/ou mieux attentifs :

  • faire développer des automatismes;
  • relâcher la pression toutes les 15 minutes ;
  • afficher des visuels pour montrer le degré d’attention attendu des élèves (par exemple, rouge = attention 10/10, concentration et attention maximales pour des notions du cours HYPER importantes ; vert = attention 4/10, écoute, participation mais relâche possible) ;
  • faire des tests flashs en fin de séance pour vérifier l’acquisition des notions.

 

Comme M. Gaspar l’a souligné, beaucoup de ces « trucs » sont déjà connus et utilisés en classe par de nombreux enseignants de manière intuitive, mais maintenant, la science prouve leur efficacité : cela vaut donc le coup de persévérer ou de commencer tout de suite !

Pour en savoir plus…

Son site internet, www.neurosup.fr, fourmille d’informations sur la naissance de son projet, ses remarques, ses expériences, ses nombreux articles et interviews télévisées. Le magazine Cerveau et Psycho de septembre consacre 6 pages à son projet.

Et puis il y a son livre, que je n’ai pas encore lu – mais je ne saurai tarder – Explose ton score au collège. J’ai pu le feuilleter lors de sa conférence ce matin, il m’a beaucoup plu visuellement, est très attractif, coloré, aéré, simple et devrait plaire à nos élèves.

Le mieux, c’est d’aller voir le site et de lire les nombreuses critiques qui y sont données. Vous pourrez également télécharger son module de formation de 6h. Tout est gratuit, c’est incroyable !

Il fait tout cela sur son temps personnel et rattrape tous ses cours quand il est en déplacement !

Chapeau bas M. Gaspar !

 

Une chronique d’Anne-Laure B

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *