Vers le « tout psycho » en primaire ?

Gérer le conatif

Bonjour à tous,

Aujourd’hui dans cette chronique je vais m’intéresser à un sujet qui nous hante tous un peu plus au fil de nos carrières. L’école va t-elle vers le « tout psycho » ?

psycho-primaire

 

En effet, nous passons de plus en plus de temps à gérer le conatif de nos élèves, à les accompagner psychologiquement, à aider leurs familles en détresse ou perdues, sans pour autant être formés à le faire. Nous avons été formés à enseigner, et même à éduquer, mais en aucun cas à accompagner psychologiquement des personnes.

vector business teamwork meeting and brainstormDepuis 11 ans que j’enseigne, je constate que je passe de plus en plus de temps chaque année à fixer et organiser des rendez-vous avec les parents, les psychologues et médecins scolaires. Les profils conatifs de mes élèves sont de plus en plus inquiétants, entre :

  • les enfants angoissés aux familles déstructurées (monoparentale, ou divorce qui se passe mal) ;
  • les enfants victimes de phobie scolaire, tétanisés rien qu’à l’idée de venir ;
  • les enfants « surcouvés », que leurs parents ne laissent pas grandir, et auxquels il faut ouvrir les yeux et faire lâcher prise ;enfant_garcon_roi
  • les enfants victimes de coups à la maison, ou victimes de harcèlement par des camarades ;
  • les enfants rois, qui font un chantage affectif aux parents et qui sont la source de leur propre malheur (je vous invite à lire une de mes précédentes chroniques sur le sujet).

 

De plus en plus d’enfants arrivent « chargés » conativement à l’école, et n’ont plus les capacités cognitives pour se consacrer aux apprentissages.

resizepicture-php

Nous ne sommes pas formés à ça, et le plus souvent démunis (à part quelques heures de psychologie de l’enfant en formation intiale, ou des formations glanées ici et là).

Nous apprenons sur le tas et nous faisons certainement des erreurs. Nous essayons d’être dans la bienveillance, mais nous devons aussi parfois apporter un « cadre » à des enfants qui n’en disposent plus à la maison.

16763936_mlLe problème demeure qu’à 28-30 élèves (cette année, pour la première fois depuis 11 ans, j’en ai moins de 25 !!!!), nous faisons du saupoudrage ; on ne peut pas individualiser ce suivi des élèves pleinement, quand 16 ou 17 de nos 28 élèves ont des soucis. Nous laissons donc des enfants en souffrance dans nos classes, des enfants sur le carreau.

Imaginez la différence entre un enfant d’un couple épanoui, sans histoires, avec un frère ou une sœur, dont le climat familial est serein et porteur, et un autre élève dont la famille se déchire, qui angoisse, perdu entre ses frères et sœurs ou demi-frères et demi-sœurs, auquel on ne propose aucune sortie, échappatoire ni divertissement.

Certains enfants culpabilisent, portent le poids des décisions ou conflits de leurs parents, et leur seule stabilité est parfois l’école.

Dans mon école, nous avons même certains parents « adulescents » complètement dépassés, qui n’ont pas su poser leur autorité, démissionnaires et qui ne répondent plus ni des actes ni des mots de leurs enfants.

Alors, que faire ?

question

  • Primo, dans la mesure du possible, laisser cette tâche à ceux qui en ont la compétence (psychologue scolaire, médecin scolaire). Dans notre circonscription, tout le monde est débordé, et j’enrage quand on me parle parfois de « choix faits », de priorité à donner à tel ou tel cas, mais il faut faire avec.
  • Trouver des aides extérieures et les proposer aux parents (ou du moins leur demander de faire un suivi extérieur).
  • Ne pas se mettre dans la peau du « sauveur », mais travailler en équipe. Plusieurs cerveaux qui moulinent offriront toujours une pluralité de solutions.
  • Se documenter et discuter avec des psychologues (notamment lors de gestion de cas de phobie scolaire ou d’angoisse sévère).
  • Agir de concert avec votre directeur ou chef d’établissement, et parfois réaliser des informations signalantes et plus en avant des signalements, pour toute situation qui mettrait en danger l’enfant.

Voici quelques ressources qui pourraient vous être utiles :

 

 

Voilà, en espérant vous avoir un peu aidé.

Courage à tous !

Une chronique de Monsieur Mathieu

Logo Blog de monsieur Mathieu

Mon blog – Ma page Facebook

 

 

Commentaires

commentaires

3 Comments

  1. Remédiation Ced apprendre 8 décembre 2016
  2. Monsieur Mathieu NDL 8 décembre 2016
  3. BELLO 8 décembre 2016

Leave a Reply