Perdez du temps : lisez !

Que faire de ces livres ?

Constat 1 : tous les ans, en tant que professeur de français, je reçois des romans et des pièces de théâtre par dizaines, que les éditeurs m’envoient dans le but de m’inciter à les étudier avec mes élèves.

Constat 2 : Ces mêmes livres, reçus à titre gracieux, prennent gentiment la poussière et envahissent petit à petit mon espace vital.

Constat 3 : La plupart de mes élèves ont peu de livres chez eux.

Constat 4 : Le petit coin, là, près de la porte d’entrée dans ma salle, est vide et tristounet.

lisez

Un coin lecture dans la classe

Forte de ces observations hautement scientifiques, j’ai donc résolu, mesdames et messieurs, de… tadaaam… installer une bibliothèque de classe ! J’ai d’abord été faire un tour sur Google, histoire de voir ce que les autres avaient fait avant moi :



 

J’ai donc d’abord bavé d’envie sur les coins lecture trop choupi de nos amis profs américains, puis de mes collègues français, avant de brutalement retourner à la réalité.

  1. Je suis prof de collège : j’ai des ados, pas des petites sections. Les mini canapés, mes élèves de 4e6 ne rentrent pas dedans !
  2. Je suis prof de collège : j’ai la chance d’avoir « ma » salle, mais elle est loin d’être gigantesque : adieu le coin lecture clairement identifiable et matérialisé par des sièges confortables.
  3. Je suis prof de collège : je n’ai pas qu’une seule classe d’élèves ; j’en ai plusieurs, et je ne les vois que 4 à 5 h par semaine. Ce n’est déjà pas suffisant pour faire tout ce que j’ai à faire, alors quand est-ce que mes élèves auront réellement le temps de profiter d’un coin lecture ?

Bon. Bon. Réfléchissons.

Déjà, visuellement, je trouve qu’une salle de français où il n’y a aucun livre (je veux dire des romans, des contes, des BD, des recueils de poésie… pas des manuels !), eh bien, disons-le franchement : c’est louche. Si je veux encourager mes élèves à lire, le fait qu’ils voient des livres dans leur environnement quotidien, c’est déjà un début. Hop, un petit tour au dépôt Emmaüs du coin, et hop, une petite bibliothèque a rejoint ma salle de classe.

Le système de prêt

Ensuite, il me fallait un système de prêt simple. Certes, j’ai acheté un petit meuble, j’ai dépoussiéré mes livres, je les ai rangés (un étage pour les 6e, un pour les 5e, un pour les 4e… c’est purement indicatif, je leur ai dit). Mais ces livres ne sont pas là pour la déco, ils sont là pour être lus ! Et donc être empruntés ! Après avoir (trop) longuement réfléchi, j’ai fait au plus simple : j’ai acheté un classeur avec 4 intercalaires, un pour chacune de mes classes. Puis j’ai imprimé un tableau avec la liste de mes élèves. Quand ils veulent sortir un livre hors de la classe, ils me le disent, et hop, je le note dans le classeur. S’ils souhaitent juste lire un peu pendant un cours (car ils ont fini un peu plus tôt un exercice, par exemple), on n’utilise pas le classeur.

Enfin, même si j’ai renoncé aux canapés et aux jolis tapis, je voulais quand même que ce (mini) espace soit attrayant. Pour cela, j’ai demandé à mes 6e de faire des affiches pour notre « coin bibliothèque ». Et voilà ! On a inauguré notre modeste bibliothèque à la rentrée après les vacances de Noël. Je vous montre ?!

Bon, le challenge maintenant, c’est que mes élèves se l’approprient et l’utilisent. Je vous fais un compte rendu dans deux mois ? En attendant, si vous avez des conseils, des suggestions, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

 

Une chronique de Cécile Thivolle

Commentaires

commentaires

4 Comments

  1. Stéphanie Poulmarc'h 26 janvier 2017
    • cécile 26 janvier 2017
  2. S 26 janvier 2017
    • cécile 26 janvier 2017

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *