Les mamans ne sont pas toutes copines

Consternation

On accueille les mamans concernées dans le bureau du directeur consterné, et je me demande un peu de quoi elles peuvent bien se sentir concernées. Elles sont trois : les deux catcheuses et celle qui s’est interposée, et qui proclame d’emblée qu’elle n’a rien à voir dans l’affaire, parce qu’elle a essayé de s’interposer, et je l’en remercie d’ailleurs ; je lui explique qu’on l’a convoquée aussi pour ça, pour la remercier de s’être interposée.

mamans-dispute

Mais elle est presque plus énervée que les deux autres : les gens n’aiment pas beaucoup témoigner. Alors le directeur essaie de démêler ce sac de nœuds. Prudemment : « Il semblerait qu’un différend vous ait opposées à la fin de l’étude. » Puis, prosaïquement : « Vous vous êtes insultées devant le portail. »

La maman numéro 1 est bouillante, pourtant c’est de bon matin et il fait plutôt frais, mais elle attaque d’entrée de jeu : « Je ne t’ai pas manqué de respect, je t’ai juste dit « Dégage » ! »

Je voudrais lui faire comprendre qu’on n’a pas la même notion du respect. J’ai envie de les dégager et de dégager avec, je m’interroge sur mon devoir de transmission, mais mon directeur est dans un rôle d’apaisement. Il tente une réconciliation mais déjà l’autre s’emballe :

« Ton fils… avec le mien… c’est pas possible… je ne veux pas que… »

Je leur rappelle que les deux enfants s’entendent plutôt pas mal, on peut appeler ça des copains, mais on ne peut manifestement pas en dire autant des deux mamans.

Kharba or not kharba

« Tu m’as traitée de kharba.

– Non je ne t’ai jamais traitée de kharba.

– Si, je t’ai entendue.

– Non, je ne t’ai pas insultée. »

Mon directeur voudrait les voir s’entendre au moins sur un point : qu’elles se sont insultées réciproquement, mais l’une jure sur la tête de sa mère quand l’autre jure tout court. L’heure tourne, je voudrais retrouver leurs deux enfants et continuer de leur apprendre à lire mais me voilà pris au piège :

« Le Maître, est-ce que j’ai déjà manqué de respect à vous ? »

Je reconnais volontiers qu’elle ne m’a jamais manqué de respect, mais enfin une bonne dizaine de respectueux parents nous ont rapporté la scène, je le leur explique, et voilà que les deux mamans s’entendent enfin, pour les convoquer là, tous, séance tenante, et que tous les parents d’élèves règlent enfin leurs comptes.

Et puis, je n’aime pas beaucoup qu’on m’appelle « Le Maître ».

Je ne maîtrise plus les deux mamans, mon directeur non plus, c’est raté. Nous les faisons sortir du bureau séparément.

Kharba ou pas kharba, les deux enfants joueront dans la cour sans s’insulter. J’aurais aimé que leurs mamans les voient.

Une chronique de Papa Lion

Commentaires

commentaires

Tags:

One Response

  1. Enfant Surdoué 30 janvier 2017

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *