Vive les vacances !

Fatiguée

Parfois je suis fatiguée.

 

fatiguée

Fatiguée de constater que la moitié de la classe n’a pas fait un exercice qui leur aurait pris 10 minutes maximum de travail.

Fatiguée de constater que les mots que j’écris dans le carnet ne sont toujours pas visés et signés 2 mois après.

Fatiguée de perdre une heure de boulot parce que l’onduleur de la salle des profs ne fonctionne pas après X rappels. Et on n’est même pas encore en saison de délestages…

Fatiguée d’avoir à répondre à la même question 14 fois de suite en classe.

Fatiguée de me retrouver avec la moitié de mon groupe de théâtre parce qu’un surveillant a pris l’initiative de leur dire que je participais à une formation, alors que pas du tout.

Fatiguée que le même surveillant m’interrompe en pleine évaluation orale de mon élève le plus timide et le plus bafouillant et qu’il faille recommencer pour la 4e fois. Tout ça pour distribuer aux élèves une note d’information même pas urgente. Et repartir sans s’excuser.

Fatiguée d’avoir à rappeler à ma collègue oralement après 2 mails sans réponse qu’il faut qu’on se voit très vite pour organiser correctement notre EPI. Et qu’elle me dise qu’elle n’a pas le temps.

Fatiguée d’avoir à me préoccuper de la vaisselle des tasses sales en salle des profs parce que je suis déléguée du personnel. Rien à voir. Ben si, on dirait.

Fatiguée des tensions avec la direction. Des 25 réunions, 32 comptes rendus et 72 échanges de mails que je gère bénévolement comme déléguée du personnel.

Fatiguée à l’avance de me retrouver devant cette classe amorphe, apathique et molle (les 3, oui). De redoubler d’énergie pour mener à bien un cours qui ne leur remue pas même le petit orteil.

Fatiguée de canaliser l’énergie de cette autre classe débordante d’enthousiasme qui ne me laisse plus en placer une juste parce qu’ils ont appris à dire  « céleri » en espagnol.

Fatiguée de n’être jamais contente.

Fatiguée d’être sévère.

Fatiguée de monter le ton par impatience.

Fatiguée de laisser faire par fatalisme.

Fatiguée.

Et puis…

Et puis cet élève m’annonce que bientôt, c’est les vacances. Très bientôt.

Ouf.

Oui des fois je suis fatiguée. J’aime ce que je fais, mais les petites choses mises bout à bout qui font que j’aime ce que je fais, parfois, ne sont plus suffisantes. Les batteries sont à plat.

Et c’est aussi à ça que servent les vacances.

Avant, je travaillais dans un bureau et j’avais 5 semaines de congés payés par an. Autant dire qu’en devenant prof j’avais l’impression d’avoir gagné au Loto des vacances.

Il ne m’a fallu qu’une année scolaire pour comprendre qu’il est plus que légitime d’avoir des vacances toutes les 8 semaines.

Allez ! Je reviens dans 15 jours. Et j’écris une chronique sur le thème « J’ai la patate ! »

Bonnes vacances !

Une chronique de Fanny

Commentaires

commentaires

One Response

  1. Melanie 17 février 2017

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *