HVC… XYZ

Quand les élèves critiquent vos collègues…

Je suis Professeure Parfaite Principale. De quatrième, exclusivement (spécialité extrêmement enviée).

En Heure de Vie de Classe, les élèves aiment bien critiquer les profs. Les autres. Pas moi. Ben non. Je suis parfaite là. En général, ils tombent sur le râble des nouveaux profs, ou des remplaçants, ceux qui n’ont pas encore pris leurs marques chez nous. Je leur dis que c’est trop facile, qu’ils n’ont pas la patience. Et qu’ils n’aiment pas le changement. Je les traite de petits vieux réacs.

hvc

Ce n’est pas facile d’entendre parler en « mal » de ses collègues. C’est vrai que les élèves exagèrent souvent. Mais il y a des fois où ils ne peuvent pas inventer ce qu’ils racontent. Et puis quand vous passez devant une salle et que vous entendez un bazar pas possible et que c’est justement M. Touneuf, le nouveau prof de maths poterie, que vos élèves ont pourri en HVC en vous expliquant que de toute façon il ne demandait jamais le silence ni les carnets de correspondance pour sanctionner les élèves… (Oui ces moments incroyables où les élèves vous expliquent qu’ils voudraient plus de discipline et d’autorité de la part d’un prof !)

… comment en parler aux collègues concernés ?

C’est à ce moment que se pose la question : comment aller vers ce collègue ? Comment rapporter à un collègue les remarques et les questions que les élèves n’ont pas osé poser directement à leur prof et qu’ils attendent qu’en tant que PP vous les aidiez à résoudre ?

J’aimerais connaître vos techniques.

De mon coté j’en ai plusieurs, selon le degré de proximité que me lie au collègue en question.

1- On est potes. Bon là, on peut y aller carrément : « Tu sais quoi, les 4e K m’ont parlé de ton cours en HVC, paraît que tu leur en mets plein la gueule/que tu leur as toujours pas rendu leur devoir d’il y a trois mois et demi/… ». Pas sûr qu’il le prenne bien (moi j’ai des collègues susceptibles et perso, je le suis pas du tout mal), mais en tout cas on peut parler : on se connaît. Ça veut pas dire que j’aime ce moment. On peut essayer sous forme de blagounette : « Tu sais pas la dernière des 4e J ? » ou en étant un peu faux-cul : « Ils exagèrent un peu les 4e T, ils m’ont dit que… » et faire délicatement passer la pilule.

2- Le prof qui vient d’arriver. Assumer parfois un brin de paternalisme : « Tu sais, les 4e W te cherchent un peu, ils te testent, faut pas hésiter à leur mettre une raclée une heure de colle. »

3- Le prof qui ne t’adresse jamais la parole. « Bonjour Lucien, tu vas bien ? Non moi c’est Monique, la prof de swahili, pas Annick, mais c’est pas grave. Dis donc tu sais que je suis la PP des 4e Z ? Non parce qu’on discutait un peu en vie de classe de leur cours de Mécanique Quantique, ils adorent hein ! Mais bon, tu vois, ils me disaient aussi que… ».

Quoi qu’il arrive ce n’est jamais un moment agréable. D’un autre coté mon intégrité exemplaire m’empêche de balancer le sujet aux oubliettes, sinon à quoi bon les HVC ?

J’essaie aussi de me rappeler qu’à mes débuts des remarques de mes collègues m’ont fait avancer. Bien sûr ce n’était pas toujours sympa à digérer parce qu’on se rend compte que ces élèves qui nous réclament bienveillance et magnanimité n’en font pas beaucoup preuve à notre égard.

C’est aussi ce que j’essaie de faire valoir en HVC lorsque leurs remarques me semblent cruelles ou trop intransigeantes. Leur rappeler que, comme eux, nous sommes des êtres humains avec nos failles et nos défauts. Même si, comme eux, il nous faut nous efforcer de donner le meilleur de nous-mêmes chaque jour.

Et vous, comment gérez-vous ces questions ?

Une chronique de Fanny

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *