École numérique ?

Chouette, des tablettes !

C’est fait ! La ville vient de doter notre école… de tablettes. Chouette ! Mes collègues et moi faisons donc partie de ces veinards-là.
Au cours d’une petite formation, j’ai découvert tous les bienfaits (ou pas ?) de l’usage de ces tablettes.

ecriture-tablette

Big teacher is watching you

Imaginez-vous à votre bureau… depuis votre ordinateur vous pouvez surveiller les écrans des tablettes de vos élèves. Eux bien sûr ne le savent pas… Ça commence à s’agiter, alors regardons l’écran de Robert, là au deuxième rang…

Des intérêts multiples

Bref, outre cette dérive un peu à la Aldous Huxley, le principe est simple et top. Très facile de mettre les élèves en exercices d’application sur un document texte ou sur une source web et même, en évaluation. Par rapport à l’écrit traditionnel, on peut varier facilement les supports de travail, différencier sans que les élèves ne s’en rendent compte, évitant ainsi ce type de réflexion :
« Maîtresse, pourquoi Rémy il a toujours moins d’exercices à faire que nous ? C’est pas juste… En plus, ils sont plus simples…»  Le pauvre Rémy ne pâlit pas de joie mais bien de honte.

Et si on peut passer moins de temps à la photocopieuse, bonheur ! pour le temps et pour les arbres !

Au final on regrette peut-être de n’avoir que 8 tablettes pour toute l’école. En classe, cela oblige à travailler par groupe, ce qui est plutôt positif, et à faire tourner les ateliers.
Dans ma classe spécialisée, 8 tablettes c’est plus qu’il n’en faut ! Les intérêts sont là encore multiples.
D’abord, en graphisme : le geste graphique est vraiment difficile à affiner pour certains élèves. Tenir un outil scripteur complexifie la tâche. Sur les tablettes, les élèves peuvent s’entraîner au graphisme (pont, zig zag, arrondis, tracé de lettres…) avec leur doigt. Ça permet de bien acquérir le mouvement à effectuer, avant de le reproduire sur feuille. Un peu comme lorsqu’en maternelle on s’entraîne à tracer dans de la semoule.
En lecture, on peut grossir le texte à loisir pour simplifier le déchiffrage et ça, c’est juste grandiose. Tant de petites fonctionnalités très utiles pour les apprenants ! En écriture on s’entraîne à écrire des mots facilement, le statut de l’erreur change, plus besoin de gommer, il ne reste aucune trace de ses essais. Bref, se tromper ce n’est pas si grave ! Important pour certains élèves.
Vous l’aurez compris, j’expérimente la tablette en classe et pour ces débuts je suis très motivée !
À voir si l’enthousiasme perdure à l’usage… je vous en reparlerai peut-être un autre jour !

 

Une chronique de Sophie Dupré

Commentaires

commentaires

2 Comments

  1. FORTUNE-THIBAULT 24 mars 2017
  2. Crémieu-Alcan 23 mars 2017

Leave a Reply