D’amour et d’eau thermale ?

En partenariat avec Le Livre de Poche

Dans Mont-Oriol, son troisième roman, Maupassant retrouve le goût de la description ironique et de la peinture de caractères déjà présents dans Une vie et Bel-Ami. Paru en 1887, éclipsé par Pierre et Jean, ce récit ancré dans les paysages d’Auvergne explore l’univers des stations thermales avec réalisme.

Mais la peinture des lieux et des personnages est, comme souvent chez Maupassant, l’occasion de dévoiler les travers de la société. Ici, l’intrigue amoureuse entre Christiane Andermatt et Paul Brétigny nous plonge dans le milieu de la spéculation boursière, incarnée par William Andermatt, banquier sans scrupules. Le monde paysan est également attaqué à travers la figure du père Oriol, de même que la médecine du XIXe siècle, qui apparaît comme corrompue.couverture-mont-oriol

Agréable à lire, traitant de thèmes qui font écho à notre société contemporaine comme la place des femmes et le capitalisme, le roman séduira les élèves par son aspect satirique. Parmi les défenseurs de ce livre peu célèbre de Maupassant, Philippe Claudel affirme « Mont-Oriol est sans doute le moins connu des romans de Maupassant. Un tort à réparer absolument ! »

Cette œuvre pourra être étudiée au lycée, en classe de seconde, dans le cadre de l’objet d’étude « Le roman et la nouvelle au XIXe siècle : réalisme et naturalisme » ou en première autour du thème du personnage de roman. L’étude pourra s’appuyer sur la connaissance des élèves de nouvelles de Maupassant souvent découvertes au collège, et pourra être complétée par la lecture cursive de L’Argent de Zola. Une fiche pédagogique téléchargeable vous permettra d’élaborer une séquence riche sur cette œuvre qui sort des sentiers battus.

Pour découvrir le roman de Maupassant.

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *