Osez l’intergénérationnel !

Tout un programme

Bien que le contexte s’y prête, rassurez-vous, il ne s’agit pas d’un slogan pour mon improbable candidature aux législatives… D’ailleurs, comment pourrais-je parler politique dans une chronique ou à l’école d’une manière neutre, sans laisser entrapercevoir un fond de ma pensée personnelle, une once d’émotion ou même un seul grain de rebellion ? C’est un autre débat dans lequel je ne m’ose pas…

intergénérationnel

Non, « Osez l’intergénérationnel ! » c’est ce que je vous encourage à faire suite à une expérience auprès des personnes du 3e âge (pas du 3e type !!) appréhendée, tentée et finalement très appréciée par ma petite troupe d’élèves.

Mon programme élèvetoral vous tente ? Alors je développe.

L’idée

Au début de l’aventure, une idée commune avec une animatrice de maison de retraite : faire se rencontrer deux générations éloignées mais proches dans leur sensibilité.

L’un des privilèges de la vieillesse, c’est d’avoir, outre son âge, tous les âges. – Victor Hugo.

Pourquoi ? me direz-vous…

Pour sortir de l’école, voir du pays, quitter son bureau et puisqu’il incombe désormais à l’école (mais, me dis-je, que reste-t-il aux parents ?…) de « développer l’empathie » chez les enfants, voici d’après moi un bon et noble prétexte.

Un bon moyen aussi de travailler quelques compétences officielles « prendre soin de soi et des autres », « accepter des différences »… qui peuvent vous déculpabiliser finalement d’aller faire la fiesta avec les petits vieux de votre commune toute une après-midi. 😉

Le prétexte

Pour éviter de présenter la sortie, telle un cheveu tombé dans la soupe, le prétexte et la mise en scène qui en découle doivent être pensés en amont : il s’agit de donner envie aux élèves d’aller offrir de leur personne auprès d’une vieille génération qui leur fait parfois peur…

Pour ma part, le scénario était simple : Martine, l’animatrice, nous a écrit pour demander aux élèves s’ils seraient d’accord pour venir AIDER les personnes âgées à gérer leur jeu de LOTO.

La prise de conscience

À la lecture de « jeu de loto », les élèves se sont donc emballés, s’imaginant sans doute qu’ils allaient « s’éclater » à jouer et surtout gagner des lots au jeu de loto.

Remise des pendules à l’heure et révision du groupe sujet au passage :

  • qui « jouent au loto » ? les personnes âgées
  • qui « aident » ? les élèves

Parfait, il ne reste plus qu’à faire émerger dans leur conscience les difficultés que peuvent rencontrer les personnes âgées :

  • surdité
  • cécité ou mal voyance
  • tremblements
  • compréhension lente

Quand on est jeune, on est « mal dans sa peau », mais on n’a mal nulle part. Quand on est vieux, on est bien dans sa peau, mais on a mal partout. – Jean Dutourd.

 

Surmonter ses peurs

Et puis, les élèves ont répondu à Martine en production d’écrit pour dire s’ils étaient disponibles et prêts à aider les personnes âgées…

La quasi-totalité des enfants ont pris conscience de l’importance de leur présence au jeu du loto et accepté fiers et courageux la mission qui leur était alors confiée : « Martine, je suis disponible pour aider les personnes âgées… »

Seuls deux élèves ont décidé qu’ils n’étaient pas disponibles ni motivés pour jouer à ce jeu du loto qu’ils n’aiment pas… Un dialogue personnalisé a suffi à rassurer et casser cette appréhension qui semblait les retenir pour les convaincre enfin qu’ils risquaient de perdre beaucoup plus à ne pas venir qu’à participer.

 

Le jour J

Qui dit « invitation » dit remerciements et petit présent.

Chaque élève s’est donc appliqué à préparer un joli dessin à offrir à une personne âgée. Beaucoup de cœurs et de sourires dans ces dessins et des couleurs éclatantes qui annonçaient déjà beaucoup de joie dans cette rencontre.

À la maison de retraite, il faut attendre quelques bonnes minutes pour que les élèves commencent à se détendre. Les personnes âgées sont là devant nous, certaines déjà attablées ou assises dans leur fauteuil, boitillant dans les couloirs pour rejoindre leur place… Parfois le regard vide, la parole répétitive, le geste imprécis… Mais elles sont là ces personnes, ces grands-parents, parents, papys/mamies d’un jour, au passé fructueux et au sourire qui en dit long sur la joie qu’ils ont à recevoir un groupe d’enfants dans leur habitation commune.

Chaque enfant se voit « attribuer » une « madame » ou un « monsieur » qu’ils finiront parfois même par appeler par leur prénom. Parfois les rires s’installent à la 5e répétition de leur prénom déformé ou reformé à volonté. Des regards complices pour leur montrer que je suis là et les encourager à « aider » et à garder patience.

Au démarrage du jeu, les craintes sont tombées : chacun a trouvé sa place soit en répétant très fort le numéro soit en plaçant lui-même le jeton sur la bonne case. Pas simple de distinguer 73 et 76 par exemple !

Et c’est là que vous saisissez l’occasion de désigner Sarah à la pioche pour l’obliger à crier le numéro et forcer cette petite voix timide qui ne s’exprime pas souvent.

 

 

 

 

Et c’est là que vous profitez pour insister sur l’importance de la connaissance des nombres auprès de Julie et Nicolas qui mélangent encore leurs familles de nombres…

 

 

 

 

À la fin du loto, un goûter commun a clôturé le jeu. Le moment d’échanger des jus de fruits et des dessins juteux d’amour.

Certaines personnes âgées ont versé la larme ou serré à l’étouffade leur « ange gardien » du jour…

 

L’après jour J

Comme Martine nous a proposé de revenir pour une autre animation, il était nécessaire d’abord de faire le point sur le vécu des enfants : cela vous a-t-il plu ?

« J’ai bien aimé le loto surtout le début quand on est arrivé : j’étais contente d’être là. »

« J’ai trouvé que le loto était superbe. J’ai surtout aimé le goûter, piocher. »

« Pour mon après-midi loto, c’était la plus belle journée. »

« J’ai bien aimé jouer et poser les pions avec les personnes âgées. »

« Avec les personnes âgées, j’ai bien aimé le goûter et le loto. Et j’ai bien aimé le chien. »

« J’ai bien aimé le loto quand Lucien et la mémé et moi on a gagné. »

« J’ai bien aimé le loto avec les personnes âgées. J’ai bien aimé les aider. »

 

Une majorité de ravis donc tandis que d’autres dénonçaient avoir été un peu choqués ou amusés :

« J’aimais bien l’après-midi loto Martine à part le monsieur qui crachait la nourriture, mais oui j’ai bien aimé ! »

« Ça m’a fait rigoler parce que la grand-mère que j’ai aidée, à la fin, quand on a donné les dessins, elle a pris un mouchoir, elle l’a mis au milieu du dessin et ensuite elle a plié le dessin. »

 

Quant aux propositions pour une future activité, mes élèves débordent d’idées :

  • Jouer aux cartes : bataille…
  • Faire un concours de dessin
  • Faire des jeux de société
  • Jouer aux dames ou au Scrabble, à Puissance 4
  • Faire de la marche
  • Faire un puzzle

Mais aussi …

  • Jouer au baby-foot
  • Visiter une ferme
  • Faire un cache-cache
  • Faire du golf

 

Beaucoup de plaisir donc mais aussi un apprentissage de vie : la tolérance, la patience, les valeurs, la solidarité dans le respect de l’autre.

Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences. – Françoise Dolto

Une expérience à refaire et à oser sans préjugés.

Une chronique de Claire Maurage

Commentaires

commentaires

2 Comments

  1. Claire 23 mai 2017
  2. jeanluc thouvenin 22 mai 2017

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *