Quelle heure est-il ?

Montre connectée VS horloge d’antan

Il fut un temps où la montre permettait de répondre à cette question innocente. Aujourd’hui, la montre ne gère plus seulement l’écoulement du temps car elle se connecte sur la toile. Cela ne va pas sans bouleverser nos habitudes, surtout à l’approche d’un baccalauréat qu’il faudra surveiller.

horloge

L’installation

Il y a quelques jours, j’ai été surpris de voir apparaître sur mon tableau une horloge à aiguilles, celle-là même que je croyais rangée aux oubliettes tant l’époque est à la modernité. Je m’étais habitué aux affichages digitaux et autres systèmes radio-controled qui se mettent tout seuls à l’heure (j’avoue que la première fois que j’ai vu ça, ça m’a bluffé, « mais ça, c’était avant »). Je vous passe le fait que ladite horloge a été plantée au beau milieu du tableau de sorte que les battants ne peuvent plus se rabattre et que l’on ne peut plus vidéo-projeter, bref, je me comprends et je suis sûr que vous aussi. Tout cela est plutôt drôle quand on sait que deux murs sur quatre sont vierges et que donc notre horloge aurait pu trouver sa place n’importe où. Bon, j’arrête, sinon vous allez croire que je fais du mauvais esprit, ce qui n’est pas le propos de cette chronique. Loin de moi l’idée de rire des techniciens qui ont fait ce travail, puisqu’ils ont exécuté les l’ordres du tout-puissant… mais je m’égare.

Vous me connaissez, je n’ai pas pu m’empêcher de signaler cette bizarrerie et l’on m’a assuré sur-le-champ que l’objet incriminé changerait de place… et ce fut fait… et vite. Et devinez ? Ils ont percé le support du néon avec une vis et voilà notre horloge bringuebalante au-dessus de ma tête pendant que j’écris mon plan au tableau. L’objet tient miraculeusement, et assurément, si dans le feu de l’action j’agite mes bras, je me la prends dessus. Je vous rappelle que dans lesdites salles de classe, la moitié des murs est vierge et serait ravie d’accueillir cette nouvelle venue. Bon ok, mais pourquoi il nous parle de son horloge ?

En effet, j’apprends que ce soudain regain d’intérêt pour cet objet est dû à la triche. Eh oui, nos chères têtes blondes semblent redoubler d’imagination s’agissant d’éviter d’apprendre leurs fastidieuses leçons et du coup se connectent via leur montre à la toile abondante. « Perso », comme diraient mes élèves, je préfère apprendre ma leçon d’histoire plutôt que de batailler avec un cadran minuscule avec le risque d’être interdit de passer mon examen pendant cinq ans. À la bonne heure !

 

Une chronique d’Octave

Commentaires

commentaires

Leave a Reply