EPI, votre avis un an après

Alors que l’avenir des EPI semble incertain, et que cela inquiète nombre d’entre vous, on s’est dit qu’on aimerait bien avoir votre avis sur cette expérience, et savoir quel premier bilan vous en tirez après cette année test. On vous a donc soumis la semaine dernière un petit questionnaire concocté avec nos amis des Cahiers pédagogiques. On est aujourd’hui en mesure de vous présenter les résultats, avec l’analyse exclusive du site ToutÉduc.

avis-epi

EPI : un bilan nuancé, légèrement positif

Quand on leur demande s’ils vont refaire des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) l’an prochain, 23,7 % des enseignants répondent « oui, bien sûr ! » et 31,8 % « plutôt oui, si l’équipe pédagogique est d’accord ». C’est ce qui ressort des 1 744 réponses que des professeurs de collège ont adressées au Web pédagogique. « Le petit journal des profs » avait publié le questionnaire le 20 juin. Au terme de cette première année de mise en œuvre, ils sont 8,3 % à opposer un refus catégorique à cette perspective, 19,7 % à pencher vers le non, « sauf si on me le demande », et 18,2 % à hésiter.

En revanche, les réponses à la seconde question du questionnaire sont davantage négatives puisque, aux 6,8 % qui étaient opposés dès le début aux EPI, s’ajoutent 41,5 % de « déçus ». 36% se déclarent pourtant intéressés à l’idée de poursuivre l’expérience, et 20 % sont « convaincus », « sereins » ou même « enthousiastes ».

Des élèves enthousiastes, d’autres déstabilisés

L’expérience a-t-elle été intéressante pour leurs élèves ? Ils ne sont qu’un peu plus de 10 % à dire non, elle leur a permis « de travailler en équipe », « sur un projet pratique » (affiche, exposé, objet concret, objet numérique), de « découvrir des disciplines sous un autre angle », « de s’ouvrir au monde ». Ils ont été enthousiastes (28 %), mais se sont lassés assez vite (16 %) ou ont été déstabilisés (11 %), à moins que ça n’ait rien changé (29 %), même si d’autres au contraire ont finalement adhéré (17 %) ou « se sont révélés » (23 %).

Interrogés sur l’utilisation des EPI pour le brevet, leurs enseignants sont quelque 15 % à dire qu’aucun de leurs élèves ne s’est appuyé sur ce travail pour l’oral, 20 % à répondre que tous l’ont fait, 30 % à estimer qu’ils étaient « démotivés » ou « assez passifs », 58 % qu’ils étaient « plutôt intéressés » et même 12 % qu’ils étaient « enthousiastes ».

« L’horreur ! » pour 1 %

« Quel effet les EPI ont-ils eu sur les connaissances de vos élèves ? » Les réponses se répartissent en trois tiers, aucun (31,5 %), l’acquisition de nouvelles connaissances (33 %), « une meilleure réception de connaissances que j’aurais pu transmettre autrement » (28 %). À noter qu’ils sont 7 % à cocher la case « autre ». Et sur eux-mêmes ? Ils sont 40 % à avoir apprécié cette occasion de travailler avec leurs collègues, ou à considérer que cela leur a permis « d’expérimenter, d’apprendre et de progresser », mais ils sont 40 % à estimer que cela leur a surtout « pris beaucoup de temps et d’énergie », 19 % que « ça n’a pas changé grand chose » et ils sont même 18 (1 %) à avoir coché la case « j’ai été obligé de travailler en équipe, l’horreur ! » Et seuls 34 % d’entre eux ont au terme de l’année une vision différente de leurs élèves.

 

Pour retrouver l’intégralité des résultats :

 

Commentaires

commentaires

One Response

  1. Bernard 28 juin 2017

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *