Les grands Maîtres et le petit maître

Sous le spot

J’ai profité de la technologie TBI pour faire découvrir par le petit bout de la lorgnette quelques œuvres de Vincent Van Gogh et Pablo Picasso, ce n’est pas vraiment au programme du CP, ça ne rentre dans aucune programmation de cycle, je m’en fiche pas mal, de toute façon il fait 32 °C dans la classe, et encore, j’ai apporté mon ventilateur.

tableau-maitre

J’ai commencé par Van Gogh et les élèves ont adoré ça, la peinture de Van Gogh, il faut dire que leur maître et le Maître portent le même prénom, du coup c’était forcément drôle, c’est ça qui est sympa avec des CP : c’est banco à tous les coups. En plus il s’est coupé l’oreille, et ça c’était drôlement intéressant, un peu trash pour ces petits chats mais enfin ils en ont vu d’autres. Nous avons observé une Nuit étoilée, un portrait de Théo et un autoportrait à l’oreille coupée. Quelques élèves m’ont dessiné des Vincent Van Gogh, parce que le plus drôle c’est peut-être ça : dans leur petite tête fantasque, le peintre est un petit personnage, comme Dora l’exploratrice ou Paf le Chien, alors j’ai eu plein de petits Vincent Van Gogh plus ou moins conformes à l’image qu’on peut en avoir, ou qu’il s’est donné de lui, ou en tout cas que j’ai voulu transmettre.

Un petit Vincent van Gogh !

Puis ça a été Pablo Picasso, aucun de mes élèves ne connaissait d’autre Pablo, ça commençait moins drôle. Mais ils n’ont pas été déçus pour autant. Grâce au spot circulaire du TBI, nous avons découvert progressivement les détails d’un étonnant visage. À mesure que le portrait a été dévoilé, un genre de crispation a gagné mes petits spectateurs : en gros, elle avait l’air d’avoir une drôle de tête, cette dame. J’ai pris le temps, fait monter la mayonnaise, la classe s’est agitée, il faut reconnaître que c’est inattendu, deux nez. Et puis fin du suspense : j’ai affiché Dora Maar en grand, et là, ça a été la barre de rire monumentale, ils m’ont emporté avec eux, on s’est poilés un bon moment. Ce que c’était bon !

 

Une oreille et deux nez

Je leur ai expliqué quand même que cette dame était très belle et que Pablo l’aimait beaucoup. Un élève m’a demandé si Pablo Picasso aussi s’était coupé l’oreille. Je ne crois pas. Nous avons observé aussi un Arlequin et un autoportrait, ça a rassuré un peu les élèves de voir que tous les sujets de Picasso n’ont pas deux nez.

Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de drôle.

Le portrait de Dora Maar au spot.

Deux nez, une oreille en moins. Une drôle de conception de l’art. M’enfin ça, je m’en fiche complètement : mes élèves quittent le CP en connaissant un peu Pablo Picasso et Vincent Van Gogh.

 

Une chronique de Papa Lion

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *