Logo du WebPédagogique Logo du WebPédagogique

Comment monter une séquence en Histoire des arts ?

axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

« Les arts, témoins de l’histoire du monde contemporain« , tel est le fil conducteur de l’enseignement de l’histoire des arts en classe de 3ème. Comme le rappelle le BO, « le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chaque partie du programme« . Ainsi, l’Histoire des arts doit être incorporée dans chacune de nos séquences ce qui impose de réfléchir en amont à la pertinence et au choix des œuvres sélectionnées. La liste fournie dans les textes n’étant ni impérative, ni limitative, les enseignants sont donc libres de composer l’itinéraire artistique qu’ils souhaitent faire emprunter à leurs classes. Nous sommes appelés à faire usage de notre liberté pédagogique en frayant pour les élèves le cheminement intellectuel le plus cohérent possible.

axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

Pour traiter les régimes totalitaires dans les années 1930, j’ai élaboré un scénario pédagogique ayant pour points d’ancrage trois œuvres d’art : une BD (Tintin chez les soviets, Hergé), un film (La Ligne générale, Eisenstein), un dessin animé (Education for death, Disney). Dans les arts du visuel, beaucoup d’œuvres ont été inspirées par la façon dont les états dirigent leurs populations et permettent de mettre en relation les arts avec l’histoire des idées. Dans ma démarche, l’important était de répondre aux exigences du programmes tout en montrant les multiples facettes de la propagande. Deux des œuvres retenues (BD, dessin animé) sont proches de l’environnement culturel des élèves. L’idée est de les amener à se questionner sur la nature de ce qu’ils voient et ce qu’ils lisent :

  • Comment l’œuvre d’art peut influencer le lecteur ou le téléspectateur ?
  • Comment faire usage de son esprit critique face à de telles œuvres ?

Je voulais aussi amener mes élèves à une réalisation graphique ou écrite. Dès le départ, l’objectif final a été clairement identifié :

« 1938. Tu es reporter à La passerelle, un journal d’investigation français. A l’image de Tintin, enquête sur la mise en place du nazisme en Allemagne et révèle la vérité sur ce régime totalitaire. »

Pour étudier le régime totalitaire soviétique, j’ai utilisé quelques planches de l’enquête de Tintin au pays des soviets. En les confrontant à une affiche de propagande et à La Ligne générale, les élèves voient ce qu’il a derrière le vernis du discours officiel. Cependant, il est essentiel de rappeler que dans cette virulente critique de l’URSS, Hergé ne maîtrise pas complètement son acte créatif. Le thème du premier album de Tintin a été fortement induit par l’abbé Wallez (directeur de rédaction au journal Vingtième siècle publiant Hergé)  qui voyait là un outil efficace de propagande anti-communiste. L’étude de ces œuvres de commandes permettent d’en remettre une couche sur l’importance d’identifier clairement l’auteur et ses motivations. Dans cette partie, j’ai oscillé entre cours magistral et cours dialogué pour une question pratique (difficile de donner à chaque élève un dossier sur les planches de Tintin chez les Soviets sans faire exploser son quota photocopies et l’horaire imparti).

La seconde partie de la séquence a donné lieu à un travail en salle informatique et en groupes. Le dessin animé « Education for death » permet de faire le lien entre les deux états totalitaires (autour de l’embrigadement de la jeunesse) et de lancer les élèves sur une problématique : comment l’Allemagne en est arrivée là ?  Un article de la p@sserelle a servi de support aux élèves en sachant que je m’étais libéré de la trace écrite en remettant aux élèves un polycopié sur la mise en place du pouvoir nazi. Cela m’a permis de consacrer mon temps à une aide individualisée dans l’esprit de « la classe inversée ».

L’article – Education for death (1943) : un dessin animé de Disney

Supports

  • Un Prezi sur la mise en place du pouvoir nazi
  • Un quiz sur Education for death
axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

Les élèves visionnent « Education for death » en salle informatique

axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

Après le quiz sur Education for death, les élèves composent des groupes pour comprendre comment l’Allemagne en est arrivée là.

Les réalisations d’élèves (voir article) m’ont réservé de belles surprises. Le travail graphique et narratif de Floriane est tout simplement admirable.

axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

Une des trois planches BD réalisée par Floriane, élève de 3ème. La suite en cliquant sur l’image.

Pour leur réalisation, certains élèves ont utilisé le site Pixton, un éditeur de BD en ligne. Il est facile d’ouvrir un compte Professeur sur Pixton et les élèves l’ont facilement pris en main.

axes d'organisation d'une séquence sur l'histoire des arts

L’embrigadement des enfants par Florian et Rayan

En amenant les élèves à produire, l’enseignement de l’Histoire des arts prend corps et ouvre de nombreuses passerelles entre les disciplines.

+

Share on Facebook9Tweet about this on Twitter14Share on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone

Teacher, blogger, headbanger

Mots-clef :

Laisser un commentaire

Ou
Publicité




Abonnez-vous !

Le petit journal des profs

Chaînes thématiques

Découverte professionnelle

decouverte-professionnelle-DP3

Culture

culture-home

Education au développement durable

éducation-developpement-durable-EDD

Sciences

sciences-home

Pédagogie

pédagogie

Quiz

quiz

Vidéos

videos

Suivez-nous !


Aimez nous ;-)

LeWebPédagogique on Facebook
Nos derniers manuels numériques

Tous nos cahiers d’activités iPad