Le Serment de Socrate

François Muller présente ici une communauté d’enseignants francophones qui prêtent serment au moment de prendre leur fonction, à la manière des médecins ou des avocats.

Serment de Socrate : « Je m’engage à mettre toutes mes forces et toute ma compétence au service de l’éducation de chacun des élèves qui me sera confié. »

Alors que notre France républicaine reconfigure son système d’enseignement (socle commun de connaissances et de compétences pour les élèves au terme de l’École obligatoire, définition du cahier des charges de l’enseignant, et installation des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) à la rentrée 2013), la Communauté française de Belgique a elle, totalement réformé son système de formation des enseignants. Un document complet décrit le dispositif, et son exergue est intéressant. Signé par la ministre de l’enseignement de la Communauté française, Françoise DUPUIS, il s’arqueboute sur le concept d’égalité et conduit les nouveaux diplômés à prêter serment pour promouvoir l’égalité devant la réussite scolaire de tous leurs élèves.

Si la professionnalisation est au cœur de la formation, une valeur fondamentale la traverse et lui donne son esprit : l’égalité.

Égalité dans les exigences de formation des différentes catégories d’enseignants : certains cours sont suivis, en commun, par les étudiants de différentes sections.

Plus d’égalité entre les écoles qui, désormais, offrent toutes aux étudiants des intitulés de cours mentionnés dans les textes légaux et respectent des grilles de référence communes pour les matières enseignées aux futurs instituteurs et régents.

 Égale reconnaissance de tous les publics scolaires en sensibilisant les étudiants à l’accueil des autres cultures, à la richesse que procure la diversité, en les formant à traiter avec le même respect et autant d’écoute tous les élèves qui leur sont confiés.

• Volonté d’amener les nouveaux diplômés à s’engager publiquement, par le serment de Socrate, à promouvoir l’égalité devant la réussite scolaire de tous leurs futurs élèves. Doit-on à la formation littéraire de Françoise DUPUIS cette référence toute classique, qui prend cette forme solennelle, à la manière du serment d’Hippocrate pour le corps médical ? Cette symbolique du serment s’inscrit dans le genre d’une corporation et de valeurs affirmées qui n’a pas d’égal actuellement en France. Les médecins, les avocats, les architectes, par exemple, disposent de ce type d’encadrement professionnel.

Que pensez-vous du serment de Socrate

Laisser un commentaire