Mai 02

Dimanche 28 Mars

Ce week-end était chargé d’émotion! Samedi matin, je parlais à Jérémy sur MSN, en prenant mon petit déjeuner. Jérémy m’a dit qu’il ne serait pas connecté de la journée car il avait beaucoup de choses à faire. Sur les coups de midi, ma mère et ma soeur m’ont bien fait comprendre qu’elles ne voulaient pas rester à la maison ce week-end. Je suis resté tout seul à la maison jusqu’au dimanche soir (elles viennent juste de rentrer). L’après-midi, quand j’étais en train de me prélasser au bord de la piscine, quelqu’un a frappé à la porte. Je me suis précipité pour voir qui c’était. Jérémy était là! Il a passé le week-end à la maison. On a beaucoup ri; le match d’hier à la télé était très amusant . Il est réparti le lendemain dans l’après-midi. Il me manque tellement, ce week-end restera gravé dans ma mémoire.

0
comments

Mai 02

vendredi 26 Mars

Cet après midi, après les cours, je suis allé au parc, il faisait beau. D’ailleurs je crois qu’il fais toujours beau ici ! Je n’ai pas encore vu de pluie. Donc, j’étais au parc quand tout à coup, je suis tombé sur Matéo. Il était assis sur un banc avec une fille, elle était vraiment belle ! J’ai d’abord cru que c’était sa petite amie. Je me suis approché, la jeune fille m’a regardé dans les yeux, longtemps. C’était vraiment troublant. Puis Mateo m’a aperçu et m’a salué. La jeune fille l’a regardé puis est partie. J’ai longtemps discuté avec Matéo du parc puis de notre taille puis j’ai fini par lui demander qui était l’inconnue qui était avec lui quelques minutes auparavant. Et à ma grande surprise, il m’a avoué que c’était sa soeur ! Elle est magnifique ! J’ai invité Matéo à manger chez moi le midi. Nous avons bien rigolé. Je l’ai raccompagné vers 6 heures et il m’a montré quelques photos de sa famille.

0
comments

Mai 02

Mercredi 24 Mars

Ce matin, je suis allé en cours, les autres élèves me regardaient bizarrement. Je n’osais pas aller dans la cour car j’avais peur du regard des autres personnes. Beaucoup de personnes rigolaient de moi sauf Matéo, alors je suis allé le voir. La sonnerie a retenti. Lorsque nous sommes partis en cours, Matéo m’a dit que les autres étaient stupides de ricaner alors qu’ils ne me connaissaient pas. Je l’ai donc remercié d’être devenu mon ami.

Lorsque nous sommes arrivés en histoire, je me suis rendu compte que les moqueries cessaient. J’étais heureux.  Quand le cours s’est fini, Matéo m’a demandé s’il pouvait me raccompagner chez moi. J’ai accepté, et sur le chemin, il m’a raconté que pour lui aussi c’était pareil, que beaucoup de monde s’était moqué et que ça avait duré peu de temps. Quelques minutes plus tard, nous sommes arrivés devant ma maison et Matéo est reparti chez lui.

0
comments

Avr 01

Mardi 23 Mars

Aujourd’hui, j’étais très anxieux à l’idée d’aller au lycée, car le premier jour, tout le monde m’a dévisagé et rigolé de moi lorsque je faisais le moindre pas. Je n’apprécie pas le comportement qu’ils ont eu envers moi, je ne comprends pas. Je me dis que cela va passer, et qu’ils ne sont pas assez intelligents.

Lorsque je suis arrivé au lycée ce matin, j’avais l’impression qu’ils me prenaient pour une bête de foire. Ils chuchotaient encore et encore, mais heureusement que je ne pouvais pas traduire le moindre mot qu’ils prononçaient. Je me sentais mal, j’étais dans un coin seul.

Lorsque que soudain un élève est venu me voir. Il commençait à me parler en espagnol, je l’ai stoppé immédiatement, puis lui ai dit que j’étais français. Il m’a fait un sourire jusqu’aux oreilles, étonné. Je ne savais pas pourquoi, mais il m’a vite répondu en me disant que lui aussi venait la France. Pour moi c’était merveilleux !

Il m’a raconté la cause de son arrivée ici, je lui ai fait partager aussi la mienne. Ensuite, il m’a dit que dans ce lycée, il n’était pas à l’aise car on l’insultait à cause de sa petite taille, qu’on le laissait tomber. Nous sommes restés seuls à partager nos émotions, dans le hall. Nous sommes dans la même classe.

Ce soir, je suis heureux, mais j’ai encore des tas de choses qui me hantent, qui me tracassent.

0
comments

Mar 24

Lundi 22 Mars

Mon premier jour de lycée s’est mal passé.

Quand je me suis présenté tout le monde m’a regardé, il y en avait qui chuchotaient. Mon professeur m’a demandé d’aller m’asseoir à ma place. Quand je me suis déplacé, je me sentais bizarre tous mes camarades me fixaient. Nous avons commencé par des maths, j’ai demandé à mon prof d’aller au tableau, en me levant tous les élèves de ma rangée et de la rangée voisine ont mis leurs sacs pour m’empêcher de traverser. Le prof s’est retourné et m’a dit « ¿Qué pasa? » sur le coup je me suis senti gêné au point où tout le monde s’est moqué de moi. La sonnerie a sonné, tout le monde est sorti. Ma soeur m’a attendu devant le portail et nous sommes rentrés à la maison tous les 2.

Voilà la journée abominable que j’ai passée…

0
comments

Mar 20

samedi 20 mars, le soir

        J’ai visité la ville cet après-midi. Elle est grande et moche. Il faisait beau mais mon esprit était noir. J’avançais, mais je ne regardais pas où j’allais. Tout à coup, je me suis aperçu que je me trouvais devant un cimetière. Le chagrin est tout de suite revenu et j’ai repensé à mon père. J’ai accéléré le pas pour échapper à la douleur, mais elle ne partait pas. J’ai continué à avancer. J’ai marché tellement longtemps que je me suis perdu. J’ai fini par arriver dans un parc. Je me suis allongé dans l’herbe et pour la première fois de  la journée, je me suis détendu. Je regardais des enfants s’amuser, j’écoutais le chant des oiseaux et j’humais l’odeur des fleurs. Ce parc est la seule belle chose dans cette ville.

0
comments

Mar 19

Vendredi 19 Mars

Je m’appelle Maxime. J’ai 16 ans et je viens de déménager à Bilencìa en Espagne. Mon père est décédé d’un accident de voiture. Cette violente séparation m’a rendu malade et déprimé . J’ai besoin d’écrire via mon blog pour extérioriser ma douleur. Cette absence me fait si mal, ma vie n’a plus de sens . Mes nuits sont baignées de larmes, mon coeur saigne. Pourquoi n’ai-je pas plus profité de la présence de mon père ? 

Si j’avais su…

0
comments